Accueil / Actu / Afrique, Asie, Levant, Haut-Karabagh,

Afrique, Asie, Levant, Haut-Karabagh,

Afrique, Asie, Levant, Haut-Karabagh,
| Quai d’Orsay | Point de presse du 21 & 23 novembre 2017 | Extraits |

Comme cela nous a été suggéré par quelques lecteurs institutionnels du blog, Nous reprenons une vieille habitude : reposter les Q&R du Point de presse quotidien, tenu au Quai d’Orsay. Ces reprises seront faites sans commentaire de notre part. Bonne lecture à tous. Extraits.

(…)

| Q. Avez-vous des éléments qui démontrent qu’une attaque chimique s’est déroulée dans la Ghouta orientale en Syrie samedi ?

R. Nous avons pris connaissance avec préoccupation des informations faisant état d’une possible attaque chimique dans la Ghouta orientale le 18 novembre.

Compte tenu de la gravité qu’une telle attaque représenterait, nous suivons attentivement la situation et attendons l’expertise des mécanismes d’enquête internationaux opérationnels, en premier lieu la Mission d’établissement des faits (FFM).

Face à ce type de situation, la communauté internationale doit avoir tous les moyens de comprendre et d’établir les responsabilités. C’est pourquoi nous regrettons vivement que la Russie ait décidé de mettre un terme au mécanisme d’enquête conjoint des Nations-unies et de l’OIAC (JIM) au Conseil de sécurité des Nations-unies. La France condamne fermement toute violation de la convention d’interdiction des armes chimiques et en particulier tout emploi de telles armes.

| Q. Estimez-vous que la démission de Riyad Hijab soit une bonne chose  ?

R. Nous prenons acte de la décision de M. Riyad Hijab de démissionner de sa fonction de coordinateur du Haut comité syrien pour les négociations. Nous saluons l’action qu’il a menée au sein de l’opposition en vue de parvenir à une solution politique en Syrie.

Nous espérons que la réunion qui se tiendra à partir de demain à Riyad permettra à l’opposition de se restructurer sur une base unifiée, crédible et pragmatique et de se mettre en situation de prendre part dans les meilleurs conditions à la prochaine session de pourparlers à Genève.

Ces discussions doivent être l’occasion d’avancer sur la voie d’une solution politique inclusive à la crise syrienne, dans le cadre de la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations-unies.

| Q. La Maison-Blanche a insisté ce weekend sur la nécessité de travailler avec ses alliés pour contrer les activités déstabilisatrices du Hezbollah. Est-ce que vous êtes sur la même ligne ?

R. Les exigences de la France à l’égard du Hezbollah sont connues. Conformément aux résolutions pertinentes du conseil de sécurité, nous attendons qu’il renonce aux armes et se comporte comme un parti pleinement respectueux de la souveraineté de l’État libanais. Nous considérons également que la stabilité du Liban nécessite qu’il reste à l’écart des tensions dans la région. Nous considérons donc que l’implication du Hezbollah dans la guerre en Syrie est dangereuse et rappelons notre attention prioritaire à la sécurité le long de la ligne bleue, à la frontière du Liban et d’Israël.

Dans ce moment délicat, nous poursuivons notre dialogue avec tous les partis libanais et les encourageons à s’entendre sur le bon fonctionnement des institutions de l’État car il est indispensable à la stabilité du Liban.

(…)

| Q.Avez-vous une réaction sur l’arrestation à Nice d’un sénateur russe, Suleiman Kerimov. qui selon le ministère russe des Affaires étrangères, bénéficie de l’immunité diplomatique ?

R. Monsieur Suleiman Kerimov, en sa qualité de représentant d’un État étranger, bénéficie d’une immunité de juridiction pénale étrangère pour les seuls faits accomplis dans l’exercice de ses fonctions.

Il revient au juge saisi de l’affaire de se prononcer sur la question de savoir si les faits pour lesquels il est poursuivi relèvent de ses fonctions et sont donc protégés par une immunité.

| Q. La municipalité d’Alfortville a organisé le 20 novembre une réception en l’honneur du Président du Haut-Karabagh, célébrant la signature d’une charte d’amitié avec une ville du Haut-Karabagh. Quelle est la position du gouvernement français ?

R. Notre position est claire : nous ne reconnaissons pas le Haut-Karabagh. La «charte» signée par la municipalité d’Alfortville n’engage pas le gouvernement.

(…)

| Q. Suite aux derniers développements au Cambodge, pensez-vous que l’Union européenne devrait envisager des sanctions ciblées contre le pays ?

R. La France et ses partenaires européens ont exprimé à plusieurs reprises leurs inquiétudes sur la situation politique et des droits de l’Homme au Cambodge. Nous avons appelé les autorités cambodgiennes à prendre les mesures nécessaires pour s’inscrire de nouveau dans le cadre d’un processus démocratique et permettre à l’opposition, aux médias et à la société civile de fonctionner sans entrave.

En marge de la réunion ministérielle de l’ASEM à Naypyidaw le 20 novembre, M. Jean-Yves Le Drian s’est entretenu à ce sujet avec son homologue cambodgien, M. Prak Sokhonn, à qui il avait déjà exprimé la préoccupation de la France lors de leur rencontre le 25 septembre. L’Union européenne continuera d’aider le gouvernement cambodgien dans ce processus et restera attentive à la situation des droits de l’Homme dans le pays.

| Q. Quelle est votre réaction après la condamnation de l’avocat des droits de l’Homme chinois, M. Jiang Tianyong, à deux ans de prison ferme ?

R. C’est un sujet que le ministre évoquera lors de son déplacement à Pékin.

| Q. Suivez-vous le dossier du Français Benoît Nayme, employé d’une entreprise française et assassiné en novembre 2016 en Angola ? Selon sa famille, il aurait été tué après avoir découvert un système de corruption qu’il aurait voulu dénoncer ou dans lequel il n’aurait pas voulu tremper…

R. Une procédure judiciaire est en cours.

Dans le respect des procédures angolaise et française, nous restons attentifs à ce que la recherche de la vérité progresse.

Nous agissons pour faciliter les déplacements des proches de la victime en Angola.

 

A Propos Quai d'Orsay

Consulter aussi

Corée du Nord, Irak, Iran

| Quai d’Orsay | Point de presse du 28 novembre 2017 | Extraits | Comme …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer