Su-75 Checkmate : Solution pour l’IRIAF & la THK, Cauchemar pour d’autres ! [2]

| Iran / Turquie | Défense & Armements | Questions à Jacques Borde |

Doté d’un parc remontant, pour certains appareils, à la Révolution de 1979, le rôle dévolu à l’IRIAF est tout sauf évident. En dépit des efforts méritoires de ses ingénieurs, le fossé reste immense entre les aviations de combat occidentales & celle de Téhéran. & si la solution n’était pas un saut qualitatif notable ? L’adoption du Su-75 Checkmate, par exemple ? Un Su-75, qui, au train où vont les choses entre Washington & Ankara, pourrait aussi voler sous livrée turque. Que nous en dit Jacques Borde ? Partie 2.

« Erdoğan essaie de faire de la Turquie un exemple unique d’oxymore politique : demeurer un allié ‘inestimable’ de l’OTAN tout en nouant une alliance stratégique et militaire avec la Russie. Son maquignonnage avec l’Occident ne cessera que si son histoire d’amour avec la Russie est assortie d’un coût dissuasif »1.
Burak Bekdil, Fellow du Middle East Forum.

| Q. Mais pour l’instant, ça ne va pas très fort entre Washington et Ankara ?

Jacques Borde. Effectivement. Comme l’a écrit Burak Bekdil, dans son papier sur les relations turco-étasuniennes2 :

« Par dépit de n’avoir pas serré la main du président Joe Biden en marge de la réunion de septembre de l’Assemblée générale des Nations-unies à New York, le président islamiste turc Recep Tayyip Erdoğan a joué les amants éconduits. Le 29 septembre, il s’est précipité Sotchi, en Mer Noire, pour un tête-à-tête avec le président russe Vladimir Poutine »3.

Et, selon ses propres termes, à son retour de New York, Erdoğan a confirmé à la presse que « les relations de la Turquie avec les États-Unis ne sont pas de bon augure ».

| Q. Mais, tout ça, ça n’est pas une Catch 22 situation ?

Jacques Borde. Oui, tout à fait. Et c’est bien pour ça qu’il va falloir y mettre un terme.

Aykan Erdemir, ancien parlementaire turc aujourd’hui Senior Director of the Turkey Program à la Foundation for Defense of Democracies (FDD)4 de Washington, DC, a déclaré, repris par Burak Bekdil, que les propos d’Erdoğan « devraient alerter les responsables de l’administration Biden ».

Erdemir écrivant, notamment que : :

1- « Les déclarations d’Erdoğan concernant l’achat d’un deuxième système de défense anti-aérien S-400 à la Russie devraient résonner comme une alarme aux oreilles des responsables de l’administration Biden, qui le mois dernier, ont qualifié la Turquie de ‘partenaire inestimable’ et d’ ‘allié important de l’OTAN ».
2- « L’administration Biden est redevable à la Turquie de son aide en Afghanistan, ce qui restreint considérablement sa marge de manœuvre. Washington ne peut traiter les transgressions d’Ankara comme elles le méritent. Une action bipartite du Congrès est nécessaire pour reconstruire la dissuasion des États-Unis et de l’OTAN contre les défis des présidents turc et russe ».

Autrement dit, quelques petits efforts de part et d’autre devraient permettre aux pilotes de la Türk Hava Kuvvetleri (THK)5 de toucher leurs beaux Su-75 Checkmate.

D’autant que, bien que personne ne tenant à aborder officiellement le sujet, des appareils russes de 5ème génération en Turquie, ça serait quand même plus pratique pour les SR étasuniens d’aller y jeter un coup d’œil. Une manière de vous dire que le Su-57 Felon sous livrée turque, j’y crois assez peu.

| Q. Et, l’Iran ?

Jacques Borde. Tout autre sujet. Car, à bien y réfléchir, le Su-75 Checkmate serait la monture idéale pour les pilotes de la Nīrūhā-é- Havei-é Jomhouri-é Eslâmi-é Iran (IRIAF)6. Nécessairement :

-plus simple à maintenir ;
-moins cher ;
-moins de nature à rejoindre les lignes rouges israéliennes que le Su-57 Felon. Un appareil trop haut de gamme à même de provoquer des réactions (sic) assez rapides et sévères de Jérusalem.

N’oublions pas aussi que Moscou est en excellent terme (et entend le rester) avec Jérusalem. L’arrivée aux affaires de Rosh Ha’Memshala7, Naftali Bennett8, n’y changent rien.

Caser du Su-75 Checkmate en lieu et place du Su-57 Felon sera plus facile à faire accepter aux Israéliens. Et encore.

La demande iranienne étant estimé entre 50 et 100 appareils pour un coût unitaire de 30 M$US. Un prix plus que raisonnable pour un appareil de ce type. Reste aux Iraniens de se mettre d’accord avec les Russes…

| Q. De toute manière, s’ils en prennent, les Iraniens vont les customiser ?

Jacques Borde. Forcément, déjà, à peu près tous les appareils au sein de l’IRIAF sont aptes à emporter des armements russes, chinois et occidentaux.

| Q. Jusqu’au Fakour-90 ?

Jacques Borde. Possiblement, les Iraniens, avant de développer leur version du AIM-54 Phoenix, avaient même réussi à monter du sol/air Hawk sur leurs F-14A Tomcat. Dans ce domaine, peu de choses les arrêtent, en fait. Bon, en dehors de la portée du couple Hawk/AWG-99, la manœuvrabilité et le taux de réussite de l’engin restaient assez bas.

Du coup, les Iraniens sont passés au Fakour-90 qui est un air/air cloné du AIM-54 Phoenix. Il est utilisé sur les F-14A Tomcat pour intercepter et détruire des cibles aériennes à longue distance. Compte tenu de la taille du matou (Tomcat), ils en montent jusqu’à six par appareil…

Depuis octobre 2011, le Fakour-90 a atteint le stade de la production de masse. Et, en avril 2017, le Fakour-90 était officiellement dévoilé lors d’une visite du Rayis Jomhur-é Irān10, le Dr. Hassan Fereydoun Rowḥâni. En fait, une exposition des dernières réalisations des industries de Défense. L’IRIB, de son côté, postant la vidéo de tir d’un Fakour-90 à partir d’un F-14A Tomcat.

Le 23 juillet 2018, le Fakour-90 était donné pour être produit en série. Le brigadier-général Amir Hatami, titulaire du Vezârat-é Defa’ va Poshtibani-é Nīrūhā-é- Mosallah (Defense), affirmant que le missile pouvait être emporté sur divers appareils, sans préciser lesquels.

À rappeler, qu’en Iran comme aux USA, le poste de Commander-in-Chief11 est assuré par la plus haute autorité du pays, à savoir, le Rahbar-é Enqelâb12 (guide de la révolution), l’Ayatollah Sayyed Ali Hossaini Khâmeneî.

| Q. Bon, et le Fakour-90 sur le Su-75 Checkmate, c’est possible ?

Jacques Borde. Techniquement parlant, compte tenu :

-de l’ingéniosité des Iraniens dans ce domaine, oui.
-du fait que le Fakour-90, développé initialement pour le F-14A Tomcat, a déjà été porté sur d’autres appareils, encore oui.

Ceci posé, deux choses à noter :

Primo, le radar du Tomcat, l’AWG-9 est particulièrement imposant. Il faudra donc rendre compatible celui du Su-75 Checkmate pour des tirs de la portée du Fakour-90. Soit 150 km. Sinon, quel intérêt.

Secundo, l’intérêt majeur Su-75 Checkmate sera sa furtivité supposée passant, notamment, par l’emport de ses missiles en soute. Vu la taille du Fakour-90, c’est de l’emport sur pylône, ou rien. Donc oubliez, votre signature radar va en prendre un sacré coup.

À moins que…

Notes

1 Gatestone Institue.
2 Intitulé Turkey: Drifting Further into Russian Orbit
3 Gatestone Institute.
4 Ou Fondation pour la défense des démocraties. Think tank démocrate, en fait.
5 Ou armée de l’Air turque.
6 Ou armée de l’Air islamique iranienne.
7 Ou Premier ministre de l’État d’Israël, ראש הממשלה.
8 Bennett est le leader de Ha’Yamin He’Hadash (Yamina), parti sioniste-religieux, sur l’échiquier politique hiérosolymitain.
9 Le radar du Tomcat.
10 Ou président de la République islamique d’Iran (RII).
11 Ou Farmandehe Koll-é Qova, anciennement Bozorg Arteshtārān.
12 Aussi appelé Rahbar-é Moazzam (guide suprême, pas une titulature officielle).

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Le “Zeursombrisme” : Cache-sexe de la Gauche financiarisée… [2]

| France | Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Depuis 1945, …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer