“Bien profond” : Ainsi parlait Z-Phocea ! [1]

| France | Présidentielles | Jacques Borde |

« Chassez le naturel, il revient au galop », dit l’adage populaire. Comment traiter du doigté & du commentaire associé : « bien profond », adressé par Éric Zemmour à une opposante phocéenne ? Prenons-le problème autrement : imagine-t-on de Gaulle, ou bien Louis XIV, qui saluait ses femmes de chambre, agir de la sorte ? La fonction régalienne, monarque, président ou dictateur (au sens antique du terme) exige un minimum de (vrai) doigté & de savoir-vivre. Le polémiste-parvenu (sic), dont tous nous parlons – eh bien, non je de me tairai pas à son sujet comme me le demandent certains amis sur la Toile – en a-t-il la moindre once ? Aux électeurs, si l’intéressé se joint vraiment la lice, d’en juger le moment venu. Partie 1.

« Marine Le Pen, en hausse constante dans tous les sondages, est désormais aux alentours de 20% au premier tour. Sans candidature “Z” elle serait à égalité avec Macron, voire le devancerait, bénéficiant ainsi d’une vraie et forte dynamique pour battre le président sortant au tour décisif. Non pour la joie de le renvoyer à sa banque, mais pour mettre en œuvre la grande politique de salut national, de relèvement de l’État et de reconstruction française sans laquelle il en sera fini de notre pays et de notre civilisation.
Il reste quelques heures encore à Éric Zemmour pour réfléchir, dans la vérité de sa conscience, à ce qui n’est plus ni un jeu ni une posture intellectuelle mais relève de la responsabilité historique. Et prendre la seule décision nationale digne : le retrait ».
Jean-François Touzé.

« Madame, ce n’était pas le lieu d’un débat comme je les aime, le temps m’était compté. J’ai donc usé du seul langage que vous et vos camarades “antifas” comprenez immédiatement : le vôtre. Toutefois, vous imiter était fort inélégant, j’en conviens volontiers »
Éric Zemmour

« Certains maires qui envisageaient de le parrainer (#Zemmour) sont en train de se rétracter pour parrainer Marine Le Pen ».
Jérémy Trottin, chef du service politique de RMC.

« Je pense que ce geste n’est pas digne d’une personne prétendante à la fonction suprême, même si celle-ci ne s’est pas encore officiellement déclarée candidate.
C’est même assez fortement nuisible à sa crédibilité ».
Sébastien Glasson.

« Un mec qui a la prétention de devenir Président de la république et se conduit comme ça est cuit, sauf auprès de ses fans bien sûr, aveuglés par…
En attendant “Z” est refusé partout, les responsables politiques qui le soutenaient le lâchent, tous même JMLP qui a été jusqu’à féliciter sa fille d’avoir bien résisté, son financier de banquier, bien que d’extrême-droite le lâche aussi, après son incursion catastrophe à Marseille, très bon week-end !
Vous ne semblez pas être très au fait des effets produits par Z dont la chute est amorcée et c’est le doigt de Marseille qui le fera remonter... ».
Sandra Salomon.

« Fatigué de la dégradation des valeurs, de nos institutions, du statut de la fonction présidentielle… Après #Macron et Mac Fly et Carlito, #Zemmour qui se prend pour Mister Bean... ».
Damien Bouticourt.

| Q. Zemmour qui s’excuse pour son doigt ?

Jacques Borde. Pas vraiment des excuses. Plus une pirouette. Habituel chez le personnage. Car, ça n’est la première fois qu’Éric Zemmour esquisse une marche-arrière après ses dérapages. Finalement, notre guerrier de plateau-TV (sic) se comporte exactement comme Macron : il toise, plastronne, puis, recule. Ça promet !…

| Q. Lorsque Cédric Abdilla parle d’auto-sabordage de la part d’Éric Zemmour, à propos de sa visite à Marseille ?

Jacques Borde. Auto-sabordage ! Ce serait parfait, mais ne mettons pas le charroi avant les bœufs. « Un auto-sabordage ? Zemmour a t-il vraiment envie d’être président de la France. En tout cas il est certain que ce geste à #Marseille n’est pas à la hauteur de la fonction de président de la république. Le “Z” qui se réclame de #deGaulle est trop intelligent pour ne pas le savoir ! », nous dit Cédric Abdilla.

Davantage sa vulgarité de  parvenu qu’il contrôle de moins de moins. La fatigue y jouant aussi son rôle, très certainement.

D’autant que sa visite phocéenne se serait, dans l’ensemble plutôt mal passé. Alors, Éric Zemmour dérape. Une fois de plus.

« Chassez le naturel, il revient au galop », dit l’adage populaire.

À ce sujet, Sandra Salomon a raison d’écrire que que comportement, « c’est révélateur de la vulgarité et de la personnalité du mec qui suit ses pulsions et n’a pas les qualités d’un politique –  supposé candidat.
On se souvient tous du “casse toi pauv’con” de Sarkozy, tout aussi révélateur de la vulgarité du personnage, tout aussi pulsionnel.
Chirac traité de connard répondit : enchanté, moi c’est Chirac. Une autre classe et maîtrise de soi ».

Et (je parle de Chirac bien sûr) un autre respect d’autrui, à commencer à l’égard des journalistes et, surtout, des photographes.

O tempora, o mores, disaient les Anciens Romains.

| Q. Tout serait donc dans les limites ?

Jacques Borde. Celles qu’il n’est pas opportun de dépasser, en fait.

De ces lignes rouges, comme celles qu’on trace dès qu’il s’agit de géostratégie. Or, visiblement, notre polémiste-parvenu (sic) n’en a guère. Ce qui pose tout de même problème. À beaucoup, en tout cas.

Ainsi, Eric Poret de nous dire :

« J’apprécie le polémiste, je dévore ses ouvrages. Il partage nos idées, nous avons la même conception de la France…
Nous n’avons juste pas la même façon de le démontrer…
Lui qui critique la “pauvreté intellectuelle” des hommes politiques, lui qui prône le retour aux valeurs et au respect, lui qui souhaite incarner la plus haute fonction, se faire piéger ainsi, n’est pas à la hauteur de ses ambitions ».

| Q. Ses partisans louent à cette occasion, une forme de courage ?

Jacques Borde. Faire un doigt à UNE femme seule sur le trottoir, bien au chaud dans une voiture, dont il sait qu’elle n’a aucune raison de s’arrêter ? C’est sûr : quel héros des Nibelungen !…

Assez insultant, en fait, quand on pense à ce fonctionnaire de police qui vient de se faire poignarder. De toute manière, à Marseille, dès le début, c’était mal parti.

Avertie qu’un comité d’accueil (sic) l’attendait en gare de Marseille, l’équipe de sécurité a préféré assurer en descendant à Aix-en-Provence, afin d’éviter les débordements.

| Q. Commentaire d’un internaute : qu’aurait fait JMLP, en pareil cas ?

Jacques Borde. Là, dans ce cas présent, probablement rien. Un type en revanche : JMLP serait descendu de la voiture. Et le mec de courir. Vite !

Jean-Marie, je l’ai vu en première ligne face à des mecs casqués. Enfin, parlons d’autres choses. Mais, j’ai d’autres images qui me viennent à l’esprit.

| Q. Lesquelles ?

Jacques Borde. Une surtout : Helmut Kohl se faisant insulter par un manifestant. Ni une, ni deux : le Bundeskanzler écartant sa sécu, a foncé droit vers le type. Et bloqué de justesse pas deux à trois de ses gardes du corps.

Faut dire, la masse du bonhomme !

De Gaulle aussi fonçait direct. J’ai aussi milité, sportivement (sic) dirai-je, avec Jean-Gilles Malliarakis1, plutôt du genre Helmut Kohl.

| Q. Et Zemmour ?

Jacques Borde. Ne suivant pas sa campagne sur le terrain je n’ai pas d’anecdote à dispo.

Je me souviens seulement d’un reportage, où invectivé par un quidam, Éric Zemmour, faisant ses courses, n’a pas traîné. Après, ne connaissant pas le contexte…

| Q. Vous pensez que ce ratage phocéen va peser sur la campagne ?

Jacques Borde. Aucune idée.

Même si c’est ce que pensent nombres d’internautes. Ainsi, pour Damien Bouticourt :
« Ce doigt d’honneur qui s’adresse à une personne, est aussi et surtout un manque d’honneur et de respect à nos institutions, à la fonction de président de la République et par conséquence aux français. Je crois que Zemmour vient de clôturer son aventure politique… ».

Le mieux c’est, peut-être de prendre le problème autrement.

[À suivre]

Note

1 Dirigea (entre autres) le Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR), dont Jacques Borde fut un des membres fondateurs.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Grand jeu en Afrique : Qui y veut Quoi ? [2]

| Afrique / Occident(s) | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Le terme grand …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer