De l’Irminsul à l’Olivier : Ratisser large à tout prix ! [2]

| France | Présidentielles | Jacques Borde |

Les campagnes électorales sont toujours des lices inattendues. Si on n’aime ni les surprises ni les coups bas : autant rester chez soi. Descendu dans l’arène, Éric Zemmour ne se fait pas à l’idée d’être traité comme les vrais patriotes l’ont été des décennies durant avant lui ? Too bad, mon gars, fallait y penser avant ! Une lice & ses règles (sic) dont tous ces vétérans de la fachosphère, passés, si l’on peut dire de l’Irminsul à l’Olivier & ayant (à en entendre certains) l’oreille du “Z”, auraient pu l’avertir. À moins qu’ils ne se vantent carrément quant à leur influence & entregent. Allez savoir. Partie 2.

« Et pendant une heure à Villepinte, le shadock pompa, pompa, pompa ».
Jean-François Touzé.

« Après le “bien profond”, “connard”, c’est Kein Kultur Kroniqueur (KKK) ou quoi ? ».
Jacques Borde.

« Ça joue les gros bras et ça prétend vouloir sauver la France mais ça chouine à la première interview non réalisée sur CNews ».
Sylvain Chazot.

« Rien de nouveau sous le soleil. Le programme de Zemmour est un copier-coller de celui de Marine. Je préfère l’original à la copie. S’il aime vraiment la France pourquoi il ne nous rejoint pas ? Il dit qu’il fait le constat de l’état de la France depuis 30ans, alors pourquoi ne nous a t’il pas rejoint avant ? Pourquoi ne nous a-t-il pas rejoint en 2017 ? Ensemble on aurait pu éviter 5ans de Macronisme ».
Danielle Brun.

« La RECONQUETE “Z” commence bien : les défenseurs de la salle immédiatement largués par les reConquistadors (sic) sur les chaînes TV ».
Gilbert Dawed.

| Q. Dites-donc, Ciotti, il ne fait pas un peu le matamore, avec ses poses ?

Jacques Borde. (Rire) Tout à fait ça. Notre ami Christian Perez évoque le « coup de menton mussolinien de Ciotti, l’œil conquérant et la moue virile ».

Rassurons les gens normaux qui pourraient se soucier de sa santé : comme tous les LR de haut rang, la Pécresse inclus, cette pathologie ne l’affecte que tous les CINQ ans. Une fois les bureaux de votes fermés, l’affection (sic) disparaît assez vite.

Il est intéressant de noter que Ciotti rejette, les appels du pied d’Éric Zemmour. Pour l’instant, du moins. Je cite : « j’appelle les électeurs de Zemmour à me rejoindre je suis le seul à représenter cette famille politique si Madame Pécresse est devant moi je soutiendrai madame Pécresse ».

| Q. Restons sur Zemmour qui a vu en Gilles Bouleau un procureur ?

Jacques Borde. Là, désolé, c’est du foutage de g… Ni plus, ni moins.

Effectivement Éric Zemmour après son passage au 20h00 de Gilles Bouleau nous balance que « C’était une interview d’un procureur (…) Devant les autres candidats il s’efface poliment, humblement ».

Faux, comme d’hab.

Gilles Bouleau est unanimement odieux avec tous les patriotes. Formule de style : pour moi, le Zemmour n’en est évidemment pas un.

Là, le bonhomme découvre l’eau tiède. Et, au passage, nous prend pour des truffes. Une fois de plus. Eh, oui, Bouleau, lui, ne lui sert pas la soupe! Too bad “Mr. Z”. TF1 n’est pas CNews.

Ensuite, s’il y a bien quelqu’un qui connaît le tour dévastateur et abject que peuvent prendre les entretiens, c’est bien Éric Zemmour. Qu’on se rappelle son propre comportement de Fouquier-Tinville1, chez Ruquier, lorsque des invitées prises sous le feu de ses attaques et de (décidément) sa vulgarité, en arrivaient à quitter le plateau en pleurs.

C’est sûr Ô votre Immense (non, là, je rigole) Zéditute, c’est moins drôle d’être de l’autre côté de la barricade…

| Q. Millon, hésitant vis-à-vis de Zemmour, ça vous parle ?

Jacques Borde. Mouais. Les aléas de ces lices électorales où, exercice périlleux, l’on essaie de ratisser large à tout prix.

Encore une fois, dans l’entourage du “Z”, on a mis l’attelage avant les ânes, si je puis dire.

Charles Millon a, lui-même démenti les rumeurs, affirmant que « Ce n’est pas la première fois que mon ralliement est annoncé par les media. Partisan de toujours de l’union des droites je rencontre tous les chefs de file et les candidats. Je me prononcerai en temps et en heure ».

Je pense que Charles Millon a dû méditer deux choses :

-la citation latine : Festina lente.
-la phrase de John Fitzgerald Kennedy : « La victoire a cent pères, mais la défaite est orpheline ».

| Q. Pourquoi avoir dit ce « en temps et en heure » ?

Jacques Borde. Parce que ce Charles-là est un vieux routier de la politique. Il en connaît toutes les ficelles.

Or, de toute évidence, se réserver le rôle de vedette américaine à Villepinte eût permis de :

-ne pas y mettre les pieds en cas de énième dérapage d’Éric Zemmour.
-ne pas y mettre les pieds si l’assistance n’était pas assez nombreuse.
-s’y faire mieux apprécier en arrivant sur le tard.

Ce qui n’a pas eu lieu. Pourquoi ? Peut-être en saurons-nous plus d’ici à quelques semaines. Il est, toutefois, à noter que Charles Millon eût été la seule prise d’importance à montrer au public à Villepinte. Les figures vues et entendues étant des quatorzièmes canifs (sic). Au mieux.

Il se pourrait aussi que les allers-retour d’un milieu politique, assez profane en fait, où l’on passe aussi facilement de Pétain à De Gaulle (et inversement), n’attire guère des figures comme Millon, au parcours plus classique, disons.

| Q. Donc pas de ralliements d’importance venant du camp national ?

Jacques Borde. Tout dépend de ce que vos appelez « d’importance ».

Jean-Frédéric Poisson, patron de VIA2, a annoncé, avant même Villepinte, renoncer à ses ambitions présidentielles pour soutenir la candidature d’Éric Zemmour.

Pour le reste – fors le microcosme pétaino-vichyste dragué à outrance et les Pagano-tout-ce-que-vous-voudrez, eux, passés de l’Irminsul à l’Olivier – je dirai que les plus difficiles à embarquer sur la nef zédiste sont les Royalistes.

Une raison à cela, ce sont les seuls depuis toujours à se soucier vraiment de la formation de leurs militants. Or, Zemmour :

-n’a guère dissimulé tout le bien qu’il pensait de Robespierre et de son Comité de salut public.
-s’est félicite de la décapitation de Marie-Antoinette, qu’il appelle « l’Autrichienne »…

| Q. Là, vous êtes sûr de ce que vous avancez ?

Jacques Borde. Oui.

Cf. « La mode actuelle autour de l’Autrichienne est sans doute une preuve supplémentaire de l’abaissement du sentiment national dans notre pays ». Éric Zemmour, in Mélancolie française, p.50.

| Q. De l’Irminsul à l’Olivier : ce qui veux dire ?

Jacques Borde. L’Irminsul, arbre de la mythologie païenne d’Europe du Nord, est un gimmick de cette extrême-droite pagano-truc-chose, dont certains de ses membres auraient (à en entendre les plus bruyants d’entre eux, sur la Toile notamment) l’oreille du “Z”. Quant au rameau d’olivier, c’est le gri-gri choisi pour la campagne d’Éric Zemmour.

[À suivre]

Notes

1 Il s’agit, bien sûr, de Antoine Quentin Fouquier de Tinville, dit Fouquier-Tinville, accusateur public du Tribunal révolutionnaire.
2 Ou la Voie du peuple (abrégé en VIA), d’inspiration démocrate-chrétienne. Fondé par Christine Boutin en 2001 sous la dénomination Forum des républicains sociaux (FRS).

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Grand jeu en Afrique : Qui y veut Quoi ? [2]

| Afrique / Occident(s) | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Le terme grand …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer