De l’Irminsul à l’Olivier : Ratisser large à tout prix ! [3]

| France | Présidentielles | Jacques Borde |

Les campagnes électorales sont toujours des lices inattendues. Si on n’aime ni les surprises ni les coups bas : autant rester chez soi. Descendu dans l’arène, Éric Zemmour ne se fait pas à l’idée d’être traité comme les vrais patriotes l’ont été des décennies durant avant lui ? Too bad, mon gars, fallait y penser avant ! Une lice & ses règles (sic) dont tous ces vétérans de la fachosphère, passés, si l’on peut dire de l’Irminsul à l’Olivier & ayant (à en entendre certains) l’oreille du “Z”, auraient pu l’avertir. À moins qu’ils ne se vantent carrément quant à leur influence & entregent. Allez savoir. Partie 3.

« C’est bien les meetings. Il en faut. Ça réchauffe le cœur des convaincus dans un confortable sentiment d’entre-soi.
Mais ça n’a jamais fait bouger un électeur ni ramener une voix ».

Jean-François Touzé.

« Le vaccin protège des formes graves du COVID. C’est pour cela qu’il faut aller se faire vacciner ».
Éric Zemmour, sur BFM.

« Ne pas poser de “mauvaises Q” au “Z”: table rase du passé (de ses propos)… »
Jacques Borde.

« Certains observateurs prétendent qu’Éric Zemmour, en morcelant la droite avec sa candidature, s’érige comme un parfait poisson-pilote pour Emmanuel Macron. À raison ? Cela peut en effet servir à creuser l’écart entre Emmanuel Macron et le deuxième classé à l’issue du premier tour. L’actuel président peut tirer certains avantages de la candidature d’Éric Zemmour, car elle affaiblit surtout le candidat des Républicains et Marine Le Pen. Au deuxième tour cela pourrait se payer cher ».
Herve Coulaud.

« 15.000 chaises, c’est ce qu’ont annoncé les organisateurs. Si il y a vraiment 15.000 personnes, ce dont je doute, c’est beaucoup. Mais je le redis, ça ne sert à rien quant à la traduction dans les urnes ».
Jean-François Touzé.

« Zemmour parait si préoccupé de sauver la France et de se comporter en citoyen français exemplaire qu’il blesse parfois des gens inutilement. Dans son dernier livre, il a regretté que les enfants Sandler, assassinés en 2012 par un terroriste islamiste dans leur école juive de Toulouse, aient été enterrés en Israël et non pas en France. ‘Les anthropologues nous ont appris que nous sommes du pays où nous sommes enterré’. Il oubliait – ou ne savait pas – que les tombes de juifs assassinés par des islamistes sont souvent profanées soit par des antisémites, soit par d’autres islamistes ».
Yves Mamou.

| Q. Des voix dans l’entourage d’Aliot (semble-t-il) estiment que Zemmour pille le programme et les slogans du RN ?

Jacques Borde. N’ayant lu ni l’ultime pensum du “Z” (en intégralité, je veux dire) et pas du tout le livre de Louis Aliot, je ne commente pas les ouvrages que je ne lis pas, ou n’ai pas suffisamment lu.

Mais, quitte à évoquer ces allégations récurrentes, traitons l’affaire avec humour et parlons de retour aux sources (sic) : les pillards (là d’idées) nous viendraient encore des côtes barbaresques, géographiquement… algériennes !

| Q. Bon, Villepinte, on en parle ?

Jacques Borde. D’entrée, dès qu’on parle de Villepinte, deux choses, totalement opposées, étaient à noter :

1- d’un point de vue strictement maintien de l’ordre –  le site, l’ensemble, pas la partie affectée au meeting de “Z” est immense – Villepinte a toujours été assez facile à défendre. Donc l’essentiel a été assuré : que tout se passe bien, sans incident majeur affectant les personnes s’étant déplacées.

2-en d’autres temps, je pense que les syndicats infiltrés par l’ultra-gauche, type Sud Rail et CGT, si navettes directes pour Villepinte, dimanche, eussent joué de la possibilité de les laisser en rade du côte de Fontenay-sous-Bois.

Apparemment, l’ultra-gauche, sur le terrain, à part des ratonnades (sic) à six, huit contre un, ça n’est plus ça.

Par ailleurs, vieux truc aussi, la prestation de SOS Racisme qui visait, surtout à :

-s’y faire voir ;
-s’y faire molester ;
-s’y faire filmer.

Et, derrière, glapir au fascisme renaissant. But atteint au-delà de toutes espérances.

À noter le peu d’entrain des ténors zédistes (sic) à défendre, sur les plateaux TV, les spectateurs ayant raccompagné les perturbateurs de la Gauche financiarisée vers la sortie. C’est fou ce que ça donne envie de s’impliquer.

À espérer qu’il n’y aura pas de suites judiciaires à ces bousculades. Avec la racaille judiciaire (sic), il faut s’attendre au pire. Et voir l’a-magistrature aller au-delà…

| Q. Bloquer des navettes, possible techniquement ?

Jacques Borde. Bien sûr. Si je compte mes allers-retours Paris-Villepinte-parc-des-expos, la bonne dizaine d’année où j’ai couvert Milipol et EuroSatory (soit 10 A-R par salon à peu près), je me suis retrouvé en carafe pas mal de fois, entre 5 et 40 minutes. Et, là, c’était involontaire.

| Q. Pourquoi dites vous : navettes directes ?

Jacques Borde. Parce que sur le RER, ça se passe aussi comme ça : vous avez des rames qui ne font qu’une partie du trajet : pour Milipol et EuroSatory, certaines font du Gare-du-Nord/Paris-Villepinte-parc-des-expos/Charles-de-Gaulle, sans escales si je puis dire.

Lancer une Bataille du (Sud) Rail, pour des activistes anti-Zem eût été un challenge intéressant. Pour eux, je veux dire.

| Q. Et, les chiffres ?

Jacques Borde. Pour ne fâcher personne, prenons celui avancé par les organisateurs eux-mêmes. Soit 13.000 personnes. Un succès, mais 7.000 de moins que ceux que le staff zédiste nous promettait, lorsqu’ils plaçaient la barre à 20.000.

Mais 13 ou 15.000, ça reste un beau ratio. Quant aux personnalités, une poignée, en fait :

-Pierre-Marie Couteaux, qui aura fait l’ouverture.
-Jean Messiha.
-Joachim Son-Forget
-Karim Ouchikh (SIEL)

Ceux-là ne représentant qu’eux-mêmes.

-Jean-Frédéric Poisson, qui a chauffé (sic) la salle avant Éric Zemmour.
-et Christine Boutin.

À rappeler que Poisson et Boutin représentent un seul et même parti : le VIA1
Mazette les Guest stars. Sur ce plan-là, elle est où la percée ?

Sinon, Il y avait aussi beaucoup de curieux…

| Q. Comment ça ?

Jacques Borde. Beaucoup n’applaudissaient pas. Rare, pour être noté.

| Q. Indépendamment de ça : pourquoi Villepinte comportait, malgré tout, une part de risque ?

Jacques Borde. Là encore, de vieux trucs de militants :

-du « vous pouvez comptez sur moi, je serai là » à y être pour de vrai, le fossé est toujours réel. Je pense que l’équipe de “Z” s’attendait réellement à 20.000, lorsque a été prise la décision de migrer (sic) à Villepinte.
-changer le lieu d’un happening, provoque toujours un écrémage, parfois conséquent, des participants.
-les Parisiens aiment peu s’aventurer, hors de l’Urbs.
-les Parisiens aiment peu s’aventurer en des endroits qu’ils connaissent et fréquentent assez peu.
-Villepinte, et je ne vous parle pas des menaces de l’ultra-gauche, de certaines centrales syndicales et des Antifas, ça n’est pas la porte à côté.

Donc, Villepinte été un succès.

Au-delà : remplir des salles ne donne pas le même étiage au passage à l’isoloir. Mais, là, la campagne de Éric Zemmour est lancée. Et bien lancée.

Sauf que ladite campagne semble aussi destinée à aider celle de l’autre Bolloriste de ces présidentielles : Valérie Pécresse. La technique des poupées russes…

Note

1 Ou la Voie du peuple (abrégé en VIA), d’inspiration démocrate-chrétienne. Fondé par Christine Boutin en 2001 sous la dénomination Forum des républicains sociaux (FRS).

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Grand jeu en Afrique : Qui y veut Quoi ? [2]

| Afrique / Occident(s) | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Le terme grand …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer