Une “Coco” aux Commandes ? De justesse, non !…

| États-Unis | Éco / OCC | Eber Haddad |

De peu, les Américains ont échappé au pire, la nomination d’une Rouge-vieille-Manière à la tête de l’OCC. L’analyse d’Eber Haddad sur le sujet. Le titre est de la rédaction.

La dame sur cette photo s’appelle Saule Omarova et Biden (qui n’est pas que sénile, il lui arrive aussi d’être idiot) l’a nommée pour être à la tête de l’Office of the Comptroller of the Currency, un organisme étatique, sous la tutelle du Département du Trésor des États-Unis, chargé de réguler et de surveiller les banques nationales et celles implantées aux États-Unis. Elle avait, entre autres, préconisé la nationalisation de la plupart des banques comme un certain François Mitterrand…

Or cette brave dame, née au Kazakhstan qui faisait partie de l’URSS à l’époque, a fait ses études à l’Université de Moscou, a été communiste et, jusqu’en 2019, faisait même partie d’un groupe communiste sur Facebook !

Une communiste pour contrôler les banques américaines aux États-Unis ?

« Voilà une idée qu’elle est bonne » aurait dit Coluche !

Aucun romancier ou scénariste n’avait jamais osé envisager pareille situation… et si même il ou elle avait évoqué cette possibilité dans un livre ou un film sa carrière se serait arrêtée immédiatement sans compter qu’il ou elle aurait pu se retrouver dans un asile d’aliénés.

Après un mois d’auditions et d’enquêtes et surtout après avoir constaté que sa nomination serait rejetée vu qu’un grand nombre de Démocrates, du parti de Biden, ainsi que la quasi-totalité des Républicains ont ouvertement annoncé ne pas avoir l’intention de voter pour elle, Madame Omarova a « retiré sa candidature », façon élégante de dire qu’on l’a virée.

Ce à quoi on assiste aux États-Unis aujourd’hui c’est à une tragi-comédie dont les responsables sont au pouvoir et n’ont pas la moindre idée de comment s’en sortir même si Biden (ou ceux qu’il représente) est en train de rétro pédaler vigoureusement en adoptant discrètement les lois en vigueur sous Trump notamment au sujet des énormes problèmes à la frontière sud à cause d’une immigration incontrôlée et les désastres humanitaires qu’elle provoque.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Baerbock répond à l’international

| Allemagne | Géostratégie | Questions de DPA à Annalena Baerbock | Entretien accordé à …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer