L’État profond à la manœuvre…

| France | Présidentielles | Jean Cuny |

Première analyse, à chaud, de Jean Cuny, qui, absent pour cause de relocalisation (& des aléas qui vont avec) reprend du service (sic) dans les colonnes de de notre blog bfborde.com, Bonne lecture.

En 2017 l’État profond, pour conserver sa mainmise sur la France a mis en avant le sieur Macron qui présentait toutes les garanties : en 2007 il avait bénéficié d’une bourse du German Marshall Fund avec le parrainage du banquier Bertrand Barbé (promotion Young Leaders 2002 de l’American French Foundation) qui devint en 2013 directeur financier de la Banque Mondiale.

En 2012 Macron fit aussi partie des Young Leaders.

Son élection en 2017 a paru assurer à l’État profond son pouvoir sur la France. Mais le quinquennat de Macron a été tellement calamiteux qu’il a suscité en France une vague de fond qui aux présidentielles de 2022 risquait de voir l’État profond perdre le contrôle.

Il y a un an, le scenario paraissait joué : un second tour de la présidentielle opposant Macron a Marine Le Pen avec cette fois ci la perspective de voir un Macron démonétisé submergé par la vague du mécontentement qu’il avait suscité.

L’État profond a mis en place une nouvelle stratégie :

D’abord empêcher Marine Le Pen d’accéder au second tour, pour cela l’État profond a suscité un golem : Éric Zemmour qui en reprenant un certain nombre de thèmes du Rassemblement national (RN) est destiné à lui faire perdre des voix. Mais malgré cela Marine Le Pen risquerait quand même d’une courte tête d’arriver en seconde position à l’issue du 1er tour des élections présidentielles.

Alors l’État profond a sorti la carte Valérie Pécresse qui représentera LR à ces présidentielles : une femme bien sous tous rapport : promotion 2002 des Young Leaders de la French American Foundation, ultra libérale (elle réclame la sortie de l’État des entreprises concurrentielles dont il est actionnaire minoritaire), elle est pour la supériorité du Droit européen sur les droits nationaux.

Son mari Jérôme Pécresse est pdg de GE Renewable Energy cette partie d’Alsthom que Macron a vendu aux Américains.

Le 22 août 2006 dans Le Monde elle défendait l’idée d’une société multiraciale :

« La France est une société métissé …l es habitants des ghettos et ceux des beaux quartiers finiront par se mélanger », « l’avenir, à savoir la construction d’une société métissée ».

En 2010 elle a signé avec des indigénistes « l’appel pour une société multiculturelle et postraciale ».

Voilà la nouvelle candidate mondialiste et déjà les « sondages » nous la montrent se qualifiant pour le second tour et la seule à pouvoir battre Macron avec 52% des voix.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Baerbock répond à l’international

| Allemagne | Géostratégie | Questions de DPA à Annalena Baerbock | Entretien accordé à …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer