Éructer n’est pas gouverner ! Petit état des lieux 2021… [2]

| Occident | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

Une année qui se termine mal & une qui devrait commencer aussi mal. Entre les imprécations sanitaires & géostratégiques d’un régime de Paris passablement à l’agonie & les éructions de faux prophète médiatique aux origines encore peu claires, Une occasion, comme une autre de faire un petit état des lieux. Partie 2.

« Il n’est pas possible d’envisager que Wagner vienne au Mali ».
Jean-Yves Le Drian.

« La plus grande inquiétude c’est que l’Europe a perdu le sens de ses origines. Elle a perdu ses racines. Or, un arbre qui n’a pas de racines, il meurt. Et j’ai peur que l’Occident meure. Il y a beaucoup de signes. Plus de natalité. Et vous êtes envahis, quand même, par d’autres cultures, d’autres peuples, qui vont progressivement vous dominer en
nombre et changer totalement votre culture, vos convictions, vos valeurs ».
Mgr. Robert Sarah.

« Le caractère éminemment stratégique de CILAS montera encore en puissance avec l’émergence des armes lasers ».
Florence Parly.

« Les exigences US sur des composants de nos articles exports nous ont coûté la levée de l’option égyptienne pour 12 Rafale en 2019, et ont été à un cheveu de nous enlever le contrat de frégates grecques (en août 2020) ».
Lionel Langer.

| Q. À ce stade, déplorons, comme vous le faites, l’ordre dispersé des Occidentaux face au terrorisme. Mais la lenteur est bien la chose la mieux partagée, lorsqu’il est question d’agir de concert entre puissances ?

Jacques Borde. Plus ou moins. Pensons, ici, à l’aphorisme, du général d’Armée Maurice Paul Emmanuel Sarrail1 à Salonique : « J’ai beaucoup moins d’admiration pour Napoléon depuis que j’ai commandé une coalition »2.

Mais, cette pantomime improductive, irréaliste et grotesque autour du Groupe Wagner dure déjà depuis des mois. Et pourquoi ? Pour quels résultats ? Ça a fait avancer les choses dans la lutte contre le terrorisme et affaibli les franchises diverses et variées de Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)3 et d’Al-Qaïda ?

Évidement que non. Heureusement, tout le monde n’a pas un agenda aussi chaotique…

| Q. Des noms ?

Jacques Borde. Deux exemples, alors.

Primo, prenez les États-Unis et le monde arabo-musulman. Alors que rien ne bougeait depuis quinze ans – et à la tête d’une administration en quasi-rébellion contre ses ordres – il a fallu à peine un demi-mandat au président des États-Unis, Donald J. Teflon Trump, pour jeter les bases de l’Accord d’Abraham. Et d’y rallier une partie non-négligeable du monde arabo-musulman.

Accord incomplet et en laissant trop sur le côté de la route. Possiblement. Mais qui évite qu’en cet Orient Compliqué, les acteurs ne se jettent à la gorge des uns des autres. C’est déjà ça.

Je laisse aux théoriciens du Armons-nous & partez (si présents sur nos plateaux-TV) à leurs appétits. Le Yémen et ses morts ne leur suffisent visiblement pas.

Secundo, passons aux relations bilatérales entre l’administration de S.A.R Mohamed MBS Ibn-Salmān Āl-Séʻūd, prince héritier d’Arabie Séoudite et ministre séoudien de la Défense, et celle du président égyptien, ‘Abdu l-Fattāḥ Sa‘īd Ḥusayn Khalīl as-Sīssī.

« Chose dite chose faite », comme l’a écrit Chaïmaa Abdel-Hamid, sur Al-Ahram Hebdo, « Quelques jours après l’inauguration du mécanisme de consultation politique, une première rencontre a rassemblé le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, et son homologue séoudien, le prince Fayçal ibn-Farḥān Āl Séʿūd, au Caire le 16 décembre [2020]. Une rencontre qui vient en préparation de la réunion du Comité de suivi et de consultation politique entre l’Égypte et l’Arabie Séoudite ».

Dans un communiqué conjoint, Choukri a souligné que « Nous avons discuté de sujets comme la lutte contre le terrorisme, les récents développements en Libye, au Soudan, en Syrie, au Liban, en Irak et au Yémen, ainsi que la question nucléaire iranienne ».

C’est toujours la même chose, tout est question de volonté politique. Quant on veut, on peut.

Apparemment, certains membres du camp occidental ne sont pas très pressés d’en finir avec la terreur takfirî

| Q. Rien que du négatif, pour ce passage de témoin temporel 2021/2022 ?

Jacques Borde. Non, quand même pas. Deux très bonnes nouvelles aux plans économique et géostratégique.

Primo, au plan des armées, la commande de 169 Airbus H160 Guépard va sécuriser l’activité industrielle du site Airbus Helicopters de Marignane pour les 15 prochaines années. Idem pour le site de Safran Helicopter Engines à Bordes.

Mais, là encore, tout ceci est une question de volonté. Ici, une volonté de rigueur industrielle. Prévue par la Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, la commande de ces 169 Airbus H160 Guépard, répond à deux concepts :

1- celui de flotte unique ;
2- celui de verticalisation.

Tous deux imposés par le ministre français des Armées, Florence Parly, et orchestrés par le maître d’œuvre qu’est la Direction de la maintenance aéronautique (DMAé).

Merci à Mme. Parly qui, gestionnaire aux idées carrées, commence à nous faire oublier les délires organisationnels de ses prédécesseurs.

Secundo, fin d’un feuilleton « qui a tenu en haleine le microcosme de la Défense et du spatial pendant des mois », ArianeGroup, maître d’œuvre des lanceurs Ariane 5 et 6, est entré en négociations exclusives avec le motoriste Safran et le missilier MBDA pour la vente de 63% du capital de la Compagnie industrielle des lasers (CILAS).

CILAS, fondée en 1966, « est une pépite méconnue de la base industrielle de défense française », rappelle Vincent Lamigeon, qui nous précise que « Cette PME d’environ 50 M€ de chiffre d’affaires développe des lasers et des systèmes optroniques pour les armées, le CEA, le secteur spatial et divers clients civils ».

« Le caractère éminemment stratégique de CILAS montera encore en puissance avec l’émergence des armes lasers », soulignait déjà la ministre des Armée Parly, en février 2020, lors d’une visite du site d’Orléans (Loiret).

CILAS, ainsi, sera à l’abri d’intérêts malveillants et étrangers.

Là, mon petit doigt me dit que sans Mme. Parly, cette affaire aurait pu ne pas se faire. Quelque part, heureusement.

| Q. Pourquoi, heureusement ?

Jacques Borde. Parce que dans le monde – hors cette vieille carcasse européiste, qui a de plus en plus de mal à se mouvoir le fessard – les choses bougent de plus en plus. Et de plus en plus sans nous.

Deux nouvelles, en provenance du continent africain feraient mieux de réveiller quelques esprits endormis :

1- Abuja envisage l’achat d’appareils de combat russes, des Su-57 Felon et Su-35 Flanker E, plus précisément pour équiper sa Nigerian Air Force (NAF)4, a fait savoir le Nigerian minister of Defence, le major-general (Rtd) Bashir Salihi Magashi, dans un communiqué publié le 28 décembre. 2020.
2- Son voisin camerounais envisage, lui, l’achat de systèmes antimissiles Su-300.

À titre informatif, si le contrat avec la NAF et celui avec l’Al-Qūwāt al-Jawwīyä al-Djaza’eria5 concernant le Su-57 Felon aboutissaient, nous en serions à deux pays du continent africain à passer sur des appareils de 5ème génération. Ce que n’est pas encore notre Rafale actuellement en parc. Le Rafale F4 équipera, mais seulement à partir de 2025, notre armée de l’Air & de l’Espace (aAE).

[À suivre]

 

Notes

1 Généralement attribué à Foch.
2 Sarrail devient le commandant en chef des armées alliées d’Orient (CAA) le 16 janvier 1916. Eût aussi à faire face à la Révolte Druze.
3 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
4 Ou armée de l’Air nigériane.
5 Ou armée de l’Air algérienne.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Grand jeu en Afrique : Qui y veut Quoi ? [2]

| Afrique / Occident(s) | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Le terme grand …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer