Accueil / Verbatim / Ambiguïtés & manque de moyens : Les Hoquets de notre lutte Vs la terreur

Ambiguïtés & manque de moyens : Les Hoquets de notre lutte Vs la terreur

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Passés les ors de Milipol : retour au concret. Rien n’y fait. Une fois violées1 les frontières de l’hexagone, notre lutte contre la terreur takfirî – ou terrorisme intérieur, si ce mot a plus de sens pour certains de nos lecteurs – laisse encore & toujours cette impression de déjà-vu & d’improvisation permanente. Plus qu’Étonnant de la part d’une France qui reste la première puissance militaire en lutte contre DA’ECH une fois le pied posé sur le continent africain. Notre guerre contre le mal absolu aurait-elle le hoquet & pour combien de temps encore ?

« DA’ECH, Al-Qaïda, PKK — vous verrez l’ombre de l’Occident derrière toutes ces organisations. Elles toutes trouvent refuge en Occident. Où est le FETÖ2 ? Également en l’Occident. Elles reçoivent un soutien matériel très sérieux ».
Reccep Tayyip Erdoğan.

| Q. Que pensez-vous des débats sur les tueries de masse aux États-Unis ?

Jacques Borde. Tels qu’il ont été conduits sur nos plateaux TV à la suite des drame que connaît l’Amérique ? De la fumisterie et du foutage de g… tout simplement. Là (mais c’est aussi le cas sur bon nombre de sujets), les intervenants nous ont pris, et je pèse mes mots, pour des… cons ! En fait, un comportement qui en dit long sur l’absence totale de déontologie qui prévaut en ces lieux non pas d’information mais bien de propagande ad usum takfirî.

| Q. Carrément. Vous n’avez pas votre langue dans votre poche ?

Jacques Borde. Je pense, à l’exemple du président français, Emmanuel Macron, que la parole mérite, parfois, d’être un peu crue, imagée et libérée. Bon, revenons au sujet.

En fait, ce que vous appelez les tueries de masses ne sont pas aussi nombreuses et massives que vous semblez le croire.

| Q. Qu’entendez-vous par là ?

Jacques Borde. Certes, le New York Times (titre phare du cloaca mediatica démocrate, est-il important de le rappeler) nous recensait le 7 octobre 2017 ses 521 mass-shootings en 477 jours aux États-Unis. Bla, bla, bla ! Le poids des mots, le choc des médiamensonges, en fait.

Du coup, sans aller plus loin, nos media caniveaux germanopratins se vautraient à l’envie dans cette fange médiatique servie sur un plateau. À cela près que ce terme de mass-shootings englobe tout usage d’arme à feu au cours duquel quatre (4) personnes ou plus on été tuées ou blessées au même endroit et au même moment.

Ce qui ramené :

1- à la pratique du tir sportif ;
2- à la pratique de la chasse ;
3- aux accidents domestiques (nettoyage et manipulations hasardeuses) liés à la simple possession (légale ou non) d’armes ;
4- à la criminalité d’un pays de la taille des États-Unis, tout cela prend une tout autre proportion, reconnaissons-le.

Terminons par le fait que nombre de ces usages d’arme à feu incluant l’usage fait par des criminels, ceux d’entre eux qui sont blessés ou tués peuvent difficilement être considérés comme des victimes. Leurs aléas balistiques relèveraient plus de l’accident du travail.

Si, a contrario, vous prenez des pays comme la Suisse qui figure parmi les pays les plus armés au monde (sic) proportionnellement à sa population3 – mais où la criminalité armée est relativement faible – malgré cet arsenal, les tueries (telles que définies par le New York Times, bien évidemment) restent extrêmement rares.

Par ailleurs, comme le signale le criminologue Martin Killias, « … le milieu criminel helvétique, propice aux dérapages, n’a pas tellement versé dans l’armement. Un vendeur de drogue de rue n’est ainsi généralement pas muni d’un revolver. Aux États-Unis, au contraire, les vendeurs sont armés. Et les clients aussi ».

Autre lieu, autres mœurs.

Au fait, combien de morts par appareils ménagers (et de bricolage) ou au volant de tous types de véhicules ? Ou, comme l’a souligné le chroniqueur Jesse Waters sur Fox News, « Lorsque quelqu’un se fait larder de coups de poignard, accusez-vous le couteau ? »…

Non de toute évidence. Sauf en France peut-être. C’est notre rapport à l’arme à feu qui est biaisé.

| Q. Bon. Autre sujet :ce qui fait défaut dans notre lutte contre le terrorisme, ce sont surtout les moyens ?

Jacques Borde. (Soupir) Une fois de plus : oui et non.

Je dirai qu’il s’agit davantage d’une question de priorités. Et je parle là de notre combat contre le terrorisme intérieur. Car, n’oublions pas que sur les fronts extérieurs la France est le 2ème pays occidental en termes de moyens militaires déployés derrière les États-Unis et devant la Russie. Et le premier en termes de combattants engagés face à la terreur takfirî. Car, rappelons-le, la Guerre en Afghanistan reste une guerre classique géostratégiquement4, bien qu’asysmétrique au plan tactique.

Ceci posé, les moyens sont là où les gouvernants jugent qu’il est importants qu’ils soient. Si, depuis qu’Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (DA’ECH)5 a ouvert un front du djihâd sur notre sol, nous y consacrons si peu d’hommes et de moyens, c’est aussi parce que nous en avons décidé ainsi, non ?

Sans parler de dépenses parfaitement inutiles, voire proprement scandaleuses. Comme lorsque Zoulikha Merah – la mère du terroriste takfirî et antisémite Mohamed Merah, dont le chercheur Mohammed Sifaoui nous dit : « j’ai entendu la mère de Mohammed Merah dire ‘le prophète nous a permis de tuer des enfants juifs’ » – a obtenu en priorité absolue un logement social à Tremblay6.

Comme l’a fait Me. Gilbert Collard, on rappellera qu’il y a « actuellement 500.000 demandeurs d’un logement social en région parisienne, et que ce tour de faveur constitue une véritable insulte à la communauté juive ainsi qu’à nos armées… ».

Prenons un autre exemple, revenons sur Marseille : que venons-nous de voir ? Un individu en situation irrégulière avec 7 arrestations sous 7 alias différents depuis 2005, est relâché – faute de tout ce qu’on voudra, à commencer par les manques de moyens et de personnels – après un vol. Puis, étant libre comme l’air, il égorge deux jeunes femmes.

A contrario, un citoyen lambda avec des papiers en règle qui roule à 150 km/h sur autoroute, se fait loger d’une manière ou d’une autre par les services de l’État dans des délais assez court et reçoit son PV sous quatre jours, majoré sous 15, puis a droit à une saisie-arrêt sur compte avec frais d’huissier.

On voit donc où sont les priorités des gouvernements qui se sont succédé depuis 2005.

Au lieu de prolonger l’état (dit) d’urgence, ne serait-il pas plus utile de réorienter une partie des moyens de de la puissance publique vers la lutte antiterroriste.

| Q. Que diriez-vous à ceux qui s’élèvent contre les propositions de Rachida Dati pour combattre le terrorisme intérieur ?

Jacques Borde. Tout d’abord, j’approuve et je soutiens tout ce qu’a récemment dit Mme. Dati.

Ensuite, je dirai à tout ceux qui font ainsi la fine bouche, qu’ils feraient mieux d’ouvrir les yeux : l’administration Macron est, semble-t-il beaucoup plus pragmatique que les précédentes…

| Q. Que voulez-vous dire ?

Jacques Borde. Simplement ceci. À entendre ce qu’a dit à la RTBF l’ambassadeur d’Irak en Belgique, Jawad al-Chlaihawi, la ribambelle de djihâdistes européens (dont les nôtres) tombés entre les mains des forces régulières irakiennes :

1- allait bien être jugée en Irak ;
2- y encourait la peine de mort ;
3- qu‘aucune distinction et intervention ne seraient faite sur la base du sexe. Entre hommes et femmes, je veux dire.

| Q. Comment cela ?

Jacques Borde. Verbatim Jawad al-Chlaihawi : « Nous avons capturé beaucoup de terroristes d’Asie centrale, russes ou tchétchènes, mais aussi une centaine d’Européens dont des Belges. Ils seront jugés en Irak. La plupart d’entre eux encourent la peine de mort (…). La France par exemple n’accepte que le rapatriement des enfants pour des considérations humanitaires. Mais pour les femmes adultes, ils nous disent : faites ce que vous voulez avec eux, selon la loi irakienne ».

Comme quoi, tout n’est pas entièrement négatif.

Notes

1 Les Migrants-Clandestins (sic) restent ad minimo des délinquants. Voire des criminels
2 Ou Gülen Hareketi ou Gülen Cemaati . L’appellation PDY/FETÖ est celle choisie par l’administration Erdoğan.
3 Selon Small Arms Survey (ONG basée à Genève), le classement du nombre estimé d’armes par habitant comprend les États-Unis, le Yémen puis la Suisse. Soit près de 3,4 millions d’armes à feu sur le territoire helvétique, un ratio de 4 armes pour 10 habitants.
4 Avec, comme pour les Soviétiques (qui, eux, avaient été appelés par le pouvoir en place) : 1- invasion du pays ; 2- occupation du pays ; 3- soutien à des factions locales mises au pouvoir.
5 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
6 Motif invoqué : la rapprocher de son fils Abdelkader Merah incarcéré à Villepinte pour des faits de terrorisme.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Transfert de l’Ambassade US à Jérusalem ! Qu’en penser ?

| États-Unis / Israël | Géostratégie | Jacques Borde| L’idée du Transfert de l’Ambassade US …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer