D’Alger & d’Algérie : Sommes-nous en 1962 ou en 2022 ? [1]

| France / Algérie | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

Dans un texte, ancien (31 décembre 1994) mais d’une incroyable actualité, Michel Jobert avait titré que ce qu’il fallait à Alger & Paris, pour asseoir enfin des relations bilatérales, efficaces & durables, c’était « plus d’indifférence ». C’est-à-dire, plus de rigueur, moins de querelles tirées d’un passé commun & douloureux. J’avoue qu’à l’époque ce texte m’avait, de prime abord, surpris (sic). Ça n’est qu’après l’avoir lu & relu que j’en ai saisi l’importance & la vérité profonde. 2022, il est plus qu’évident, que porté par les rances rancœurs de quelques-uns, ce texte & les précieux conseils qu’il contenait s’est perdu dans les limbes du temps. Bien dommage. Il reste à ceux que cela intéresse, à s’acheter L’Aveuglement du monde occidental, paru chez Albin Michel, en 1997. Mon exemplaire étant, bien sûr, dédicacé. Partie 1.

« Lorsque Mitterrand fleurissait la tombe de Pétain avec l’argent du peuple BHL ne disait rien. Cette gauche caviar me dégoûte ».
Daniel Richard.

« Mon esprit chrétien me pousse à souhaiter à tous les zemmouriens — revanchards de la campagne Fillon, conservateurs-libéraux révolutionnaires des beaux quartiers ou nationaux perdus par leur haine de Marine — de bien profiter de ce moment fugace de bonheur. Il ne durera que le temps de quelques sondages saisonniers et du mirage médiatique que ne va pas tarder à balayer le vent de la réalité, cette terrible, effrayante et vulgaire réalité que le peuple, au contraire des élites autoproclamées du 7e arrondissement de Paris et des notables de province, connaît si bien au quotidien et perçoit si instinctivement dans ses projections les plus hautes ».
Jean-François Touzé.

« Paraît que BHL dézingue Zemmour, je crois surtout qu’il profite de la notoriété de Zemmour pour revenir sur le devant de la scène… la vraie, il a dû abandonner faute de spectateurs payants ».
Aristotellis Follet.

« J’aimerais qu’Éric Zemmour prenne conscience que je n’ai aucune responsabilité dans la situation du pays et que c’est Emmanuel Macron qui est au pouvoir. Il devrait donc réserver ses piques au président de la République plutôt qu’à quelqu’un qui défend la France avec conviction, honnêteté et pugnacité (depuis) plus longtemps que lui ».
Marine Le Pen.

| Q. D’entrée, la phrase de Jobert plus précisément ?

Jacques Borde. En fait, la phrase dont il est question était la réponse de Georges Pompidou à une question posée en 1970 : « Que faudrait-il pour que ces deux pays s’entendent mieux ! ». « Qu’ils se manifestent plus d’indifférence ! », avait dit le président de la République.

Michel Jobert, d’écrire alors : « Aujourd’hui comme hier, c’est indispensable ».

Entre nous, en dépit des ans passés, qui pourrait dire le contraire ? Même si beaucoup, parlent et agissent comme si les propos de Michel Jobert avaient été, comme disent les Iraniens, « rayé de la carte du temps ».

| Q. Parlons du concret, corollairement, que penser de ces Français qui, selon Jérôme Fourquet, « se sont fait une sale réputation à Dubaï » ?

Jacques Borde. Des Français de papier (sic). Tout le monde ne s’assimile pas comme Zemmour, Messiha et tant d’autres.

Pour être complet, Jérôme Fourquet, précise à propos de ces bipèdes (sic) qu’ « ...On a vu naître l’expression “French bad” pour désigner les lascars, les racailles de banlieue ». Que la justice locale s’abatte sur cette lie infecte et la broie de la manière la plus implacable possible. Et, que nos représentations, puisqu’elles n’ont pas le choix, se limitent à leur endroit à une assistance minimaliste. Voire, pas d’assistance du tout, s’il y a moyen.

| Q. Je suppose qu’à cet éclairage, les débats actuels sur la pré-existence de l’Algérie, font un peu penser aux débats byzantins sur le sexe des anges ?

Jacques Borde.Ces échanges (sic) sur l’Algérie d’avant la période coloniale, tels que matraqués (sic) à outrance par notre polémiste aux ambitions affirmées et auquel s’est également essayé Emmanuel Te Haka Iki Taaoa1 Macron, notre si peu chef de l’État ?

Vous appelez ça des débats vous ? De l‘enc… de mouches, tout au plus .

Primo, parce qu’ils ne présentent aucun intérêt géostratégique.

Secundo, parce qu’ils regardent :

1- les Algériens : qu’ils s’en dépatouillent comme ils peuvent.
2- ceux des historiens que cela motive et occupe.

Sérieusement, je pense que nous avons d’autres matières à traiter avec ce pays indépendant – de par sa volonté, et, en partie, la nôtre, puisque tout cela, beaucoup l’oublient, est passé par un traité en bonne et due forme : les Accords d’Évian entre la France et le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) – depuis les années 60.

Simple question à nous poser : quelqu’un a-t-il, pour de vrai, et non pour consoler ses rancœurs anciennes d’algérianité familiale passée, l’intention de revenir dessus ? Probablement, non ! La fausse droite à l’us de ces promesses karchéristes (sic) qu’elle clame haut et fort et ne tient jamais.

Alors, pourquoi, nous remettre ce couvert à longues d’antenne ? La soupe est refroidie et bonne à jeter depuis longtemps. Passons à autre chose. Comme, par exemple, faire un sort le plus définitif possible à notre ennemi commun : le terrorisme takfirî que nous avons été incapables – et, je parle bien là de la France – d’éradiquer au Sahel.

| Q. Justement, vous me parliez avant que nous ne commencions, de drones algériens…

Jacques Borde. Tout à fait. Notamment le Djazaïr-54. Une belle bête : 72 heures en l’air, 10 points d’emport.

| Q. Basé sur un modèle de l’Est ?

Jacques Borde. Vous savez, notre excellent Patroller, part, pour la cellule, d’un planeur motorisé made en Germany, alors. Et pose encore des problèmes à nos ingénieurs. Alors.

| Q. Vous imaginez des Djazaïr-54 sous couleurs françaises ?

Jacques Borde. (Sourire) Question amusante ! Nous n’en sommes pas là. Mais, notez que les avions-écoles de notre armée de l’Air & de l’Espace (aAE), sont suisses : des Pilatus PC-21.

Quant à nos drones de frappes, ce sont des drone MALE (moyenne altitude longue endurance) 100% made in USA, des MQ-9 Reaper maintenant armés et passablement francisés :

-4 ou 8 × missiles air/sol AGM-114 Hellfire.
-2 × missiles air/air AIM-92 Stinger.
-2 × bombes GBU-12 Paveway II.

Soit, moins que la charge utile du Djazaïr-54.

| Q. Algérie encore : dans l’hypothèse où Marine Le Pen arriverait aux affaires, question concrète : vous voyez qui pour aller discuter avec les gens d’Alger, puisque (selon vous) il y a urgence à travailler ensemble sur les questions de terrorisme ?

Jacques Borde. D’entrée, trois choses :

1- ce travail existe déjà.
2- je ne connais pas personnellement, les gens en charge des questions internationales au RN.
3- je pense qu’il s’agit d’un travail d’équipe.

Maintenant, si vous me demandez qui je vois à la tête de cette équipe : Jean-Marie Le Pen, tout simplement. Il connaît les dossiers et a l’expérience des rencontres avec les Algériens. Et inversement. Croyez-moi, ça se passera très bien. Mieux qu’avec “Z”, et ses provocation à la limite de l’insulte, en tout cas.

| Q. Mais, sorti de cette question algérienne qui le taraude, Zemmour est plus posé dans ses analyses… ?

Jacques Borde. Vous voulez rire. Pas le moins du monde. Relisez ses déclarations sur les femmes, vous tomberez des nues.

Plus généralement, notre chroniqueur-in-chief survole, difficilement en plus, ces sujets, avec des phrases toutes faites qui ne veulent rien dire.

Exemple son « … la grande politique étrangère du général est inscrite dans quelques pages d’un ouvrage de Charles Maurras, Kiel et Tanger ».

Problème, outre, une bonne part des ouvrages du Général, il se trouve que j’ai aussi lu Kiel et Tanger2. Et, là, nous sommes à la limite de l’escroquerie intellectuelle. Voire de la forgerie. Tant, en fait, l’ouvrage de Maurras reste plutôt générique, mais, au demeurant, intéressant et révélateur de l’esprit d’une époque.

Maintenant, il est certain qu’à vouloir lier Maurras et le général, Kiel et Tanger, ça sera toujours plus facile à caser dans une réunion publique, ou un dîner avec des caciques LR, que les sorties de Maurras sur Blum :

« Ce », je cite « Juif allemand naturalisé, ou fils de naturalisé, qui disait aux Français, en pleine Chambre, qu’il les haïssait [Blum n’a jamais dit ça], n’est pas à traiter comme une personne naturelle. C’est un monstre de la République démocratique. Et c’est un hircocerf de la dialectique heimatlos. Détritus humain à traiter comme tel (…). L’heure est assez tragique pour comporter la réunion d’une cour martiale qui ne saurait fléchir (…). C’est un homme à fusiller, mais dans le dos ».

Là, avec Kiel et Tanger, le “Z” est dans sa phase de séduction d’un électorat précis, mais sans prendre le risque de se faire coincer par la patrouille, comme on dit au Rugby. Rien de plus, rien de moins.

[À suivre]

Notes

1 Rebaptisé ainsi aux Îles Marquises, signifierait le petit chef qui va trébucher.
2 Essai géopolitique de Charles Maurras, paru en 1910.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Grand jeu au Sahel : Des Fâcheries au Golpe ? [3]

| Afrique / Occident(s) | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Du grand jeu …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer