Grand jeu au Sahel : Des Fâcheries au Golpe ? [1]

| Afrique / Occident(s) | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

Du grand jeu – inventé (par les Anglo-Saxons) pour décrire la lutte les opposant aux locaux (Afghans) & aux Russes –  au Golpe, pronunciamiento, coup d’État, appelez-le comme vous voulez, celui qui risque de se jouer au beau milieu du continent africain nous offre (sic) les relents bien glauque d’une Françafrique qui se refuse à rendre l’âme. Seul aléa pour Paris & son régime, nous ne sommes plus les seuls à faire dans le grand jeu. Alors qui tirera les marrons maliens du feu & pour qui ? Avec au coin de l’Adansonia digitata1 à compter les points, des terroristes takfirî, toujours aux aguets !… Partie 1.

« De nombreux instructeurs russes ont été déployés au Mali ces dernières semaines, notamment sur la base de Tombouctou (nord) récemment quittée par les forces françaises, ont indiqué des responsables militaires maliens, en pleine querelle avec les partenaires internationaux sur le déploiement d’un groupe de mercenaires russes. Un de ces responsables a répondu par l’affirmative à la possibilité que ces instructeurs soient désormais au nombre d’environ 400 à travers le pays. Il n’y a donc plus de doute. Des militaires russes étaient déjà présents dans le pays, pour assurer la maintenance d’équipements par exemple, mais ils étaient très peu visibles en tant que tels. L’arrivée assumée d’un certain nombre d’instructeurs russes nourrit le soupçon largement partagé du recours par les autorités maliennes, malgré leurs dénégations, aux services du groupe paramilitaire russe Wagner. Les autorités maliennes ont jusqu’alors démenti un tel déploiement. Elles invoquent la présence de formateurs russes au même titre que de formateurs européens. Mais un responsable sécuritaire occidental, un diplomate africain en poste à Bamako et un élu local ont fait état auprès de l’AFP de la présence de mercenaires russes au Mali, sous le couvert de l’anonymat, compte tenu de la sensibilité du sujet. Un autre responsable malien, également sous le couvert de l’anonymat, a confirmé la présence “d’instructeurs militaires russes dans plusieurs parties du Mali”. “Vous parlez de mercenaires, C’est votre affaire. Pour nous, ce sont des instructeurs russes”, a-t-il dit, alors qu’un responsable sécuritaire occidental a parlé de “quelques centaines de mercenaires russes de la société Wagner déployés sur le territoire malien entre le centre et le nord” ».
Sabah Sabet, in Al-Ahram Hebdo.

| Q. Vers un rétablissement des relations diplo entre Riyad et Téhéran ?

Jacques Borde. Possiblement.

Par voix de communiqué, Riyad a fait état de l’avancée des négociations sur le sujet avec la partie iranienne.

Un rétablissement entre ces deux-là pourrait donner une chance de résolution du conflit au Yémen. Et, comme par hasard, une volée de sol/sol attribués à Al-Ḥūthīyūn2 qui s’abattent sur l’aéroport d’Aboû Dabî !…

| Q. Sinon, encore une frayeur pour Le Drian ?

Jacques Borde. Oui, semble-t-il.

En tout cas une forte approximation (sic) dans la démonstration qu’a voulu donner notre ministre de l’Europe & des Affaires étrangères, l’inégalable Jean-Yves Le Drian, de la volonté des Européens à se tenir à nos côtés au Mali.

Le Drian a cru bon de gloser sur la pérennité de la présence des milis suédois, aux côtés des nôtres, au Mali. Après tout, pourquoi pas ?

Sauf que les militaires suédois quitteront bien cette année la Force Takuba qui regroupe des forces spéciales européennes au Sahel. C’est ce qu’a indiqué, le 14 janvier 2022, la titulaire du Utrikesdepartementet (UD)3, l’éminente membre du Sveriges Socialdemokratiska Arbetareparti (S/SAP)4, Ann Linde, déclarant que « Nous avons d’ores et déjà décidé que nous quitterons cette année la force Takuba ». Et d’ajouter que « La question qui se pose est celle de savoir ce que nous allons faire avec la MINUSMA »

Les Casques bleus suédois, aussi ? À ce train-là, croiser un Suédois au Mali sera aussi facile qu’y organiser une partie de poker avec des Eskimos.

Du coup, Le Drian a dû faire le forcing pour que Ann Linde, revienne sur sa déclaration : les Suédois resteront bien au Mali. Mais :

1- Combien ?
2- Pour combien de temps ?
3- A y faire quoi ?

De moins en moins d’Européens. Alors pourquoi pas des Russes à nos côtés ?

| Q. Bon, là, où en est-on entre Paris et Bamako?

Jacques Borde. Suite aux sanctions prises par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)5, les autorités maliennes ont remis en question des accords militaires signés avec Paris, selon une source sécuritaire de la présidence malienne, citée par AGORA Actualités.

Une réponse du berger à la bergère, en quelque sorte.

L’annonce a été faite après la mobilisation générale contre les sanctions de la CEDEAO, le 14 janvier 2022. Une décision qui intervient aussi après la violation de l’espace aérien malien par un appareil militaire français.

Le Premier ministre malien, Choguel Kokalla Maïga, et le président, Assimi Goïta, avaient déjà prévenu que des décisions suivraient après la mobilisation nationale. Par ailleurs, un élément précurseur d’interventionnisme pro-occidental au Mali : plusieurs moteurs de recherche et/ou réseau sociaux GAFAMistes, bloquent désormais l’accès au site des FaMa…

Le souci est que Paris finit par se prendre les pieds dans le tapis avec ses coups de mentons caudillesques (sic) qui, in fine, ne riment pas à grand-chose.

Avec, qui plus est, du rétropédalage à la clé.

| Q. Dans quelles circonstances ?

Jacques Borde. La CEDEAO envisage déjà l’allègement des « sanctions sévères »
qu’elles vient à peine d’imposer au Mali.

En effet, suite au décès de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keita (IBK), le dimanche, 16 janvier 2022,  la fermeture des frontières empêchera certains chefs d’État de la… CEDEAO d’assister aux obsèques de d’IBK, une figure politique majeure du continent. Or, la CEDEAO souhaite bien envoyer une délégation pour rendre un dernier hommage à IBK, qui serait inhumé le vendredi 21 janvier 2022.

Du coup, Emmanuel Macron aurait appelé les présidents de la CEDEAO afin que ces derniers revoient leur copie.

| Q. Mais, à quoi joue Paris en l’affaire malienne ?

Jacques Borde. Là, franchement, on se le demande. On a furieusement l’impression que le régime de Paris nous joue un mauvais remake de la comédie d’espionnage OSS 117.

| Q. Dans quel sens ?

Jacques Borde. Paris, qui n’a rien retenu des erreurs de l’Occident en Afghanistan, fait une fixation géostratégique sur la présence russe, comme si, aujourd’hui, Moscou pesait du poids qui était le sien du temps de l’Union soviétique.

Autiste géopolitique, le régime de Paris s’échine à damer le pion à la présence russe au Sahel comme si elle était l’équivalent des troupes chouravi que combattaient les Mujâhiddïn afghans.

Ce faisant, le régime de Paris oublie deux choses. :

1- Moscou et sa projection Wagner (sic), ça n’est pas l’armée rouge à Kaboul.
2- les groupes terroristes takfirî au Sahel ne sont pas nos alliés cette affaire, mais nos ennemis. Du moins, on l’espère.

Le régime de Bamako auquel, via la CEDEAO, nous tentons, nous régime de Paris, de tirer les oreilles, n’est pas, non plus, celui de Kaboul du temps des Soviets.

L’affaiblissant, c’est à nos propres forces que nous contribuons à porter des coups.

À terme, pensons-y, c’est plus pour Washington et Pékin, que nous tirons les marrons saheliens des braises. Par notre politique de gribouilles.

| Q. Et, Guillaume Soro, invité à Bamako ?

Jacques Borde. Sujet bilatéral ivoiro-malien. Il est du droit le plus absolu de Bamako d’inviter Guillaume Kigbafori Soro. Et de M. Soro de répondre, comme il lui sied, à cette invitation.

Là aussi, la CEDEAO à la peine…

[À suivre]

Notes

1 Nom savant du baobab africain.
2 Officiellement ʾAnṣār Allāh, أَنْصَار ٱللَّٰه, issu du Forum des jeunes croyants, organisation religieuse zaïdite (donc chî’îte) culturelle co-fondée en 1992 par Hussein Badreddine al-Houthi et Mohamad Azzane. Leur devise est « Dieu est le plus grand, Mort à l’Amérique, Mort à Israël, Maudits soient les juifs, Victoire à l’islam ».
3 Ou ministère suédois des Affaires étrangères.
4 Ou Parti social-démocrate suédois des travailleurs.
5 Ou Economic Community of West African States (ECOWAS), en portugais, Comunidade Económica dos Estados da África Ocidental.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Grand jeu au Sahel : Des Fâcheries au Golpe ? [3]

| Afrique / Occident(s) | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Du grand jeu …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer