Grand jeu au Sahel : Des Fâcheries au Golpe ? [2]

| Afrique / Occident(s) | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

Du grand jeu – inventé (par les Anglo-Saxons) pour décrire la lutte les opposant aux locaux (Afghans) & aux Russes –  au Golpe, pronunciamiento, coup d’État, appelez-le comme vous voulez, celui qui risque de se jouer au beau milieu du continent africain nous offre (sic) les relents bien glauque d’une Françafrique qui se refuse à rendre l’âme. Seul aléa pour Paris & son régime, nous ne sommes plus les seuls à faire dans le grand jeu. Alors qui tirera les marrons maliens du feu & pour qui ? Avec au coin de l’Adansonia digitata1 à compter les points, des terroristes takfirî, toujours aux aguets !… Partie 2.

« Les dirigeants africains n’ont pas tiré de leçon dans la déstabilisation de la Libye par la France. Ils continuent de suivre ses conseils pour déstabiliser le Mali. Quand est-ce que ces gibiers vont sortir des griffes de cette lionne ? ».
Daniel Dayalor.

| Q. Plus au nord, on a Alger qui boude le Su-35 ?

Jacques Borde. Oui, mais ça n’est pas une nouveauté, en fait. C’est une vraie-fausse nouvelle. Le Sukhoi Su-35 Flanker-E, plus précisément, n’est plus sur la short list de l’Al-Qūwāt al-Jawwīyä al-Djaza’eria2 depuis au moins cinq ans. Mais rien à voir avec une quelconque bouderie.

En fait, Alger compte :

-moderniser ses Su-30 (73 au total, Su-30MKA/MKR et Su-30SM), tous à passer au standard SM2.
-passer au SU-57 Felon. Donc à une machine de 5ème génération.
-23 Su-24 Fencer également en parc, des Su-24MRK2 et Su-24MP, qui passeront tous au standard M2.
-avec en suspens, la question du Su75 Checkmate, qui taraude certains. Mais je n’y crois guère. Sauf pour des questions budgétaires.

Largement de quoi aplatir les colonnes de Tecnnicals3 terroristes takfirî remontant trop haut. Bémol à cet appétit de montée en puissance, le budget pour tout ça. Un SU-57 Felon ça ne coûte pas le même prix qu’une caisse de RPG

| Q. Alger fait aussi passer ses BTR-80 au Kornet ?

Jacques Borde. Oui, effectivement. Il avait déjà été installé sur les versions modernisées de l’AML-90 algérien.

Une montée en gamme intéressante.

Ce sont, notamment des Kornet-E qui on fait un sort définitif aux Leopard turcs de la Türk Kara Kuvvetleri (TKK)4, en Syrie, et aux Abrams séoudiens, au Yémen. Seuls les Leclerc émiratis ont tenu le choc sauvant la vie à leurs équipages. C’est tout dire.

Techniquement, le Kornet est un missile antichar made in Russia. Le missile porte la désignation russe GRAU 9M133 et son code OTAN est AT-14 Spriggan.

Le bestiau a été dévoilé pour la première fois en octobre 1994 par le bureau KBP. Son développement a commencé en 1988, il était pensé comme un lance-missile modulaire et universel, utilisant un guidage laser. C’est donc un lance-missile lourd, supérieur à ses prédécesseurs, le 9K111 Fagot (code OTAN, AT-4 Spigot) et le 9M113 Konkurs (code OTAN, AT-5 Spandrel) filoguidés. Il n’est pas, cependant, prévu de les remplacer.

Le Kornet-E4, entré en service dans l’armée russe en 1998, en est la version export. Des accords de production sous licence ont été signés d’abord avec l’Iran, puis l’Arabie Séoudite, et en février 2021, avec la Jordanie.

Toutes les dernières versions sont, évidemment, thermobariques. Le cauchemar des équipages de chars de combat (MBT). Mais tout autant du terroriste takfirî posté dans une casemate improvisée. Chaud dedans.

En revanche, si son usage anti-aérien, anti-drone notamment, est vanté par le constructeur, je n’ai jamais entendu (ou lu) de RETEX5 à ce sujet. À vrai dire, j’en doute fortement en combat réel. Les essais faits pour les clients, c’est autre chose.

| Q. Dites-moi : pourquoi garder les Spigot et Spandrel en service ?

Jacques Borde. Officiellement pour des raisons de coût.

Là c’est, en fait, une leçon de la Guerre Hezb6/Tsahal de 2006.  Tiré en essaim avec le poste de tir décalé par rapport à la batterie d’antichars, une volée de ces engins vous claque proprement le train de roulement d’un Merkava7 ou d’un Namer8. Pourquoi se priver d’engins qui sont en quantité dans les arsenaux ?

| Q. Encore un entretien Burkhard/Milley, sur le Sahel, cette fois : c’est utile ?

Jacques Borde. Oui, fondamental même. Oublions quelques instants le dossier malien (sic) proprement dit.

Sans l’assistance et le support logistique étasunien au Sahel, la projection de nos moyens serait réduite aux acquêts. Barkhane, ce sont bien évidemment des hommes et des femmes à éteindre les braises takfirî tous les jours, mais c’est encore et toujours, des tonnes de munitions, de vivres et d’eau qu’il faut à nos soldats et à nos alliés africains. Maliens de la FaMa, notamment.

Bon, un exemple :

Selon une statistique confidentielle transmise à Air&Cosmos, le 7 janvier 2022 par l’EMA, Barkhane a frappé à 98 reprises en 2021 et 55 % de ces frappes ont été réalisées par le seul drone armé General Atomics MQ-9 Reaper, qui n’a que le défaut d’être made in USA et de nous mettre sous une forme de dépendance (sic) US.

D’où la nécessité que notre chef d’État-Major des armées (CEMA) Burkhard s’entretienne autant que nécessaire avec son homologue le général Mark A. Milley.

Rappelons que le drone Patroller, pour excellent qu’il promet d’être, connaît des soucis de développement et de mise au point. Le 6 décembre 2019, un Patroller s’est écrasé près de la Base aérienne 125 Istres-Le Tubé, lors d’un « vol de réception industrielle » réalisé dans le cadre du programme de Système de Drone Tactique.

Crash qui a entraîné un report de livraison du Patroller à l’armée de Terre pour 2022.

| Q. Et, la France n’a pas de drone indigène, en parc ?

Jacques Borde. Pour des frappes anti-takfirî ? Non, pas pour le moment. L’Algérie, oui, en revanche. Mais je vous en ai déjà parlé.

| Q. Exact, mais rafraîchissez-nous donc un peu la mémoire ?

Jacques Borde. Pas de souci.

Le Djazaïr 54 est un drone de combat (UCAV), dérivé du Yabhon United de conception émiratie, modifié et fabriqué localement en Algérie. Deux appareils ont été mis en service en décembre 2018 par les Algériens.

Il est principalement utilisé, tiens donc, dans la lutte anti-terroriste.

| Q. C’est avéré ?

Jacques Borde. À ce qu’en disent les Algériens, oui.

Cf. l’État-Major d’Al-Jayš al-’Wataniu al-’Shaebiu al-’Jazayiriu (ANP):

« A la suite d’une opération de reconnaissance aérienne effectuée par le droneDjazaïr 54 , les 28 et 29 avril 2019, faisant état de localisation de caches terroristes selon des coordonnées précises, où des ordres ont été données pour effectuer des tirs réels à l’effet de détruire ces cibles avec une grande précision et ce, à travers l’engagement de deux drones de type Djazaïr 54, permettant ainsi le succès de cette mission qui a atteint l’objectif escompté, dénotant des capacités de ces drones et de la performance de leurs équipages au sol ».

| Q. Et vous les croyez ?

Jacques Borde. Bien sûr.

Vous savez l’ANP, ce sont des gens très sérieux. Eux, pas nous, ont liquidé leur terrorisme intérieur takfirî.

[À suivre]

Notes

1 Nom savant du baobab africain.
2 Ou armée de l’Air algérienne.
3 Terme somalien pour désigner les 4×4 armés.
4 Ou Forces terrestres turques.
5 Pour RETour d’EXpérience.
6 Hezbollah.
7 Char lourd israélien.
8 Transport de troupes israélien. Basé sur la caisse du Merkava III.
9 Ou Armée nationale populaire, l’armée algérienne.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Grand jeu au Sahel : Des Fâcheries au Golpe ? [3]

| Afrique / Occident(s) | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Du grand jeu …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer