Sahel : Montée en gamme russe & Pilule amère pour Paris !…

| Russie / Afrique | Géostratégie | Jacques Borde |

Apparemment, les rodomontades otano-centrées de Paris ne semblent guère impressionner Moscou. Après le déploiement de ses contractors wagnériens (sic), Moscou sort une nouvelle carte de sa manche : la couverture aérienne. Simple question, ne serait-il pas plus utile de faire pot commun (comme le suggère, d’ailleurs, Lavrov) pour décapiter une fois pour toute l’hydre takfirî sur ce continent ?

« C’est une réflexion impériale, une absence du moindre respect envers d’autres pays qui est inhérents aux États-Unis et à la manière dont ils agissent dans le monde non seulement envers la Russie, mais aussi la Chine et d’autres États qu’ils qualifient d’adversaires et de rivaux. Ils parlent et traitent de la même manière leurs alliés. Comment a été réglé le problème de la vente de sous-marins nucléaires à l’Australie ? Ils ont décidé et ils ont fait. En ce qui concerne leur revendication de gestion de continents entiers en solitaire, je pense que les pays de la région, de l’Afrique, du Moyen-Orient sont des entités étatiques suffisamment mûres ayant une grande expérience historique pour comprendre toute la futilité de ce genre de déclarations. Les militaires américains ne sont pas les seuls à avoir parlé de l’inadmissibilité de la présence russe et chinoise en Afrique (…). Le Mali ainsi que beaucoup d’autres pays œuvrent pour régler leur problème en interne, et à leur manière, non pas à la manière occidentale, qui ne fonctionne d’ailleurs même pas chez eux. Les têtes couronnées africaines veulent apporter leur contribution pour que la transition au Mali soit une réussite. Une délégation du Conseil panafricain des autorités traditionnelles et coutumières a rencontré le président malien, le colonel Assimi Goïta. Les chefs traditionnels disent vouloir œuvrer pour que la volonté du peuple malien soit prise en compte. Un Mali uni, c’est ce qui peut le sortir de la crise. L’Occident n’a pas encore compris que ni l’Afrique ni les pays du bloc de l’Est ne veulent plus de leur soutien, de leur ingérence, de leur arrogance et de leur mépris envers les populations. Ce temps est révolu, mais quand le comprendront-ils, là est la question ».
Sergueï V. Lavrov.

Après le déploiement :

-d’instructeurs russes,
-de la SMP Wagner au Mali, la diplomatie russe s’active et s’intensifie.

C’est aussi, souligne François Kao, « un message fort envoyé à l’Occident que Moscou ne lâche jamais ses partenaires ».

De facto, l’assez fantaisiste a-diplomatie (sic) du régime de Paris est mise sur la touche par le président Goïta qui entend ouvrir une nouvelle ère de coopération avec d’autres.

Comme l’a noté François Kao : « Ça reste aussi, une pilule amère pour Paris ».

Suite l’arrivée de 500 paramilitaires de la SMP Wagner au Mali, le 23 décembre 2021, le ministre français de l’Europe & des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et sa collègue des Armées, Florence Parly, se disaient profondément « attristés et déçus » par cette arrivée.

Cependant, Jean Yves Le-Drian affirmait que la France et ses partenaires européens américain et de la CEDEAO continuerons à aider le Mali dans la lutte contre le terrorisme « afin de protéger la population malienne ». Par ailleurs, les partenaires du Mali appellent les autorités maliennes à une organisation rapide des élections présidentielles dans le délai prévu par la CEDEAO et des institutions internationales sous peine des lourdes sanctions.

L’arrivée de paramilitaires Wagner au Mali a fini par faire taire les espoirs de la diplomatie française et ses alliés d’empêcher le Groupe Wagner à se déployer. Un deuxième contingent du Groupe Wagner est attendu d’ici les semaines suivantes au Mali, indiquait AGORA Actualités.

En outre, Wagner a d’autres cartes à sa disposition : au Burkina Faso et même au Niger si la situation sécuritaire se dégrade davantage.

C’est un coup sévère infligé à la France et ses obligés au Sahel par le colonel Assimi Goïta.

D’autant plus qu’après le débarquement des 500 paramilitaires Wagner au Mali, Moscou sort de sa manche le soutien aéroporté à ses nouveaux partenaires, disposant à cette fin d’appareils d’appui et hélicoptères d’attaque éprouvés pour soutenir les positions du Groupe. Et, par là, de ses nouveaux partenaires sur le continent.

Une arrivée du Groupe Wagner qui, quoi que nous serinent le régime de Paris et son Niais d’Orsay, est bien la conséquence d’un échec de la stratégie militaire française et ses partenaires au Mali dans la lutte contre le terrorisme. Dans le même temps des sources diplomatiques françaises évoquent le déploiement de géologues Wagner (sic) dans l’exploration des mines d’or.

À l’évidence, une manière directe de prévenir contre toute tentative de spoliation et de pillages, selon les bonnes vieilles méthodes de l’hêgêmon thalassocratique étasunien comme appliquées encore récemment en Syrie.

Comme s’exclamait savoureusement le personnage de Me. Folace (Francis Blanche), le notaire des Tontons Flingueurs : « Touche pas au grisbi, S… ».

À n’en pas douter la vraie raison des gesticulations & menaces occidentales à l’endroit du pouvoir de Transition malien !

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Non à la Censure des Kapos du Web…

| Kulturkampf | Toile | Jacques Borde | La Police de la pensée nous guette …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer