Accueil / Verbatim / Orient(s), Migrations & Terrorisme détaché [2]

Orient(s), Migrations & Terrorisme détaché [2]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Ce qui vient de se produire en Égypte vient à point pour nous rappeler trois choses : 1- La terreur takfirî est une hydre à la fois résiliente & mobile ; 2- cette terreur a acquis une maîtrise rare dans l’art d’exploiter nos faiblesses. Ce à quoi nous avons affaire est une forme de terrorisme détaché, enfant adultérin des fatwa munichoises dont notre vieille Europe à le secret ; 3- le bon terroriste est le terroriste mort. Ce que les coalisés que nous sommes n’ont, visiblement, pas compris comme le prouve notre propension à laisser filer ceux qui passent, avec armes & bagages s’il vous plaît, sous le nez de nos chasseurs-bombardiers. 2ème partie.

| Q. Vous ne trouvez pas que les opinions commencent à évoluer quant au terrorisme ?

Jacques Borde. Si, plutôt positivement même. À noter que le directeur de la rédaction de Marianne, Renaud Dely, résolument de gauche, a dénoncé la tribune de soutien à Mediapart signée par des « personnes proches des milieux islamistes ». « Edwy Plenel a cru bon de dénoncer Charlie Hebdo coupable, selon lui, de mener une guerre contre les musulmans, et ils ont fait signer 130 de leurs amis, à peu près les mêmes milieux d’extrême gauche ou proches des milieux islamistes, qui ont volé au secours de Médiapart. Je trouve ce comportement totalement indécent, dangereux dans le contexte actuel où Charlie Hebdo est submergé de menaces de mort »1.

| Q. Comment réagissez-vous au retour, de plus en plus probable des acteurs de la terreur takfirî dans leur pays d’origine ? Dont le nôtre…

Jacques Borde. Cette question mérite plusieurs réponses. Et, j’en ai peur, peu rassurantes pour l’avenir.

Primo, le débat auquel se prépare la société (dite) civile, gangrenée par les théories droits-de-l’hommiste et/ou du vivre ensemble, n’a, en fait, pas de raison d’être :

1- ces rentrants sont, en quelque sorte, des terroristes détachés en attente d’une forme de régularisation. Ce qui du point de vue de l’éthique et la morale est indéfendable. Sauf pour des personnes au tropisme pro- DA’ECH avéré ou occulté, selon le principe de la takiyya.
2- ces terroristes détachés ont participé à des actes de guerre et de terreur en Irak et en Syrie, leur place est clairement dans les geôles de ces pays. Ce afin qu’ils y soient à la disposition des justices locales. Et pour que les choses soient claires, je vous parle là des justices irakienne et syrienne.
3- de l’aveu même des chefs politiques et militaires d’Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (DA’ECH)2, ces hommes, femmes et adolescents sont bien des soldats du califat. Dès lors, tous, et je dis bien tous, ont vocation à relever de la justice militaire des États où ils ont semé terreur et désolation.
4- last but not least, la justice étasunienne a inventé la qualification de combattant ennemi qui permet de soustraire au droit commun et à la justice, disons classique, ces engagés volontaires de la terreur takfirî.

Il me semble donc clair comme de l’eau de roche que nos rentrants :

1- n’ont justement pas à rentrer.
2- qu’ils doivent être sortis des voies classiques du droit et être traités tous qu’ils sont comme des combattant ennemis.

Et quand je dis tous : je veux dire hommes, femmes et adolescents. Une limite d’âge devant simplement être établie pour les derniers de cette trilogie de la terreur.

| Q. Et vous, vous mettriez le curseur à quel âge ?

Jacques Borde. D’entrée, j’aurais dit 13-14 ans. Mais une actualité récente m’a interpellé et serait de nature à relancer le débat.

Des juges, de gauche selon toute vraisemblance, se disent prêts à innocenter les islamistes mineurs de 15 ans qui reviennent de Syrie, ce au motif qu’ils n’étaient peut-être pas consentants. C’est une manière de voir les choses.

Or, a été innocenté le violeur d’une fillette de 11 ans au motif la fillette était, comme l’a prétendu son violeur consentante !!!

Les islamistes non consentants à 15 ans. Mais une fillette violentée, jugée consentante à 11 ans. Donc acte.

Alors, si 11 ans est bien l’âge pour être tenu pour responsable de son propre viol, le même âge pourrait aussi bien être retenu pour la responsabilité pénale en matière de terreur takfirî.

Bon, à noter que le droit belge, lui, voit les choses autrement. Ce que rappelle Me. Philippe Chansay-Wilmette qui précise : « Ne confondons pas l’âge de la majorité sexuelle et l’âge en-dessous duquel le viol est présumé. La majorité sexuelle n’est pas fixée à 14 ans en Belgique. C’est l’âge en-dessous duquel, quelle qu’ait été l’attitude du mineur, l’on considère, en vertu de la loi, qu’il n’y a pu y avoir consentement et donc qu’il y a eu viol ».

Ce qui est à espérer, c’est qu’on ne place pas la barre d’exemption en matière de terrorisme au dessus de 15 ans.

| Q. 14-15 ans, c’est très bas ?

Jacques Borde. Oui. Mais, on s’apprête bien à modifier vers le bas, l’âge du consentement sexuel pour, en pratique, s’en servir dans des cas de… viol. Pourquoi en devrait-il être autrement pour la responsabilité en matière de terrorisme et de crime de guerre ?

Le débat, en tout cas, est sur les rails…

| Q. Lorsque vous nous dites que DA’ECH affirme se servir des flux migratoires pour alimenter ses 5e colonnes en Europe, ça n’est pas un peu limité comme source ?

Jacques Borde. Si vous voulez. Mais, Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (DA’ECH), n’est pas la seule voix à nous chanter cette mélodie.

Ainsi, je vous fais remarque que l’agence Frontex et le patron du Contre-espionnage allemand ont reconnu que DA’ECH a bien utilisé les flux migratoires pour faire de ses soldats du califats en Europe des terroristes détachés.

Le patron du Bundesamt für Verfassungsschutz (BfV)3, le Dr. Hans-Georg Maassen, a admis dans un entretien au Welt am Sonntag que les Renseignements allemands « ont commis une grosse erreur » en croyant que DA’ECH « n’utiliserait pas » l’afflux d’immigrants clandestins pour infiltrer ses combattants en Europe.

Maassen reconnaît aussi que la République fédérale se trouve aujourd’hui confrontée au « plus gros risque terroriste de son histoire ». Notant, qui plus est, que 70% des immigrants arrivés en 2015 :

1- n’avaient pas de passeport valide.
2- étaient enregistrés sur la base d’informations qu’ils fournissaient eux-mêmes.

Informations qui s’ajoutait aux révélations de Bild qui affirmait , sur la base d’un rapport confidentiel du ministère de l’Intérieur, qu’un demi-million de clandestins « ne s’étaient même pas enregistrés ».

Question subsidiaire : sur ce nombre combien de taupes takfirî ?

| Q. Que vous ont inspiré les commémorations du Bataclan ?

Jacques Borde. Pas grand-chose en vérité. Sur ce sujet, je vous citerait brièvement Malika Sorel4, pour qui « Voir un président avec des larmes aux yeux… lâcher des ballons alors que nous sommes en guerre, ça me stupéfie ».

Moi aussi. À comparer, pour ceux que l’Histoire passionne, avec cette image de Churchill brandissant un pistolet-mitrailleur Thompson Tommy gun. Bon, chacun son truc !

| Q. Au cours de notre précédent entretien, vous m’avez dit que les Russes doutaient fortement des dispositifs onusiens mis en place pour suivre la Guerre en Syrie, ses dommages collatéraux et ses bavures, vous pourriez y revenir ?

Jacques Borde. Oui. Sans problème.

Moscou a dénoncé comme « superficiel » et « amateur » le rapport de l’ONU désignant Damas comme responsable de l’attaque au gaz sarin de Khan Cheikhoun en avril 2017.

« Nous estimons que le rapport est très superficiel, non professionnel et amateur (…) La mission a mené son enquête à distance, rien que cela, c’est un scandale », a relevé Mikhaïl Oulianov, responsable du Département Sécurité & désarmement du ministère russe des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse. « La mission a mené son enquête à distance, rien que cela, c’est un scandale », a-t-il ajouté.

En fait, « il aurait été plus honnête de reconnaître qu’il est impossible de mener une enquête dans les conditions actuelles ». Or, « Il n’est pas possible qu’un appareil de l’aviation syrienne ait pu être à l’origine de l’attaque chimique à Khan Cheikhoun car il n’était pas assez proche pour pouvoir attaquer (…). Après avoir examiné les données présentées [par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques], je vois quelques éléments qui empêchent de conclure qu’une telle arme chimique sous la forme d’une bombe aérienne ait pu être utilisée par un Su-22 appartenant aux forces aériennes syriennes », a insisté le représentant du ministère russe de la Défense.

Oulianov a également mentionné que l’OIAC n’avait pas évoqué la présence d’ailerons stabilisateurs d’une bombe, qui auraient absolument dû être trouvés si les armes chimiques avaient été larguées à partir d’un appareil de l’Al-Qūwāt al-Jawwīyä al-Arabiya as-Sūrī (FAAS)5.

« On ne trouve nulle part dans le rapport la mention d’un stabilisateur, ce qui aurait certainement confirmé l’apparition d’un cratère comme résultat d’un largage de bombes. Les matériaux présentés ne peuvent confirmer l’utilisation d’une arme chimique telle qu’une bombe aérienne larguée d’un avion Su-22 des forces syriennes », a également relevé Oulianov.

Par ailleurs, Oulianov a souligné que le cratère à Khan Cheikhoun avait des contours rectangulaires, tandis qu’une bombe larguée par un avion aurait créé un cratère de forme ronde ou elliptique. L’asphalte à l’endroit où la bombe a explosé était également enfoncé profondément à l’intérieur du cratère.

« Tout ceci nous permet de conclure qu’au moment de l’explosion l’engin explosif était statique sur la surface de l’asphalte ». Donc, visiblement pas le résultat du frappe aéroportée conduite par un Su-22 Fitter.

Le mystère de Khan Cheikhoun, contrairement aux certitudes du Quai d’Orsay, serait donc entier…

Notes

1 LCI (13 novembre 17) 17h49.
2 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
3 Ou Bureau fédéral de protection de la Constitution, le SR de Contre-espionnage allemand, équivalent du FBI américain, de la DGSI française et du Shabak israélien.
4 Ingénieur & écrivain. Membre du Haut Conseil à l’intégration, fonction qu’elle occupa jusqu’à la dissolution de ce conseil par François Hollande le 24 décembre 2012.
5 Force aérienne arabe syrienne.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Orient(s), Migrations & Terrorisme détaché [1]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | Ce qui vient de se …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer