Accueil / Actu / Le Transfert de l’Ambassade US à Jérusalem : Allumer le feu ou pas ? [2]

Le Transfert de l’Ambassade US à Jérusalem : Allumer le feu ou pas ? [2]

| États-Unis / Israël | Géostratégie | Ils ont dit |

Une décision apparemment anodine (puisque figurant à l’agenda géopolitique de Washington depuis des lustres) a allumé le feu, comme le chantait feu Johnny Halliday, dans l’Orient compliqué. Bon. & après, ai-je envie de dire ? Braises vite éteintes ou embrasement généralisé ? Qui peut le dire ? Reste qu’au faite d’une puissance militaire sans égal, le binôme Jérusalem- Washington a-t-il vraiment à craindre autre chose que des soubresauts sans lendemain ? Une Intifada du transfert ? Aucune des précédentes n’a jamais débouché (pour les Palestiniens) sur une avancée réelle. Une 4ème Guerre de Gaza ? Tsahal s’y prépare depuis des mois. Reste des réactions qui vont des préoccupations réelles de chancelleries sises dans la vestibule israélo-arabe aux prurit cucul-la-praline de certains Européens & d’un Pape à la limite (du point de vue théologique) de l’hérésie. Au bout du bout, si Trump avait eu raison de mettre les pieds dans le plat ? 2ème Partie.

| Rappel utile…

« En 1995, le Congrès a adopté la loi sur l’ambassade de Jérusalem, exhortant le gouvernement fédéral à transférer l’ambassade américaine à Jérusalem et à reconnaître cette ville comme capitale d’Israël. Cette loi a été adoptée par une écrasante majorité bipartisane et a été réaffirmée par un vote unanime du Sénat il y a seulement six mois ».

Donald J. Trump.

| Tort redressé !

« Nous saluons cette décision courageuse du président Trump. En 1948, le président Truman a été le premier dirigeant mondial à reconnaître l’État d’Israël et aujourd’hui le président Trump a redressé un tort historique en reconnaissant Jérusalem comme notre capitale (…). L’heure est venue pour tous les États membres de l’ONU de suivre l’exemple de nos amis américains et de reconnaître notre ancienne capitale, Jérusalem, capitale de l’État d’Israël ».
Danny Danon, ambassadeur d’Israël aux Nations-unies.

| Ligne rouge !

« Notre président de la République convoque un sommet extraordinaire de l’Organisation de coopération islamique (OCI) pour permettre aux pays musulmans d’agir de façon unifiée et coordonnée face à ces développements ». Appelant l’administration américaine à « revenir immédiatement » sur sa « grave erreur », Kalin a affirmé que « Jérusalem est notre honneur, Jérusalem est notre cause commune. Comme l’a dit notre président hier, Jérusalem est notre ligne rouge ».
Pr. Ibrahim Kalin, porte-parole de la présidence turque.

| Sacré cadeau !

« À l’approche des 70 ans de l’indépendance de l’État d’Israël, il n’y a pas de cadeau plus approprié ou plus beau. Jérusalem ne représente pas et ne représentera jamais un obstacle à la paix pour ceux qui veulent la paix (…). Je félicite le président Donald Trump pour l’annonce de la reconnaissance par les États-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël et pour le déménagement prévu de l’ambassade américaine à Jérusalem (…) La reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël et le déménagement de l’ambassade dans la ville est un jalon dans la reconnaissance du droit du peuple juif à sa terre, et une étape importante pour notre route vers la paix – la paix pour tous les habitants de Jérusalem et toute la région/ Jérusalem compte de nombreux visages : c’est une ville sainte et une ville moderne, qui offre la liberté de foi pour toutes les religions. C’est une ville d’histoire et d’innovation ; un microcosme de nos capacités à vivre ensemble ».
Reuven Ruby Rivlin, président israélien.

| Pas de mesure unilatérale !

Le statut de Jérusalem ne peut être résolu que par une « négociation directe » entre Israéliens et Palestiniens, a déclaré estimé le secrétaire général de l’ONU, António Manuel de Oliveira Guterres, en rappelant avoir toujours été « contre toute mesure unilatérale (…). Il n’y a pas d’alternative à la solution de deux États » avec « Jérusalem comme capitale d’Israël et de la Palestine ».

| Voie légale !

« Une plainte devrait être déposée auprès du Conseil de sécurité pour violations dangereuses des résolutions par les États-Unis ».
Nasser al-Qidwe, porte-parole du Fatah.

| Décision contraire au droit international !

« Nous condamnons la déclaration irresponsable de l’administration américaine déclarant qu’elle reconnaît Jérusalem comme la capitale d’Israël et qu’elle transférera l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem (…) Cette décision est contraire au droit international et aux résolutions pertinentes des Nations-unies ».
Mevlüt Çavuşoğlu, ministre turc des Affaires étrangère, sur Twitter.

| Suivre Washington !

« Le CRIF salue la décision historique du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël et le transfert prochain de l’ambassade des États-Unis » et,appelle le président Emmanuel Macron à engager notre pays dans la même démarche courageuse ».
Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).

| Réponse appropriée !

La décision de Donald Trump est « la meilleure des réponses » à ce que le CRIF estime être des « tentatives de falsification historique menées inlassablement par les pays arabes et les Palestiniens à l’Unesco et à l’ONU sur le statut de Jérusalem (…). la paix entre Israéliens et Palestiniens ne peut se bâtir sans reconnaissance de la vérité historique ».
Francis Kalifat, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).

| Voie à suivre !

« J’espère voir demain la France et les pays démocratiques s’engager dans cette même voie, rappeler cette vérité et continuer à soutenir la paix sans enlever à Israël sa légitimité sur sa capitale, Jérusalem (…). Depuis la construction du premier Temple, il y a plus de 3.000 ans, toutes les prières des juifs du monde sont restées tournées fidèlement vers Jérusalem ».
Joël Mergui, président du Consistoire central israélite de France.

| Logorrhée socialiste…

« Le Parti socialiste s’oppose vigoureusement à cette action unilatérale qui fragilise les acteurs de la paix et de la réconciliation en Israël et en Palestine, mine les chances de reprise des négociations de paix pour une solution à deux États, et accroît dangereusement les tensions au Proche et Moyen-Orient. (…) Le Parti socialiste demande aux autorités françaises et de l’Union européenne de manifester fortement et publiquement leur opposition à cette décision funeste, notamment en saisissant le Conseil de sécurité des Nations-unies ».
Parti socialiste.

| Huile sur le feu !

« Trump jette encore de l’huile sur le feu proche-oriental (…) Cette décision est irresponsable et incompatible avec la paix, qui doit pourtant être le seul et unique objectif. Nous, députés communistes, dénonçons fermement cette politique dangereuse, hostile à l’égard de la Palestine; nous réaffirmons notre attachement à une solution à deux États dans ses frontières de 1967; et nous demandons à la France d’œuvrer d’urgence conformément à la résolution votée par l’Assemblée nationale et le Sénat portant sur la reconnaissance de l’État palestinien ».
Groupe communiste à l’Assemblée nationale.

| Anti-Trump toute !

« Au mépris de l’ONU, Trump décrète #Jerusalem capitale d’Israël. Que fait-on dans une alliance militaire avec ce type ? Au Moyen-Orient, la paix c’est le respect du droit international ».
Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise.

| Risque Majeur !

« J’ai parlé avec le secrétaire d’État américain, Rex Tillerson, des conséquences périlleuses de la reconnaissance de Qods comme la capitale d’Israël  ; une telle décision provoquerait la colère du monde arabo-musulman et en exacerbant la tension, mettrait en danger les efforts de paix dans la région ».
Ayman as-Safadi, chef de la diplomatie jordanienne.

| Violation du droit international !

« La décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, et le transfert de l’ambassade des États-Unis vers cette ville, constitue une violation des décisions du droit international et de la charte des Nations-unies ». Le droit international et la charte de l’ONU « soulignent que le statut de Jérusalem doit être décidé via des négociations, et considère toutes les mesures unilatérales visant à imposer des réalités nouvelles sur le terrain comme nulles et non avenues ».
Mohammed Moumeni, porte-parole du gouvernement jordanien.

| Sans nous…

L’Allemagne « ne soutient pas cette position car le statut de Jérusalem ne peut être négocier que dans le cadre d’une solution de deux États » ;
Bundeskanzlerin1 Angela D. Merkel, citée dans un tweet de son porte-parole Steffen R. Seibert.

| Appel au calme !

« Allié indéfectible de l’État d’Israël, le Canada, appelle quant à lui l’ensemble des protagonistes ‘au calme (…). La question du statut de Jérusalem ne peut être résolue que dans le cadre d’un règlement général du conflit israélo-palestinien ».
Christina Chrystia Alexandra Freeland, ministre canadienne des Affaires étrangères.

| Sérieuse préoccupation !

« L’Union européenne exprime sa sérieuse préoccupation à propos de l’annonce aujourd’hui du président des États-Unis Trump sur Jérusalem et les répercussions que cela peut avoir sur la perspective de paix. L’UE appelle tous les acteurs sur le terrain et dans la région à faire preuve de calme et de retenue afin d’éviter toute escalade (…). Une solution négociée à deux États, qui répond aux aspirations des deux parties, est le seul moyen réaliste d’apporter la paix et la sécurité que méritent tant les Israéliens que les Palestiniens ».
Federica Mogherini, Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères & la politique de sécurité.

| Regrettable !

Le président français Emmanuel Macron a jugé « regrettable » la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem capitale de l’État d’Israël et appelé à « éviter à tout prix les violences ». Et de souligner « l’attachement de la France et de l’Europe à la solution de deux États, Israël et la Palestine vivant côte à côte en paix et en sécurité dans des frontières internationalement reconnues avec Jérusalem comme capitale des deux États ».
Emmanuel Macron, président français.

| Profond désaccord !

« Nous ne sommes pas d’accord avec la décision américaine de transférer son ambassade à Jérusalem et de reconnaître Jérusalem comme la capitale israélienne avant un accord final sur son statut (…). Nous pensons qu’elle n’est d’aucune aide pour les perspectives de paix dans la région ».
Theresa M. May2, Premier ministre britannique.

Notes

1 Chancelière fédérale.
2 Qui fut une aussi redoutable que discrète Secretary of State for the Home Department. Autrement dit la patronne du Renseignement intérieur britannique.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Afrique, Levant, France,

| Quai d’Orsay | Point de presse du 27 novembre 2017 | Extraits | Comme …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer