Accueil / Focus / Le Dieselgate en quelques lignes : La Forgerie énergétique d’une génération

Le Dieselgate en quelques lignes : La Forgerie énergétique d’une génération

| France | Environnement | Jacques Borde |

Alors que vient de se clore notre énième happening climatique parisien, revenons sur un des dossiers les plus controversés en matière d’environnement. Ou comment & surtout pourquoi est-on passé d’un quasi tout diesel à une attaque en règle de ce carburant plutôt qu’un autre, en vue de sa mise à mort ? Pour des raisons environnementales ? Vous en êtes sûr ? & si un p’tit air de Dieselgate se profilait à l’horizon. Comme quoi il n’y a pas qu’à propos de l’éolien qu’on nous raconte n’importe quoi…

Je me demandais bien d’où venait cet acharnement forcené initié par l’administration Hollande, relayé par les media mainstream, visant à éradiquer de notre parc automobile l’ensemble des véhicules alimentés au diesel. Alors même que les analyses prouvent qu’elles ne polluent pas plus, sinon nettement moins, que les voitures à essence.

Le problème de l’obscurantisme est que, lorsqu’il s’appuie sur une machine aussi aboutie que le Crime organisé environnementaliste, il balaie aisément tous les obstacles. Et, face ce terrorisme sociétal, médiatique et à ses lobbies même les acteurs les plus assurés du diesel finissent par lâcher prise. Ainsi, les directeur industriel de PSA, 2ème fabricant mondial de véhicules diesel, confesse travailler sur un scenario de « 0% de productions de diesel dans les pays matures quelque part entre 2020 et 2025 »1.

Par « pays matures », entendez bien sûr ceux ayant courbé l’échine devant les oukases émises par les graveurs des nouvelle tables de la loi des hommes (et autres GIEC). Les autres étant renvoyés dans les limbes d’un néant où ne règne plus la civilisation. Ou pire : où préside Donald J. Trump.

Quant à l’importance du parc diesel dans les nuisances climatiques ou présentées comme telles, on le relativisera en évoquant la parc des moteurs ô combien thermiques dans l’aérien.

Cf. ce passage à propos des ventes (records) du dernier SIAE du Bourget :

« Les loueurs ont en effet généré près de 51% du total des annonces Airbus et Boeing, hors 737 MAX 10, pendant ces quatre jours. Le signe qu’ils croient plus que jamais à la croissance du transport aérien mondial et qu’ils sont sûrs de placer leurs avions au cours des dix prochaines années. Notamment Asie-Pacifique. Les dernières études de prévisions des deux avionneurs l’ont une nouvelle fois confirmé : cette partie du monde générera 40% de la demande mondiale »2.

Et, par là, un pourcentage non négligeable de la pollution générée par les moteurs équipant ces merveilleuses machines volantes. Vu que les biocarburants n’en sont qu’à leurs débuts du transport aérien..

Aléas (sauf à Notre-Dame-des-Landes) qui ne semblent pas gêner tant que ça nos gourous de la vertitude (sic) et autres Khmers verts de salons (climatisés), grands consommateurs de ce mode de déplacement.

Remarquez, on les comprend, difficile pour ces mollassons de se déplacer à la seule pagaie pour aller emm… le monde à chaque happening organisé à l’autre bout de la planète. Idem pour que leurs soient livrées (avant péremption, mamma mia !) ces denrées bios et tutti quanti qu’ils consomment sans modération. Ah, c’est sûr le caoua d’un trou du c… l du monde andin (ou autre), transporté à grand jet de kérosène, ça a un autre goût que de la chicorée made in France. À part ça, bien sûr, le « cœur des hommes bat » dans je ne sais plus quelle marque de café. À moins que ce ne soit celui des actionnaires des compagnies de fret maritime. Au bout d’un moment on s’y perd !…

Sinon, je me doutais qu’il y avait anguille sous roche mais je me demandais bien où était l’intérêt de cette fureur, de cette obstination et de cette ténacité à éliminer de toute urgence tous les véhicules au diesel ! Et eux seuls !!

Eh bien voilà la réponse !! Toute simple, toujours une affaire de gros sous

Hé oui, les journaleux nous prennent tous pour des billes et tout le monde suit sans réfléchir !!!

C’est un ingénieur chimiste de BP qui le dit….

Lu dans les 4 vérités, discours officiel : « il faut éliminer le diesel, dangereux pour la santé parce qu’il émet des particules fines ».

CQFD !

Archi-faux !

C’était, peut-être vrai, voici quelques années mais les diesels de dernière génération sont équipés de filtres qui piègent ces particules fines à hauteur de 99,9%, c’est-à-dire qu’ils n’en rejettent quasiment plus du tout. Dès lors, pourquoi ce mensonge éhonté destiné à nous culpabiliser pour nous inciter à rouler tous à l’essence?

C’est très simple.

Prenons deux automobilistes parcourant 15.000 km par an.

– L’un possède un véhicule essence, consommation 8,5 litres aux 100 km.
– l’autre possède le même modèle du même constructeur équipé d’un moteur diesel, équivalent en puissance, consommation 5,8 litres aux 100 km.

– 1er cas, consommation annuelle : 1.275 litres, taxés à 0,86 € = 1096,50 €.
– 2ème cas, consommation annuelle : 870 litres, taxés à 0,66 € = 574,20 €.

Soit 522,30 € de différence.

Avec un parc automobile de 38 millions de véhicules, il est facile de calculer que la disparition programmée du diesel représentant environ 60% des motorisation actuelles, permettra, à terme, une tonte fiscale supplémentaire de plus de 11 Md€ par an.

Faut-il chercher ailleurs la véritable raison de la volonté gouvernementale de tuer le moteur à gazole ?

À noter que l’étonnant M. Hulot, dont des révélations successives de nos (rares) media d’investigation quant à ses liaisons dangereuses avec des industries variées toutes moins écologiques les unes que les autres, n’est pas de nature à rassurer les cochons de payants que nous sommes.

Quant aux amateurs de la biodiversité made in Boboland, rappelons-leur (juste en passant) que la Californie, leur prétendu modèle de la gestion des questions environnementale, a été contraient de laisser à l’abandon 45.000 éoliennes pour cause de non-rentabilité…

Ah ! Chers bobos en vertitude, on leur souhaitera, malgré tout e bonnes nuits dont ils se diront qu’elles risquent de moins en moins d’être dérangées par des créatures comme les chauves-souris. En effet, « 1,6 millions » d’entre elles « ont été tuées en France par des éoliennes depuis 2002 »3.

Un peu cher le hachoir à viande tout de même !

Notes

1 Une Heureuse surprise, Yvon Cochennec, Air & Cosmos n°2555 (7 juillet 2017).
2 Challenges n°544 (30 novembre 2017).
3 Challenges n°544 (30 novembre 2017).

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Transfert de l’Ambassade US à Jérusalem : & maintenant ? [1]

| É-U / Israël | Géostratégie | Ils ont dit | Après le feu promis …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer