Accueil / Focus / Le Transfert de l’Ambassade US à Jérusalem : Allumer le feu ou pas ? [3]

Le Transfert de l’Ambassade US à Jérusalem : Allumer le feu ou pas ? [3]

| États-Unis / Israël | Géostratégie | Ils ont dit |

Une décision apparemment anodine (puisque figurant à l’agenda géopolitique de Washington depuis des lustres) a allumé le feu, comme le chantait feu Johnny Halliday, dans l’Orient compliqué. Bon. & après, ai-je envie de dire ? Braises vite éteintes ou embrasement généralisé ? Qui peut le dire ? Reste qu’au faite d’une puissance militaire sans égal, le binôme Jérusalem- Washington a-t-il vraiment à craindre autre chose que des soubresauts sans lendemain ? Une Intifada du transfert ? Aucune des précédentes n’a jamais débouché (pour les Palestiniens) sur une avancée réelle. Une 4ème Guerre de Gaza ? Tsahal s’y prépare depuis des mois. Reste des réactions qui vont des préoccupations réelles de chancelleries sises dans la vestibule israélo-arabe aux prurits cucul-la-praline de certains Européens & d’un Pape à la limite (du point de vue théologique) de l’hérésie. Au bout du bout, si Trump avait eu raison de mettre les pieds dans le plat ? 3ème Partie.

| Approche opérationnelle…
Celle que recommande le président libanais, Michel N. Aoun :
« 1. Déposer une plainte urgente auprès du Conseil de sécurité des Nations-unies au nom de l’Organisation de la coopération islamique pour faire obstruction à la décision américaine en vue de l’annuler.
2. Mener une campagne diplomatique visant à accroître le nombre d’États reconnaissant l’état de Palestine et le considérant comme un État membre des Nations-unis, tout en prenant toutes les mesures juridiques, politiques et diplomatiques nécessaires pour déclarer Jérusalem capitale de la Palestine.
3. Prendre des mesures punitives, unifiées et progressives aux niveaux diplomatique et économique contre tout pays qui reconnaît Jérusalem comme la capitale d’Israël.
4. Lancer un appel commun à nos populations pour agir dans le pays d’origine ou là où elles résident, afin de créer une pression populaire capable de soutenir une pression politique et diplomatique.
5. Maintenir l’Initiative Arabe pour la Paix dans toutes ses dispositions, sans aucune exception, et assigner un médiateur international honnête afin de la réactiver, sinon il nous restera qu’à la renier avec toutes les conséquences qui pourront en découler.
La paix reste notre objectif, mais aucune paix ne peut exister sans la justice, et aucune justice ne peut exister sans le respect des droits ».

| Contre-productif !
« Nous estimons que toutes les actions anticipant les résultats du dialogue entre Palestiniens et Israéliens sont contre-productives. Nous croyons que ces mesures sont déstabilisatrices. Elles n’aident pas à régler la situation, mais provoquent un conflit ».
Vladimir V. Poutine, président russe.

| Sans nous  !
Interviewé par RTL, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a réaffirmé que Paris n’avait pas l’intention de transférer son ambassade dans « aucune autre ville » que Tel-Aviv. « Il faudrait donner de l’espoir aux Palestiniens. Cela intervient alors que la partie israélienne devrait assumer ses responsabilités. L’Hexagone apporte son soutien au processus de paix dans la région ».

| Capitale depuis trois millénaires.
« Le président Trump n’était jusqu’à ce jour que le successeur de présidents dont nul ne se souviendra de la chronologie. En liant son nom à celui de Jérusalem, Trump est entré dans l’Histoire de notre peuple dont la Mémoire se souvient. Ses conseillers lui avaient pourtant prédit une levée de boucliers dans le monde arabe lui décrivant l’apocalypse musulmane. Je suppose qu’ils ont été influencés par les journalistes israéliens qui depuis l’annonce américaine n’ont cessé de nous prédire la troisième ou quatrième intifada, le djihad à travers le monde. Comme si véritablement les terroristes arabes ou musulmans avaient besoin d’un prétexte pour détruire les tours jumelles de Manhattan, utiliser les voitures bélier à Jérusalem ou envoyer des roquettes sur notre population civile. Comme si ces terroristes avaient besoin du moindre prétexte pour laisser place à leurs instincts barbares et criminels ».
Jacques Kupfer.

| Une prise de risque mesurée…
« Tout d’abord, les Palestiniens sont profondément divisés, La dernière tentative de réconciliation entre le HAMAIS et l’Autorité palestinienne vient d’échouer lamentablement. Bien sûr, ils sont susceptibles de provoquer des troubles importants ; mais ils savent pertinemment qu’ils n’ont rien à gagner à se lancer dans une guerre ou une Intifada contre Israël, ce qui les affaiblirait plus encore. Par ailleurs, affirmer que Washington n’a plus de légitimité dans le processus de paix est un non-sens. Rien ne se fera sans Washington car les États-Unis sont tout simplement incontournables, surtout quant il s’agit d’Israël dont ils restent les garants de la sécurité. Plus grave encore pour les Palestiniens, la majorité des pays sunnites ne les soutient pas, les considérant plutôt comme une gêne laquelle vient s’ajouter aux crises que traverse le Proche-Orient. Bien sûr, les différentes capitales arabes publient – et vont continuer à publier – des « protestations énergiques », mais sur le fond, elles ne peuvent pas se passer des Américains. Il n’est donc pas question pour l’instant de ruptures des relations diplomatique,s pour ne pas se priver des fonds, de la technologie et surtout de la protection du pays qui est encore le gendarme du monde, même s’il est en recul ».
Alain Rodier, CF2R .

| Les doutes du galouzeau !
« Est-ce qu’il faut se contenter de dire aux Américains comme certains le préconisaient en 2003 ‘ce n’est pas bien ce que vous faites’ ou est-ce qu’il faut se mobiliser diplomatiquement pour lui faire comprendre qu’il y aura un coût à tout ça et qu’il se retrouvera isolé sur la scène internationale ? (…) Ce que je crains pour être tout à fait franc (…) c’est la contagion de l’instabilité. La contagion de décisions qui, de fil en aiguille, peuvent conduire à un engrenage guerrier ».
Dominique de Villepin, sur BFMTV-RMC.

| Quid du HAMAS ?
« Dans ce contexte, et à la lumière des condamnations internationales et des protestations violentes des Palestiniens, il est significatif de savoir si le Hamas parviendra à convaincre l’opinion palestinienne que la reconnaissance américaine signifie que la « mosquée Al-Aqsa est en danger ». Si tel est le cas, il est fort probable que nous connaîtrons de nouvelles vagues de manifestations de masse dans les rues. Cependant, tant qu’Al-Aqsa se trouve hors du débat, les vagues de protestation seront assez faibles. L’intérêt d’Israël est d’essayer d’isoler Al-Aqsa et le Mont du Temple de l’agitation actuelle et d’empêcher des acteurs potentiels tels que le Hamas, le mouvement Islamique, la Turquie ou le Qatar de mettre le feu aux poudres ».
Nadav Shragai, La Déclaration Trump sur Jérusalem ? JCPA (10 décembre 2017) .

| Riyad dans les bras de Moscou…
« Mais l’impact majeur de la décision américaine réside sans doute dans le rééquilibrage de la position stratégique du royaume saoudien au profit de Moscou sous la férule du jeune prince héritier Salmane. Cette évolution traduit une bascule cardinale du jeu des influences croisées russe et américaine dans toute la région. La révolution des gaz de schiste est passée par là, l’Arabie, certes plus aussi indispensable à Washington, doit repenser ses alliances et ses axes de coopération pour monnayer au mieux ses atouts. Riyad se rapproche donc de Moscou, le Roi Salmane signe une importante coopération dans le nucléaire civil avec Rosatom, œuvre diplomatiquement de conserve en Syrie avec Vladimir Poutine pour agréger et rendre plus docile une opposition sunnite contrainte à résipiscence et, last but not least, envisage des achats de S-400 russes ! C’est là une véritable révolution, plus importante encore que celle annoncée au plan sociétal par Salmane Junior pour redorer un blason terni par une trop longue et sanglante collusion terroriste. Le jeune prince héritier a compris l’urgence d’une chirurgicale ‘greffe de modernité’. L’opération sera-t-elle esthétique ou réparatrice ? Parviendra-t-il, comme il le clame, à extirper l’islam ultra radical et la corruption du Royaume? Pour l’heure, il décapite surtout ses rivaux dynastiques et réoriente sans faiblir vers ses fidèles les réseaux d’affaires et de prébendes… »
Caroline Galactéros, In Bouger les lignes .

| Mauvais calcul US !
« Mais le calcul américain, une fois encore irresponsable pour la sécurité du monde et celle des peuples de la région, parait surtout à courte vue. En effet, en remettant en cause le statut de Jérusalem, en ouvrant de nouveau la boite de Pandore sans précautions, Washington se transforme en un Père Noël offrant un véritable boulevard à l’influence russe. Washington travaille de fait… pour Moscou ! Vladimir Poutine ne s’y est évidemment pas trompé, qui s’est offert le luxe d’annoncer sereinement un second retrait militaire partiel du théâtre syrien … tout en rappelant qu’il conservait deux grosses emprises (Tartous et Hmeimim), n’était pas loin et pouvait faire à tout moment remonter en puissance son soutien au régime si l’engeance islamiste se refaisait trop vite une santé … La diplomatie russe tous azimuts est plus active que jamais, de la Libye à la Centre-Afrique jusqu’à la péninsule de Corée, où le rapprochement Moscou-Pékin suit son cours à la faveur de l’installation du Bouclier antimissiles en Corée du sud, déclenchant de lourdes représailles économiques chinoises ».
Caroline Galactéros, Bouger les lignes .

| Air(s) connu(s) !
« Le vrai propriétaire de ces terres est la Palestine. Monsieur Trump veut que tout cela soit Israël (…). C’est le produit de l’évangélisme et d’une mentalité sioniste ».
Reccep Tayyip Erdoğan, président turc.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

F-16I Soufa abattu : La surprise de février

| É-U / Israël | Géostratégie | Ils ont dit | Les guerres se suivent …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer