9 mai 1945-9 mai 2022 II. Les mêmes Causes ?

| Guerre du Donbass / Ukraine | Questions à Jacques Borde |

La guerre, prise comme une activité parmi d’autres, peut s’avérer extrêmement profitable. C’est plus une question d’organisation que de morale ou de sentiments. À cela près qu’à un moment, il faut bien, pour que le BusineSS prenne & perdure, que des idiots utiles (sic) aillent se faire trouer la peau. Faire la Guerre chez les autres. Avec d’autres que ses propres régnicoles, si possible. De 1940 à 1945, les 2/3 des Wafen SS, dont ceux d’Oradour-sur-Glane (arborant, peu ou prou, les mêmes runes que Polk Azov), n’étaient pas allemands. Zelensky a moins de chance : malgré ses appels du pied, ni Berlin, ni Rome (décidément), ne lui ont accordé de troupes, seulement du matériel. Seul Londres (vieille monarchie… allemande 1) y sacrifie, en quantité semble-t-il, ses S(A)S.

« Les Anglais sont impliqués jusqu’au coup dans la guerre en Ukraine et certains sont coincés à Marioupol. C’est une constante : les Anglais ont participé hier à la guerre contre l’Arménie au Haut Karabakh et avant-hier à celle contre la Serbie. Les Anglais sont dans tous les mauvais coups contre les puissances continentales et en pointe dans la guerre globale contre la Russie… ».
Yves Bataille.

« Donc, il y a quatre choses que les États-Unis et ses alliés devraient faire. Premièrement, nous devons affaiblir la Russie, renforçant le potentiel ukrainien. Deuxièmement, nous devons continuer à restreindre la Russie en augmentant nos propres capacités et capacités de l’OTAN. Troisièmement, c’est la dégradation des forces armées et des capacités de la Russie. Enfin, nous devons assurer la défaite de la Russie en Ukraine, ce qui se fait en créant des réserves stratégiques et opérationnelles pour l’Ukraine, qui peuvent mener des opérations offensives pour faire tomber les Russes de l’Ukraine et protéger ses frontières ».
Major-général Michael S. Repass, ex-US European Command (EUCOM).

« Mais les intérêts des États-Unis d’Amérique et du Royaume-Uni d’une part, et de l’Europe et en particulier de l’Italie d’autre part, divergent absolument. Si Biden veut faire la guerre à la Russie à travers l’Ukraine, c’est son affaire. Nous ne pouvons pas et nous ne devons pas le suivre (…). Mais l’Europe a un intérêt commun : arrêter la guerre, au lieu de l’alimenter. Si les USA veulent utiliser l’Ukraine pour faire tomber Poutine, qu’ils le fassent. Si les Russes veulent Poutine, qu’ils le gardent. Quel rapport avec nous ? ».
Carlo De Benedetti, au Corriere della Sera.

| Q. Quid du tempo russe des opérations ?

Jacques Borde. Bon, à propos de tempo, celui du 9 mai 2022, déjà. Là, faisons un sort aux Je Suis Partout et Gringoire 2 l’a-presse (sic) française qui, comme l’a souligné Yves Bataille, « s’enfonce dans le mensonge en inventant une résistance azovite à Marioupol et une victoire à l’île des Serpents ». Ce, alors que « les fantoches de Kiev y ont subi une déroute du style Baie des Cochons. Le fou du roi Zelensky voulait une victoire médiatisée pour le 9 mai… ».

Volodymyr O. Zelensky, le pitre-au-membre-lyrique (sic), a dû déchanter.

Sinon, disons que la Spetsial’naya Voyennaya Operatsiya’ (SVO/OMS) 3 va au rythme qui est le sien. Et, plus important et significatif, n’a jamais reculé en raison d’une contre-offensive kiéviste ?

Pour l’Oberst (autrichien) Markus Reisner :

« L’offensive russe dans le Donbass est actuellement lente mais régulière et approfondie, avec un soutien important d’artillerie et d’infanterie. Ce n’est pas un signe de faiblesse. Cela montre plutôt que les groupes tactiques du bataillon interagissent plus étroitement les uns avec les autres et sont contrôlés de manière centralisée ».

En fait, « à l’Ouest, on essaie de ne pas parler de l’avancée avérée des forces armées russes et les media occidentaux font beaucoup d’efforts pour cacher les succès tangibles des Russes, ce qui est une grave erreur ».

| Q. Sinon, plus ou moins, les États-Unis ont fini par livrer des avions de combat, mais en pièces détachées, à Kiev ?

Jacques Borde. Plus que moins. Entre 12 et 20, selon les sources.

À en croire le Rear admiral John F. Kirby, Assistant to the Secretary of Defense for Public Affairs (ATSD(PA) et Spokesperson for the Department of Defense (DoD)4 lors de son point de presse au Pentagone du 19 avril 2022, repris par PBS :

« Journaliste : Vous avez dit plus tôt que les Ukrainiens ont désormais plus d’avions de combat qu’ils détenaient il y a deux semaines.
Kirby : des appareils opérationnels. Plus d’avions de combat utilisables qu’ils n’en avaient il y a deux semaines.
Journaliste : Pouvez-vous nous donner une estimation, est-ce qu’ils ont reçu plus [d’appareils], combien ? Une douzaine ?
Kirby : (…) des plate-formes et des pièces de rechange supplémentaires qui leur ont permis d’augmenter la taille de leur flotte. Leur flotte d’avions de combat. Des plate-formes et des pièces de rechange.
Journaliste : Plate-forme ?
Kirby : Une plate-forme est un avion dans ce cas-ci ».

En fait, seules des pièces de rechange ont été livrées à l’Ukraine.

Quant à des appareils proprement dit, la Slovaquie semble être le seul pays à discuter avec la junte de Kiev pour lui refiler les 10 MiG-29AS et le MiG-29UBS dans un état plus qu’incertain stockés quelque part par sa Velitelstvo Vzdušnych Sil 5.

Origine de ses pièces ? Livrées où et à qui ? Mystère et boules de gomme.

| Q. Dites-moi, vous ne le trouvez pas un peu confus l’amiral Kirby ?

Jacques Borde. (Sourire) Plutôt. Pourtant, il n’a même pas 60 ans.

Plus sérieusement, j’ai surtout l’impression que le clan des faucons-warmongers du Pentagone est un peu dépassé par les événements. Il y a des choses qu’ils ne tiennent pas du tout à livrer au pitre de Kiev et à ses acolytes brunâtres et tatoués.

| Q. Mais pourquoi ?

Jacques Borde. À en croire CNN, citant des sources du Department of Defense (DoD) : « Les États-Unis ne peuvent pas savoir exactement où finissent les armes qu’ils ont envoyées à l’Ukraine (…). Les États-Unis ont peu de moyens de retracer les importantes cargaisons d’armes antichars, antiaériennes et autres qu’ils ont envoyées de l’autre côté de la frontière vers l’Ukraine ».

| Q. Et, ça n’est pas une manière de se dédouaner?

Jacques Borde. Également, mais pas seulement. Déjà, à plusieurs reprises, les Russes, que ce soit par la voix de leur :

-ministre des Affaires étrangères, Sergueï V. Lavrov,
-ministre de la Défense, le general armii Sergueï K. Choïgou,
Genchtab 6, le general armii Valeri V. Guerassimov, et j’en passe, ont averti les Américains du risque de voir les armes qu’ils livraient à leurs proxies kiéviens finir entre de mauvaises mains.

Voyez déjà les quantités astronomiques de FGM-148 Javelin et FIM-92 Stinger récupérés par les forces russes et républicaines.

Qui peut nous dire combien d’autres ont (ou vont) fini entre les mains de terroristes takfirî.

| Q. Selon vous, où est le risque exactement ?

Jacques Borde. Plusieurs franchises caucasiennes d’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)7 et/ou d’Al-Qaïda sont actuellement présentes à Kiev qui a sombré dans un chaos digne du Berlin de la République de Weimar, livré aux bandes armées kiévistes et/ou du crime organisé.

Des FGM-148 Javelin et des FIM-92 Stinger, ça tient dans un petit camion.

Je vous rappelle que, quelques-mois à peine avant de devenir, media mutandis, le phare du monde libre, l’Ukraine – et ses désormais si gentils oligarques – passait pour le pays le plus corrompu à l’Est de l’Europe.

Si vous voulez mon avis : Kiev c’est open bar pour certains Unlawful combatants 8 qui ont les bons contacts. Après, il ne faudra pas s’étonner si on voit réapparaître nos si jolis FGM-148 Javelin livrés à profusion à Polk Azov 9, Pravyï sektor 10 et tutti-nazi dans les rues de Madrid, Paris ou Londres !…

| Q. Et, ces sources qui nous parlent d’un quasi-effondrement de la production militaire russe ?

Jacques Borde. Oui, bien sûr, une industrie de Défense qui battrait de l’aile. Le souci c’est que, dans ce cas précis, il s’agit :
-d’une source unique, reprise en boucle.
-d’une source non-indépendante.
-d’une source ukrainienne.
-d’une source des Renseignements ukrainiens.

Très précisément, le War Bulletin, qui nous arrive tout droit de, tenez-vous bien, l’ambassade d’Ukraine à Washington. En fait, une production de la Direction générale du Renseignement du ministère de la Défense de l’Ukraine (GUR MOU/ГУР МОУ), qui est le SR militaire de Kiev.

Je pense, honnêtement, que certains de mes confrères d’une presse supposément spécialisée devraient arrêter leur branlette ukronazie. Ou bien nous dire pour qui ils bossent réellement.

| Q. Il n’y a pas de vraies sources ?

Jacques Borde. Si, bien sur, pour rester dans le classique: le Global Fire Power (GPF) ou l’International Institute for Strategic Studies (IISS), et son indémodable The Military Balance, téléchargeable sur la Toile, en plus.

Que demande le peuple ?…

[À suivre]

Notes

1 En fait de la Maison de Saxe-Cobourg & Gotha, une branche cadette de la maison de Wettin. Mais pendant la 1ère Guerre mondiale, le sentiment anti-allemand est si important parmi la population britannique, qu’il conduit la famille royale à changer tous ses titres et noms de famille allemands pour des titres et des noms à consonance anglaise. Le 17 juillet 1917, la maison et la famille royales sont ainsi renommées Maison Windsor par une proclamation du roi George V.
2 Deux titres-phares de la presse kollabo pro-nazie.
3 Ou Opération militaire spéciale.
4 Ou porte-parole du ministère US de la Défense.
5 Ou Force aérienne slovaque.
6 Ou chef de l’État-Major général des Vooroujionnye sily Rossiïskoï Federatsii, ou Forces armées de la Fédération de Russie (Вооружённые силы Российской Федерации).
7 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
8 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal, défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
9 Ou Régiment Azov. Formation paramilitaire ukronazie pro-occidentale.
10 Ou Secteur droit. L’organisation se présente elle-même comme l’héritière de l’Ukrains’ka povstens’ka armiya (UPA, Armée insurrectionnelle ukrainienne), qui a combattu pendant la 2ème Guerre mondiale du côté des forces de l’Axe.

 

Avis aux lecteurs de ce blog :
1- n’attendez pas de relance de notre part.
2- venez directement sur le blog.
3- repostez sur autant de groupes que vous pourrez.
4- ajoutez-nous à la liste de vos favoris.

5- rejoignez BforBorde-Le Groupe.

Merci d’avance !…

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

1er mai 2022. Q&R de Sergueï Lavrov I.

| Russie | Géostratégie | Al Arabiya | Questions à Sergueï V. Lavrov | Moscou, …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer