Accueil / Focus / Transfert de l’Ambassade US à Jérusalem : & maintenant ? [1]

Transfert de l’Ambassade US à Jérusalem : & maintenant ? [1]

| É-U / Israël | Géostratégie | Ils ont dit |

Après le feu promis par des pouvoirs arabes velléitaires & par là heureusement toujours aussi peu crédibles, le binôme Jérusalem-Washington arrive à faire face à une Intifada du transfert qui n’a rien à voir avec les précédentes. Mieux pour eux deux, le Guatemala vient de donner le top départ à tous ceux susceptibles de se ranger, à terme, derrière les administrations Trump & Nétanyahu. 1ère Partie.

| 1er de cordée !
« J’ai parlé aujourd’hui avec le Premier ministre israélien Binyamin Nétanyahu. Nous avons parlé de l’excellente relation que nous avons eue en tant que nations depuis que le Guatemala a soutenu la création de l’État d’Israël. L’une des questions les plus importantes a été le retour de l’ambassade du Guatemala à Jérusalem. J’informe que j’ai chargé le ministre des Affaires étrangères d’entamer les actions appropriées (…). Le Guatemala est historiquement pro-Israël [et] en 70 ans de relations, Israël a été notre allié (…). Malgré le fait que nous n’ayons été que neuf dans le monde, nous avons la totale certitude et conviction que c’était la bonne voie ».
James Ernesto Jimmy Morales Cabrera, président du Guatemala1.

| Grosse tentation…
« Je pense que la Roumanie devrait envisager sérieusement de déplacer son ambassade en Israël à Jérusalem. Nous devrions y réfléchir très sérieusement (…). Toutes les institutions centrales israéliennes sont à Jérusalem, et les ambassadeurs ainsi que le personnel de l’ambassade font la navette entre Tel-Aviv et Jérusalem ».
Liviu Dragnea, président de la Camera Deputaților2. cité par The Romania Journal.

| Ligne rouge !
« Avec la reconnaissance par l’administration américaine de Jérusalem occupée comme la capitale de l’occupant et avec le déménagement de son ambassade, toutes les lignes rouges sont franchies (…). Avec la reconnaissance par l’administration américaine de Jérusalem occupée comme la capitale de l’occupant et avec le déménagement de son ambassade, toutes les lignes rouges sont franchies ».
Ismaïl Haniyeh, chef du Bureau politique du HAMAS.

| Attendez-nous !
Dans deux message intitulés Attendez-nous et ISIS à Manhattan, Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (DA’ECH)3, a fait part de son intention de mener des opérations sur le sol des États-Unis : « Nous mènerons encore plus d’opérations sur votre terre, jusqu’à la dernière heure, et nous vous brûlerons dans les flammes de la guerre que vous avez déclenchée en Irak, au Yémen, en Libye, en Syrie et en Afghanistan. Vous n’avez qu’à attendre (…). Votre chien Trump a reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël, nous allons reconnaître les explosifs comme la capitale de votre pays ».

| On continue… 
« Cette décision réaffirme que la juste cause des Palestiniens bénéficie du soutien du droit international (…) Nous allons poursuivre nos efforts à l’ONU et dans d’autres forums internationaux pour mettre fin à l’occupation (israélienne) et créer un État palestinien avec comme capitale Jérusalem-Est ».
Nabil Abou Roudeina, porte-parole du président Mahmoud Abbas.

| 6 mois, au moins…
S’adressant, le 24 décembre 2017, à la Commission des Affaires étrangères & de la Défense de la Knesset, le directeur du Sherut ha’Bitaron ha’Klali (SHABAK)4, Nadav Argaman, s’il a indiqué que la situation dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie était « particulièrement précaire » après la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, a toutefois estimé que ses services s’attendaient à « une période très instable pour les six prochains mois au moins ».

| Des noms ! Des noms !…
Nous sommes en contact avec plusieurs pays « envisageant sérieusement » de suivre la voie tracée par les États-Unis, a déclaré le Premier ministre israélien, Binyamin Nétanyahu5, à CNN dans un entretien. « Nous parlons maintenant avec plusieurs pays qui envisagent sérieusement de dire la même chose que les États-Unis et de déplacer leurs ambassades à Jérusalem ».

| À bon entendeur…
« Les États-Unis se souviendront de ce jour où ils ont été pris pour cible à l’Assemblée générale pour le simple fait d’avoir exercé leur droit de nation souveraine (…). Nous nous en souviendrons lorsqu’on nous demandera à nouveau d’être les principaux contributeurs des Nations-unies », indiqué l’US Ambassador to the United Nations, Nikki Haley6.
Nikki Haley qui a, par ailleurs, fait référence à « une insulte que nous n’oublierons pas ».

| Perte de crédibilité US.
« Parmi les répercussions importantes et directes de la décision de Trump, qui viole toutes les résolutions de l’Onu concernant Jérusalem et les territoires arabes occupés, c’est qu’elle a discrédité la crédibilité du rôle des États-Unis en tant que médiateur dans le conflit israélo-palestinien. Par cette décision, il est devenu clair que Washington n’est pas du tout impartial, et que ses décisions ne profitent qu’à une seule partie au détriment de l’autre, tandis que toutes les résolutions internationales reconnaissent les droits de l’autre partie. En particulier, les Résolutions 476 et 478 de l’année 1980 et la Résolution 2334 de l’année 2016. Le monde entier sait que Trump s’apprêtait à proposer une initiative pour mettre fin au conflit israélo-palestinien, qualifiée d’’Accord du siècle’ avant même sa naissance. Cette initiative était basée sur la déclaration d’un État palestinien fictif, désarmé, au territoire discontinu, en peau de léopard. Trump a négocié cette initiative avec le côté israélien seulement sans prendre l’avis du côté arabe. Et c’est le beau-fils de Trump, Jared Kushner, qui était le médiateur dans cette initiative. Or, en déclarant Jérusalem capitale d’Israël, Trump a lui-même tué son initiative avant qu’elle ne voie le jour. De même, la colère suscitée par la décision de Trump a prouvé encore une fois et avec force qu’Israël suit une politique d’apartheid, une politique disparue du monde entier depuis la chute du régime discriminatoire en Afrique du Sud en 1993 ».
Mohamed Salmawy, Les gains viennent parfois de nos ennemis, in Al-Ahram Hebdo .

| L’Impasse ?
« Dans ce cadre, nous pouvons parler, à juste titre, d’une impasse. Non seulement les efforts de paix n’ont plus de parrain, mais également toute tentative pour faire avancer le dossier au sein du Conseil de sécurité de l’ONU se heurterait au veto américain. Évidemment, cette impasse pourrait conduire à la radicalisation et par la suite à la violence. À cela s’ajouteraient d’autres éventualités qui emmèneraient du fait à exclure Jérusalem des droits nationaux palestiniens et la situer sur un plan uniquement religieux. D’une part, cette situation offrirait un cadeau inespéré à DA’ECH qui, en recul sur tant de fronts, pourrait renouveler sa propagande et son recrutement au nom de la défense de l’islam. D’autre part, elle donnerait l’occasion à l’Iran de se lancer dans une bataille devenue religieuse, même s’il a d’autres objectifs ».
Emad Awwad, Proche-Orient : Le risque d’escalade, in Al-Ahram Hebdo .

| Charrue avant les bœufs ?
« Nous constatons l’effondrement moral de Washington (…). C’est la mort diplomatique des États-Unis dans le monde. On assiste à présent au réveil de l’ours russe qui se transforme en renard intrépide qui pourra bien occuper les positions perdues par l’Amérique. Il y a encore le dragon chinois qui veut absolument récupérer ses possessions d’antan. Le monde change, mais Nikki Haley ne le voit toujours pas »
Emil Armin.

| La donne a changé.
« Depuis longtemps, l’ONU a perdu toute confiance et crédibilité. Les Nations-Unies n’ont jamais réussi à atteindre leurs objectifs, ni à instaurer la paix dans région. L’ONU bafoue quotidiennement les principes fondamentaux, sa vocation et sa raison d’être. Dans son enceinte, on ne peut compter, sur les 193 États représentés, que sur une quarantaine ayant des régimes vraiment démocratiques. Cependant, le dernier vote prouve que les efforts diplomatiques et certaines ‘menaces’ portent leurs fruits puisque 65 pays, dont plusieurs européens, n’ont pas voté cette absurde résolution qui condamne injustement les États-Unis et Israël. Il est clair que la donne a bien changé au Palais des verres, mais il est aussi fort probable que le Président Trump décidera un jour de couper complètement les vivres et de quitter cette organisation. Le retrait des Américains et des Israéliens de l’UNESCO plonge déjà l’ONU dans l’ignorance du savoir et de l’impuissance morale et politique. Un transfert du ‘machin’ à Genève ou à Paris serait alors même envisageable ». 
Freddy Eytan, Abbas joue avec le feu & Macron au double jeu, CAPE .

| L’Amérique isolée !
« Cela montre que le monde est en passe d’une grande évolution, que l’Amérique n’est plus l’Amérique d’hier qui faisait des coalitions. Ce qui s’est produit à l’ONU montre que les États-Unis sont dans l’isolement à cause de leur position sur le statut de la noble Qods. Les responsables américains doivent donc savoir qu’ils ne pourront plus, par cette méthode, imposer leurs points de vue au monde entier ».
Bahram Qassemi, porte-parole du Vézarat-é Kharejeh 7.

Notes

1 Tweet en espagnol : « Querido pueblo de Guatemala, hoy he conversado con el Primer Ministro de Israel, Benjamin Netanyahu. Hablamos de las excelentes relaciones que hemos tenido como naciones desde que Guatemala apoyó la creación del Estado de Israel. Uno de los temas de mayor relevancia fue el retorno de la Embajada de Guatemala a Jerusalém. Por lo que les informo que he girado instrucciones a la Canciller para que inicie las coordinaciones respectivas para que así sea. Dios los bendiga ».
2 Chambre des députés.
3 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
4 Ou Shin-Beth (SHABAK étant l’acronyme). Le terme qui était tombé en désuétude semble avoir de nouveau la ferveur des media.
5 Commence véritablement sa carrière politique en chapeautant le Yonathan Institute for the Study of Terrorism, portant le nom de son frère, le seul mort israélien du raid d’Entebbe, et qui avait pour but de sensibiliser l’opinion publique sur les questions de sécurité qui touchent Israël.
6 Née Nimrata Randhawa, née et élevée dans une famille de confession sikh. Elle s’est convertie à la religion de son mari, le méthodisme, avant son mariage. Appartient, de fait, à l’aile chrétienne des Républicains pro-Trump.
7 Ministère iranien des Affaires étrangères.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Discours de S.E. Nikki Haley expliquant le recours au veto US

| É-U / ONU | Géostratégie | Nikki Haley | Discours du US Ambassador to …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer