Accueil / Focus / Transfert de l’Ambassade US à Jérusalem : & maintenant ? [3]

Transfert de l’Ambassade US à Jérusalem : & maintenant ? [3]

| É-U / Israël | Géostratégie | Ils ont dit |

Après le feu promis par des pouvoirs arabes velléitaires & par là heureusement toujours aussi peu crédibles, le binôme Jérusalem-Washington arrive à faire face à une Intifada du transfert qui n’a rien à voir avec les précédentes. Mieux pour eux deux, le Guatemala vient de donner le top départ à tous ceux susceptibles de se ranger, à terme, derrière les administrations Trump & Nétanyahu. 3ème Partie.

| On était prévenu !
« L’ONU tente de nier le lien plurimillénaire entre le peuple juif et Jérusalem, c’est une preuve de plus du puissant parti pris anti-israélien de cette instance. Jérusalem est la capitale éternelle du peuple juif et une écrasante majorité du Congrès a voté pour reconnaître Jérusalem comme cela (…). De plus, la décision prise par l’administration Obama de rayer le mot ‘Israël’ accolé à celui de ‘Jérusalem’, dans l’éloge funèbre du président à Shimon Pérès, était une capitulation devant les ennemis d’Israël. Dans une administration Trump, Israël aura un véritable, fidèle et durable ami dans les États-Unis d’Amérique ».
Donald J. Trump, lorsqu’il était candidat.

| Votif !
« Voilà déjà un an que le Président Donald Trump est entré à la Maison-Blanche. Sa politique est bien différente de ses prédécesseurs sur tous les plans. Ses discours pro-israéliens et ses chaleureuses paroles nous réconfortent. Sa proclamation sur Jérusalem et le transfert de l’ambassade prouvent qu’il tient ses promesses, mais qu’il n’imposera pas non plus une initiative de paix ni des condamnations inutiles. Jusqu’à ce jour, Trump n’a pas déçu les Israéliens. D’ailleurs, tant que Mahmoud Abbas continue de jouer avec le feu et ne cessera pas d’être un maître-chanteur, aucune solution avec les Palestiniens par une médiation américaine ne verra le jour ».
Freddy Eytan, 2018, Année d’interrogations, de menaces & de défis, CAPE.

| Cause commune !
« Al-Qods est une responsabilité palestinienne, arabe, islamique, chrétienne et humaine. Il est faux de la considérer une question purement palestinienne ou arabe vu que cela implique la confiscation de tous les alternatives qui peuvent contribuer à la libération de la Palestine (…). Cette cause concerne tous les pays de la région, y inclus le Liban. Le Hezbollah a pris une décision définitive : la boussole est orientée vers la Palestine. Israël, les takfirî et toutes les formes d’arrogance seront alors vaincus par la Résistance qui libèrera la Palestine, le Liban et toute la région ».
Cheikh Na’ïm Qâssem, secrétaire général adjoint du Hezbollah.

| 1948 pas 1967 !
« En fait, tout remonte à 1948 et n’a aucun rapport avec ‘l’occupation’ de Jérusalem-Est en 1967. C’est bien depuis notre guerre d’Indépendance qu’aucun pays occidental n’a voulu reconnaître Jérusalem comme notre capitale et a exigé dans le cadre de la Résolution 181 du partage de la Palestine, son internationalisation ».
Freddy Eytan, Jérusalem : audace américaine, hypocrisie européenne & colère palestinienne, CAPE .

| Aussi Sainte pour les Juifs que La Mecque & Médine pour les musulmans !
« Les Juifs font partie intégrante de l’histoire de cette région, et Israël est le produit du droit historique des Juifs dans la région. Si nous rencontrons les négociateurs israéliens, en les considérant comme des partenaires de l’histoire de cette région – qu’il s’agisse des dirigeants, des peuples ou des élites intellectuelles – cela facilitera les choses et apportera une certaine flexibilité au processus de paix. Quant à Jérusalem, je pense que nous devons être réalistes et nous adapter à la nouvelle réalité politique de la région. Si les négociateurs palestiniens, soutenus par les Arabes, parviennent à obtenir seulement une partie de Jérusalem-Est, et si les lieux saints sont placés sous administration palestinienne – je pense que ce sera le plus grand gain politique que les négociateurs israéliens [sic] peuvent réaliser aujourd’hui ».
Pr. Abdelhamid Hakim, directeur général du Centre d’Études stratégiques & juridiques du Moyen-Orient (Djeddah).

| Décision très dangereuse…
« … une agression flagrante contre le peuple palestinien et la nation arabe et islamique… La décision de Trump a pour objectif de liquider la cause palestinienne (…). Il est question d’une patrie alternative, d’une confédération pour les habitants et non de la terre. C’est le principe même de l’implantation (…). Nous sommes parfaitement conscients de la nature des dangers et lors de ma conversation avec le roi Abdallâh (de Jordanie), nous avons parlé de ce sujet et des dangers qui guettent al-Qods et des projets d’implantation et de la patrie alternative ».
Ismaïl Haniyeh, chef du Bureau politique du HAMAS.

| Perdu d’avance !
« Déclarer la guerre à 1.500 millions d’âmes musulmanes auxquelles s’ajoute le monde chrétien catholique par la voix de son Pape, ce n’est pas de la témérité mais de la sclérosité d’esprit. Il ne gagnera pas. Il ne vaincra pas quelque soit le soutien qu’il espère car c’est perdu d’avance, à l’entame même de sa forfaiture ».
Cheikh Ibrahim Mamoun Niass.

| Malaise !
« D’où vient alors mon malaise ? Deux semaines après cette annonce que j’attendais, moi aussi, depuis des années, pourquoi cette inquiétude qui m’étreint (..) ? D’abord Trump. Je sens trop le côté gros malin, acculé par des défaites diverses et consécutives (…). Ami des juifs ? Protecteur et saint patron d’Israël ? Pardon, mais je n’y crois guère ».
Bernard-Henri Lévy.

| Deux raisons parmi d’autres…
« Jérusalem est la capitale officielle de l’État d’Israël et le centre de son gouvernement depuis 1950. Jérusalem est le siège du président israélien, de la Knesset et de la Cour suprême, et le siège de la plupart des ministères et des institutions sociales et culturelles. Jérusalem est l’ancien centre spirituel du judaïsme. Elle est également considérée comme ville sainte par les membres d’autres religions. Israël protège tous les Lieux saints (…). Reconnaître les faits que Jérusalem est la capitale d’Israël et reconnaître que la localisation de l’ambassade américaine à Jérusalem est la prérogative souveraine des États-Unis ne nuiraient en rien au processus de négociation de paix. Ils seraient une reconnaissance d’une situation factuelle de longue date et la rectification d’une injustice historique ».
Alan Baker, Dix principales raisons pour reconnaître Jérusalem capitale d’Israël, CAPE .

| Confiance & résultats.
« …Donald Trump, loin d’être ce Docteur Folamour décrit ici et là, et en particulier à Paris, semble en passe de réussir là où les États-Unis échouent depuis des lustres. C’est pourquoi il a pu reconnaître en Jérusalem la capitale d’Israël, reconnaissance votée au Congrès des États-Unis il y a plus de vingt ans, et que ses prédécesseurs avaient promis sans jamais agir. Que Trump le fasse montre son degré de confiance ».
Matthieu Baumier, Causeur .

| Sous la main de Washington de toute manière…
« Nombre d’observateurs ont alors prédit une catastrophe : la fin du processus de paix israélo-palestinien, une 3ème Intifada et un embrasement du Moyen-Orient. Soit. Bien évidemment, les condamnations de la communauté internationale et surtout, du monde arabe, se sont multipliées. Le Hamas a annoncé ‘l’ouverture des portes de l’enfer’ et a appelé à des ‘journées de rage’. Les tensions en Israël, à Jérusalem et à la frontière de Gaza grandissent. De violents affrontements ont déjà éclaté en Cisjordanie… Reste à savoir combien de temps ils dureront et avec quelle intensité. Certes, la ville de Jérusalem, comme les questions religieuses, sont des sujets très sensibles dans le monde musulman. Toutefois, et pour l’heure, je ne pense pas que cela soit l’intérêt de l’Autorité palestinienne ni d’Israël d’ailleurs, que la situation dégénère. Aussi, je ne crois pas, dans le contexte moyen-oriental actuel, que les dirigeants égyptiens, turcs, saoudiens ou jordaniens voient d’un très bon œil leurs rues s’enflammer… De toute évidence, il ne faut pas perdre de vue que la puissance américaine les tient tous d’une manière ou d’une autre, soit par la bourse ou par leur alliance et leur protection ».
Dr. Roland Lombardi, Docteur en Histoire, Consultant indépendant en Géopolitique et Analyste au sein du groupe JFC Conseil, .

| Niet !
« Le Liban a unanimement refusé et condamné la décision américaine concernant le statut de Jérusalem. Au niveau de l’État, des instances religions et des forces politiques, nous avons adopté une position unifiée face à cette décision, indépendamment des termes utilisés ».
Hassan Fadlallah, député du Hezbollah.

| Chiche !
Si « les États-Unis sont soucieux de leurs intérêts au Moyen-Orient, ils doivent mettre en œuvre les résolutions internationales appelant à la création d’un État sur les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale ».
Nabil Abu Roudeineh, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Discours de S.E. Nikki Haley expliquant le recours au veto US

| É-U / ONU | Géostratégie | Nikki Haley | Discours du US Ambassador to …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer