Accueil / Verbatim / Politique étrangère & solubilité dans les bons sentiments…

Politique étrangère & solubilité dans les bons sentiments…

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde |

Attendue avec impatience, la prise de parole du président turc, le sémillant & toujours égal à lui-même Erdoğan, cela aux côtés d’Emmanuel Macron, sous nos ors élyséens, n’aura pas déçu. Émaillée d’incidents savoureux assez révélateurs du caractère du maître de la Sublime porte, elle aura surtout :
1- quelque peu éclipsé, en amont, l’excellente prestation d’Emmanuel Macron sur la ligne de départ de la Route de la soie.
2- permis de faire le point sur l’hypocrisie généralisée des acteurs du Grand jeu au Levant.
Dis M. Erdoğan tu reviens quand nous refaire ton numéro ?

| Q. Bon redémarrage de nos relations avec Pékin, non ?

Jacques Borde. Tout à fait. Un sans faute. Au point qu’on aimerait que le président français, Emmanuel Macron, fasse à l’égard de Damas de la même retenue géopolitique qu’avec Pékin.

| Q. Comment cela ?

Jacques Borde. Rappelons qu’il existe de réelles divergences de vue entre la France et l’Empire du milieu : Tibet, notre indécrottable droit-de-l’hommisme. Or, là, Macron vient de les glisser habilement sous le tapis du salon. Que n’en fait-il de même avec nos divergences avec Damas, sur la manière (forte) qu’ont les Syriens de traiter avec un terrorisme qui nous frappe aussi sûrement sur nos propres fronts de guerre. Que ce soit en métropole ou au Sahel ?

Sur ce point, on rappellera qu’aucune troupe syrienne ne campe sur un territoire étranger et se contente de combattre sur le sien propre, une terreur takfirî aidée et financée de l’étranger.

| Q. Justement, que sait-on des armements dont dispose encore et toujours DA’ECH ?

Jacques Borde. Vaste sujet. De toute évidence, Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (DA’ECH)1, n’a jamais manqué de rien. Alors, je connais la ritournelle : les vilains terroristes takfirî ont tellement accaparé d’armes auprès de leurs ennemis (les armées irakiennes et syriennes essentiellement) qu’ils sont à l’abri du besoin…

| Q. À vous entendre, je ne vous sens pas très convaincu ?

Jacques Borde. Oui et non.

Oui, effectivement DA’ECH a mis la main sur des stocks monumentaux. Mais les groupes en lice contre les militaires et paramilitaire irakiens et syriens, qu’il s’agisse de DA’ECH, Jabhat an-Nusrah li-Ahl ach-Chām2, Al-Jayš al-Fateh (Armée de la conquête)3, etc., sont aussi de grands consommateurs d’armes, de munitions, de carburant, de médicaments. Je vous rappelle que DA’ECH a géré au quotidien des pans entiers de l’Irak, de la Syrie, voire même de la Jordanie. Les militaires appellent ça la logistique.

À qui veut-on faire croire que toute cette logistique pharaonique est celle d’origine et seulement celle-là ?

| Q. Que voulez-vous dire ?

Jacques Borde. Que clairement, les puissance pétrogolfiques wahahbî qui ont sont à l’origine de la terreur takfirî n’ont jamais cessé leur aide.

| Q. La rusticité des matériel de DA’ECH n’est-elle pas une explication ?

Jacques Borde. Rusticité ! Vous voulez dire, des Kalachs, des RPG et des lots de munitions : c’est ce que vous pensez ?

C’est ce qu’ont cru les têtes pensantes de la Türk Kara Kuvvetleri (TKK)4 lorsqu’ils ont lancé leur Opération Fırat Kalkanı5. Ils s’en mordent encore les doigts, n’ayant que fort peu apprécié leur taux de pertes sur le front syrien. Laissant jusqu’à de ces Leopard 2A4, qui constituent le must de leur arme blindée, sur le carreau depuis que ces blindés lourds sont impliqués dans Fırat Kalkanı. Opération visant tout aussi bien des groupes terroristes takfirî que leurs adversaires kurdes, est-il utile de rappeler.

Le tableau de pertes (engins entièrement détruits, ou irréparables et bons pour la casse) serait plus élevé. Soit, compte tenu des dernières infos parues au beau milieu des opérations de la TKK :

  • 10 Leopard 2A4 détruits et/ou endommagés.
  • 2 M60 Patton. Les images à disposition montrent clairement un blindé touché différent du premier. Certains, comme celui examiné sur photo par BforBORDE, portés au standard (israélien) Sabra. Tir d’antichar, sévèrement endommagé.
  • 2 ZMA (APC). Type non précisé. Dont un probablement aux mains de DA’ECH.
  • 1 GZP (IPC). Type non précisé.
  • 1 Kobra. Tir d’antichar. Par ailleurs, un autre Kobra a été capturé. Son état opérationnel semble à confirmer.

Ces matériels roulants détruits l’ont été, pour partie, à l’aide d’engins fournis par ses sponsors occidentaux de DA’ECH, au rang desquels figure la, désormais discrète sur le sujet, Turquie.

À noter que DA’ECH et ses adversaires sur le terrain disposent strictement des mêmes matériels, parfaitement entretenus, remis à niveau et remplacés. Pas au bazar du coin vous vous en doutez bien…

| Q. Mais ces matériels ne figurent-il pas à l’inventaire des stocks saisis ?

Jacques Borde. Pour partie, oui. Mais pas seulement. Et depuis combien de temps ? La surprise des Turcs – confrontés là, et pour les mêmes raisons, aux mêmes aléas que l’Al-Jayš al-’Arabī as-Sūrī (AAS)6 – s’expliquant notamment par l’obsolescence qui aurait dû frapper certains de ces matériels délicats à maintenir en conditions opérationnel (surtout stockés n’importe comment et piètrement entretenus). Surtout qu’à entendre combattants kurdes, assyriens et yézidis, l’essentiel de leurs matériels leur venant – toujours la même rengaine – de ce qu’ils repiquaient à DA’ECH…

| Q. Quels types d’engins ont mis à mal les Leopard turcs ?

Jacques Borde. Possiblement des BGM-71 TOW7, 9K111 Fagot (code OTAN, AT-4 Spigot) ou 9M113 Konkurs (code OTAN, AT-5 Spandrel). Matériels occidentaux et de l’ex-bloc soviétique, tous répandus en nombre au Levant et dans le Golfe. Mais il y a aussi des systèmes d’artillerie mobile vus ça et là (notamment entre les mains de DA’ECH). Eux pas du tout facile à maintenir sans expertise extérieure. Et, plus précisément étasunienne.

| Q. Donc pour vous les combattants takfirî ont, forcément, reçu de l’aide. Laquelle ?

Jacques Borde. Vaste question ! Là comment, ne pas penser au vif échange qui a opposé le président turc, Reccep Tayyip Erdoğan, à un de nos confrères lors de sa conférence conjointe avec Emmanuel Macron, le 5 janvier 2018 à l’Élysée.

| Q. En quoi était-elle intéressante ?

Jacques Borde. Passons sur l’humeur capricieuse du faiseur de pluie du Bosphore, en ce sens qu’elle nous a bien remis au goût du jour, ce que j’appellerai la question du Maintien en conditions opérationnelles (MCO) des matériels d’Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (DA’ECH), Jabhat an-Nusrah li-Ahl ach-Chām, et tutti quanti.

Point n°1. Le journaliste d‘Envoyé spécial8 a interrogé Erdoğan sur l’interception de camions appartenant au Millî İstihbarat Teşkilatı (MİT)9, et transportant des armes destinées à… DA’ECH. Cf. « Des membres de vos Services de renseignement, les services du MIT qui ont été interceptés en décembre 2013 et janvier 2014 à un poste frontière. On a retrouvé des mortiers, ça a été filmé mais immédiatement censuré ».

Point n°2. Le coup de colère d’Erdoğan qui lui, aussi sec, lancé : « Tu me poses cette question, mais pourquoi tu n’interroges pas les États-Unis qui ont envoyé 4.000 camions d’armes en Syrie ? Tu es journaliste, non ? Tu aurais dû enquêter là-dessus aussi ».

Bon résumons :

1- c’est bien l’ensemble de la Syrie – hors les forces régulières, selon l’applicabilité qu’en ont certains acteurs régionaux (Russie, Iran) – qui est soumise à un embargo sur les armes.
2- de jure, cet embargo vise toutes les parties. Y compris l’entité Hêzên Sûriya Demokratîk (FDS, Forces démocratiques syriennes), que la Turquie considère (et traite) comme des terroristes. Mais que plusieurs pays occidentaux et du Conseil de coopération des États arabes du Golfe (CCEAG)10, aident, arment et entraînent.
3- de jure, cet embargo vise également toutes les factions armées du Takfir : Al-Jayš al-Fateh (Armée de la conquête) et autres.
4- ni Ankara ni Washington, verbatim Erdoğan, ne respectent l’embargo sur les armes en Syrie. Et tout le monde arme et approvisionne ses proxies.

Bon, on s’en doutait. Mais il es intéressant de se voir confirmé sur ce point par quelqu’un de la stature de Reccep Tayyip Erdoğan.

| Q. Et la France ?

Jacques Borde. Ah, ah ! Paris est-il à mettre sur le même plan que ses petits camarades occidentaux ? Fournissant, ad minimo, un soutien aérien à des groupes considérés comme dûment terroristes par Damas, Moscou et Téhéran, beaucoup se posent la question.

| Q. Mais, est-ce à dire que la France pourrait être tenu comme le compagnon de route de groupes terroristes ?

Jacques Borde. C’est directement l’accusation que porte contre la France le président syrien, le Dr. Bachar el-Assad (et qui n’engage que lui) ! Mais nous n’en sommes pas là.

Au-delà, c’est un peu le problème du grand jeu au Levant. Qui y fait quoi au juste ?

Vous aurez noté comme moi que, poussé dans les cordes par un journaliste, Emmanuel Macron, a, du bout des lèvres, concédé que le Partiya Karkerên Kurdistan (PKK)11 était bien un groupe terroriste.

Or, les Hêzên Sûriya Demokratîk (FDS) que Paris épaule plus ou moins directement, se composent de combattants du Yekîneyên Parastina Gel (YPG)12, mais aussi des membres du… Partiya Karkerên Kurdistan.

Comme quoi…

Notes

1 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
2 Ou Front pour la victoire du peuple du Levant, ou de manière abrégée Front al-Nosra.
3 Coalition articulée autour d‘an-Nusrah li-Ahl ach-Chām (Front Al-Nosra), le bras armé d’Al-Qaïda en Syrie. Se compose, pour être complet, de : Ahrār ach-Chām (Mouvement islamique des hommes libres du Cham), Jund al-Aqsa (Les soldats de Jérusalem), Liwāʾ al-Haqq, Jayš al-Sunna, Ajnad ach-Chām et de la Légion de Cham.
4 Ou Forces terrestres turques.
5 Bouclier de l’Euphrate.
6 Armée arabe syrienne.
7 Pour Tube-launched, Optically-tracked, Wire-guided.
8 Magazine de la chaîne France-2.
9 Ou Organisation du Renseignement national, les SR d’Ankara.
10 Il regroupe six pétromonarchies du Golfe Persique : Arabie Séoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis (ÉAU), Koweït, Oman et Qatar.
11 Parti des travailleurs du Kurdistan.
12 Unités de protection du peuple.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Ankara Vs Paris : Choc de deux Puissances ou de deux ego ? [1]

| Guerre Vs DA’ECH | Questions à Jacques Borde | Va-t-on vers plus qu’une joute …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer