Accueil / Focus / Retrait US du JCPoA : Grosse boulette ou coup de maître ?

Retrait US du JCPoA : Grosse boulette ou coup de maître ?

| États-Unis / Iran | JCPoA | Ils ont dit | BforBORDE |

Une fois encore & n’en déplaise à ses détracteurs, le président américain, Donald J. Trump, vient de démontrer capitoli & orbi, si je puis dire, qu’il était bien le faiseur de pluie de l’Orient compliqué dont nous parlait le général. Qu’en cette affaire il ait tort ou raison importe in fine assez peu. La réalité est toute autre : en abattant ici son brelan, Trump vient, tout simplement de rebattre les cartes au Proche & Moyen-Orient. Le reste – les réactions de l’Europe, notamment – n’est que de l’écume géostratégique dans un grand jeu qui dépasse la plupart de ses acteurs.

| Paris à côté de la plaque ?
« Fabius dénonce la décision ‘gravissime’ du Président Trump. Fabius, celui qui trouvait qu’Al-Qaida-Syrie faisait du ‘bon boulot’ ».
Me. Phlipppe Chansay-Wilmotte, président du VLC.

| Rôle intenable ? 
« La Russie continue de manœuvrer en Syrie entre l’Iran et Israël, mais c’est de plus en plus difficile ».
Alexeï Makarkine, cité par Novye Izvestia.

| Moscou au pied du mur !
« Il est évident que le premier ministre israélien Nétanyahu se rend à Moscou le 9 mai [2018] avec un seul objectif: parler de la suppression des combattants et des militaires proxies iraniens de Syrie. La Russie, tôt ou tard (probablement tôt), devra choisir entre l’Iran et Israël ».
Telegram Krasny Sion.

| On vous l’avait dit…
« Le retrait US de l’accord Iran/5+1 me donne raison. Nous avons signé le PGAC, sans que cette signature mette fin à l’animosité de Washington à notre égard. À présent, les Américains s’en sont pris à notre rôle dans la région et à nos missiles, mais leur hostilité ne disparaîtra pas à notre égard, même si nous parvenions à des accords avec eux sur ce sujet. L’hostilité américaine contre la RII renvoie à une divergence d’essence et de nature : l’Iran s’est catégoriquement opposé à l’hégémonie américaine et y a mis un terme sur son sol et la défie à travers la région ».
Rahbar-é-Enqelâb (guide de la révolution), l’Ayatollah Sayyed Ali Hossaini Khâmeneî1.

| Festina lente !
« A partir de cet instant, l’accord nucléaire est entre l’Iran et cinq pays [Chine, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne, NdlR], nous devons attendre de voir ce que les cinq grands pays vont faire. J’ai ordonné au ministère des Affaires étrangères de mener pendant les quelques semaines à venir avec les pays européens et les deux autres grands pays, la Chine et la Russie, des négociations (…). Si à la fin de cette courte période, nous arrivons à cette conclusion qu’avec la coopération de ces cinq pays, les intérêts du peuple iranien sont assurés malgré les États-Unis et le régime sioniste (…) l’accord nucléaire restera en vigueur et nous pourrons agir pour l’intérêt de la paix et la sécurité de la région et du monde. Mais si nos intérêts ne sont pas assurés, je parlerai au peuple et l’informai des décisions prises par le pouvoir ».
Dr. Hassan Feridon Rohani, président iranien.

| Contre mauvaise fortune !
« Depuis sa pris de fonction, le président des États-Unis a été sous pression des faucons dont l’un représente désormais sa diplomatie. On lui demande de lancer une intervention militaire contre l’Iran. Or cette requête ne fait pas l’unanimité et même le Pentagone déconseille vivement Trump à se lancer dans un conflit militaire contre l’Iran. Car une telle guerre ne sera pas facile à mener aussi bien par les dépenses colossaux qu’elle causera que par les pertes en vie humaine. À défaut donc d’un recours aux armes, nos ennemis retournent à la case départ et déclenchent une guerre économique contre nous. Le Plan global d’action commun (PGAC) n’a jamais satisfait les exigences de notre peuple. Le retrait des États-Unis de l’accord internationalement reconnu prouve que ce pays n’est pas digne de confiance et qu’aucun accord signé avec Washington n’est à l’abri d’une violation systématique de la part des Américains voire d’une révocation tout court ».
Brigadier-général Mohammed Baqeri, chef d’état-major des Nīrūhāy-é Mosallah-é Jomhūri-é Eslāmi-é Īrān2.

| Revers de taille pour Paris…
« Le régime international de lutte contre la prolifération nucléaire est en jeu (…). Nous travaillerons collectivement à un cadre plus large, couvrant l’activité nucléaire, la période après 2025, les missiles balistiques et la stabilité au Moyen-Orient, en particulier en Syrie, au Yémen et en Irak ».
Emmanuel Macron, président français.

| Soutien total !
« Israël soutient totalement la décision courageuse prise aujourd’hui par le président Trump de rejeter le désastreux accord nucléaire ».
Binyamin Nétanyahu, Premier ministre israélien.

| Étape importante pour Israël.
« La décision prise par le président des États-Unis constitue une étape importante pour assurer la sécurité de l’État d’Israël, la sécurité de la région et la sécurité de l’ensemble du monde libre (…). A côté de la menace nucléaire, nous n’oublions pas un instant la course aux armements que l’Iran mène à nos frontières, et nous suivons les développements de près et de manière responsable afin de protéger la sécurité de nos citoyens. La menace de la consolidation iranienne n’est pas une menace pour l’Etat d’Israël seul, et donc la pression internationale est nécessaire dans la lutte contre ce danger ».
Reuven Rivlin, président israélien.

| Le nucléaire mais pas seulement !
« A côté de la menace nucléaire, nous n’oublions pas un instant la course aux armements que l’Iran mène à nos frontières, et nous suivons les développements de près et de manière responsable afin de protéger la sécurité de nos citoyens. La menace de la consolidation iranienne n’est pas une menace pour l’Etat d’Israël seul, et donc la pression internationale est nécessaire dans la lutte contre ce danger (…). L’Iran est une nation voyou régie par un régime qui ne peut être digne d’honorer sa parole, et encore plus avec des capacités nucléaires qui lui permettent de ravager le monde et de provoquer une course aux armements catastrophique dans la région (…). Le président Trump a pris aujourd’hui une mesure courageuse en montrant clairement à la République islamique qu’il ne restera pas silencieux en continuant de subvertir l’accord nucléaire et d’exploiter la bonne foi de la communauté internationale. Nous exhortons les autres pays à suivre l’exemple de cette administration et à ne pas laisser l’Iran bafouer le droit international ».
Ronald Ron S. Lauder, président du Congrès juif mondial (WJC).

| Trump, faiseur de paix !
« Binyamin Nétanyahu a démasqué l’Iran, Donald Trump a assumé ses responsabilités sur l’accord nucléaire iranien. Chapeau! L’Histoire démontrera qu’il a sauvé la paix et évité un État islamiste nucléaire. Il faut briser le régime djihâdiste de Téhéran et libérer le grand peuple iranien ».
Meyer Habib, député UDI.

| Alignement prévisible !
« La déclaration de Trump était prévisible et les Européens ne l’ont pas prise suffisamment au sérieux, en particulier les récentes déclarations d’Israël sur la réalité des dissimulations iraniennes auraient dû être prise en considération. La France aurait du se souvenir en particulier des réticences qu’elle avait eues par le passé à signer cet accord avec M. Fabius. Désormais les sanctions économiques risquent de frapper durement les entreprises françaises installées en Iran et des graves affrontements risquent de se produire au Moyen-Orient notamment depuis la victoire du Hezbollah au Liban et le soutien manifeste du gouvernement iranien au régime syrien. Les événements dramatiques qui sont à prévoir doivent ressouder les forces démocratiques contre le régime iranien. Nous devons souhaiter que l’Europe retrouve la détermination à combattre le régime iranien qui de toute évidence est actuellement l’instigateur d’un déséquilibre profond suscitant le terrorisme au Proche-Orient ».
Claude Goasguen.

| Rien de nouveau, pourtant…
L’Accord de Vienne de 2015 « répond à son objectif qui est de garantir que l’Iran ne développe pas des armes nucléaires, l’Union européenne est déterminée à le préserver » ?
Federica Mogherini, Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères & la politique de sécurité.

| Décision de tous les dangers !
« L’annonce d’aujourd’hui affaiblit notre sécurité, brise la volonté américaine, nous isole de nos alliés européens, met Israël en péril, renforce les extrémistes iraniens et réduit notre influence mondiale sur la mauvaise conduite de Téhéran, tout en compromettant la capacité des futures administrations à conclure des accords internationaux. Aucune rhétorique n’est nécessaire. Les faits parlent d’eux-mêmes. Au lieu de s’appuyer sur de nouvelles mesures de vérification en matière de non-prolifération, cette décision risque de ramener le monde au bord du gouffre auquel nous avons été confrontés il y a quelques années. L’étendue des dommages dépendra de ce que l’Europe peut faire pour maintenir l’accord nucléaire, et cela dépendra de la réaction de l’Iran. L’Amérique ne devrait jamais avoir à sous-traiter ces enjeux à un autre pays. Ce n’est pas dans l’intérêt de l’Amérique. Nous devrions tous espérer que le monde réussisse à préserver cet accord nucléaire ».
John F. Kerry, ex-US Secretary of State.

| Pas de Plan B !
« Iran : la décision de Trump de se retirer du JCPoA est irresponsable et dangereuse. Il n’y a pas de plan B : cet accord de 2015 a été une étape dure mais essentielle à la paix, à la sécurité et contre la prolifération nucléaire. Trump menace une stabilité déjà fragile. Shame ! ».

| Erreur sur toute la ligne !
« Donald Trump a tort de vouloir tuer l’accord sur le nucléaire! C’est libérer l’Iran de tout contrôle… Il appartient à l’Union européenne de retenir les Iraniens dans cet accord en leur proposant des relations économiques favorables ».
Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI.

| La Faute à Macron. Ou presque… !
« La dénonciation par Trump de l’accord avec l’Iran est un échec cinglant pour E. Macron déjà humilié sur le climat. L’attitude de soumission d’E. Macron lors de sa visite est encore plus indécente. Cette décision dangereuse impose à la France de redevenir libre. Quittons enfin l’Otan ! ».
Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France.

| Protectionnisme déguisé.
« Il s’agit de protectionnisme dissimulé, et il s’agit de mesures qui, bien sûr, sont absolument contraires aux normes et règles de l’OMC (…). Cela exigera un travail très intensif, y compris sur le plan juridique ».
Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin.

| (in)Efficacité !
« Trump a été reçu par Macron à Paris et quelques jours plus tard il a annoncé qu’il quittait l’accord de Paris. Trump a reçu Macron à Washington et quelques jours plus tard il a annoncé qu’il quittait l’accord avec l’Iran. Selon @BFMTV Macron a convaincu Trump… ».
Un internaute sur la Toile.

Notes

1 Aussi appelé Rahbar-é-Moazzam (guide suprême, pas une titulature officielle).
2 Forces armées iraniennes.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Des Chiffres & des Armes : Le poids des mots, le choc des statistiques…

| États-Unis | Société | Jean Cuny| Jonglant sur un pathos de cuisine & sur …