Accueil / Focus / Gaza : La guerre du Limes [2]

Gaza : La guerre du Limes [2]

| Tsahal Vs HAMAS | Ils ont dit | BforBORDE |

Les frontières divisent autant qu’elles unissent. Dans le cas de Gaza, c’est la 1ère hypothèse qui, depuis 1948, l’emporte. Comme à l’accoutumée, la forte poussée de fièvre au limes sud d’Israël, se sera soldée par des dizaine de morts & des milliers de blessés. Un épisode aussi sanglant qu’inutile. Mais ça n’est pas la première fois & très certainement pas la dernière. Épisode 2.

| Dans leur droit…
« Les caméras ont un prisme déformant car nous en France regardons les événements auxquelles nous assistons avec le prisme des manifestations dans notre pays, or nous ne sommes pas du tout dans le même contexte. Pourquoi? Parce que nous sommes à une frontière. Israël est dans son pays et la Bande de Gaza est un autre pays. Ce qui est en train de se passer c’est que des gens à la frontière essayent de la franchir de manière particulièrement violente (…). Les Israéliens ne font que défendre leur pays et leur frontière [avec Gaza]. Ils ont averti les Gazaouis de ne pas passer la frontière. Ils sont dans leur droit le plus absolu de faire feu. La notion de maintien de l’ordre n’existe pas en Israël, c’est une notion plutôt européenne, voir française. Les Israéliens sont dans une logique de défense des frontières et que la défense des frontières cela ne se fait qu’avec la force armée ».
Général de corps d’armée Bertrand Soubelet1 , CNEWS (14 mai 2018).

| C’est lui qui le dit !
« Durant la dernière confrontation, si 62 personnes sont mortes en martyr, 50 d’entre-elles faisaient partie du HAMAS ».
Dr. Salah Albardawil, cadre du HAMAS.

| Instrumentalisation ad minimo.
« Une foule qui se lance à l’assaut d’une frontière n’est pas qualifiable simplement de personnes désarmées : c’est une offensive. Et cela vaut, a fortiori, parce que il y a eu usages d’armes en grand nombre : bombes incendiaires chargées sur des cerfs-volants et pierres en projectiles. La caractérisation de groupe armé est d’autant mieux établie par l’encadrement de ces fanatiques par un groupe terroriste musulman, le HAMAS ».
Philippe Chansay-Wilmotte, président du VLC.

| Nouvelle donne !
« Fort heureusement, les temps ont changé avec une administration américaine qui ne verse plus de larmes de crocodile et affirme sa solidarité inébranlable à l’État Juif et à sa capitale, Jérusalem. Les Européens et les Arabes devraient savoir qu’aucune résolution anti-israélienne ne sera prise tant que le Président Trump sera au pouvoir. Les critiques rageuses en Europe vont étrangement de pair avec les discours haineux du HAMAS et des ennemis islamistes dirigés par le furieux président turc, Erdoğan, qui intervient toujours dans des conflits qui ne le concerne pas. Il devrait tout d’abord rendre une partie de Chypre occupée par son armée depuis 1975 et arrêter ses massacres contre les Kurdes. Il est bien le dernier à nous donner des leçons de morale sur les droits de l’Homme ».
Freddy Eytan, Les condamnations françaises encouragent le terrorisme islamiste palestinien, CAPE de Jérusalem (15 mai 2018), .

| Planification !
« Pendant les événements, il était évident que les émeutes étaient planifiées, contrôlées et supervisées par des membres du HAMAS. L’implication du HAMAS a été confirmée par des informations obtenues en interrogeant les Palestiniens qui ont franchi la barrière en territoire israélien. Selon les interrogatoires, le HAMAS encourage et envoie des manifestants (y compris des enfants et des adolescents) à la frontière pour commettre des actes de violence, vandaliser des installations de sécurité et même franchir la barrière. D’autre part, le HAMAS a interdit à ses membres de s’approcher de la barrière, de peur d’être tués ou capturés par les forces de Tsahal et, par conséquent, lorsqu’ils sont présents sur le terrain (parmi les émeutiers), ils portent des vêtements civils. Ce sont les activistes du HAMAS qui fournissent les pneus à incendier, l’essence pour les cerfs-volants incendiaires et d’autres moyens. Le HAMAS veille également à ce que l’activité sur le terrain soit présentée aux media comme ‘un soulèvement populaire’ et non comme une activité violente menée par l’organisation ».
Nouvelles du terrorisme & du conflit israélo-palestinien (9-15 mai 2018), Centre Meir Amit d’Information sur les Renseignements & le Terrorisme.

| Asinum non fricat !
« Être condamnés par des personnes qui vivent dans des pays où les best-sellers sont “Mein Kamp” ou “le Protocole des Sages de Sion” est un honneur et un compliment ».
Eber Haddad, sur Facebook.

| Calcul morbide.
« Contrairement à ce qui se répand sur les réseaux sociaux, le déplacement de l’ambassade des États-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem n’a rien à faire dans ces affrontements. Cela fait des semaines que le HAMAS compte les morts en se frottant les mains. Plus il y a de morts, plus la communauté internationale condamne Israël. Ce calcul morbide et cynique est toujours le même. Et les chancelleries occidentales, comme d’habitude, moutonnent ».
Oudy Ch. Bloch, Causeur .

| Éviter un pogrom !
« Tout ce qu’à fait Israël en l’occurrence a consisté à descendre une cinquantaine de Mohammed Merah pour contenir ce qui aurait pu tourner au pogrom (…). L’opération du HAMAS visait à assassiner le plus de Juifs possibles une fois la frontière ébréchée, ce qui est d’ailleurs conforme à la charte de cette organisation. Ce danger-là était réel, d’autant plus que cela faisait des années que la population frontalière israélienne se plaignait de ce que les autorités ne fassent pas assez pour assurer sa sécurité. Elle a été entendue cette fois-ci et a pu vaquer à ses occupations pendant que Tsahal refoulait une horde déchaînée de fous-furieux islamistes. La riposte d’Israël relève de la légitime défense. Malheureusement les faiseurs d’opinion en Europe n’ont pas encore enregistré que les Juifs y avaient droit ».
Daniel Horowitz.

| Les naïfs & les idiots utiles !
« Gaza: Je n’en veux pas trop aux vrais propagandistes qui diffusent des mensonges parce qu’ils font la guerre et que c’est en quelque sorte la règle du jeu. J’en veux aux naïfs qui les croient sans esprit critique ni véritables informations et qui prennent parti sans réfléchir. Ce sont les fameux « idiots utiles » qui sont responsables de ne pas chercher à s’informer et qui de façon péremptoire, se permettent de juger sans savoir ».
Charled Rojzman.

| Impact symbolique.
« Le geste aura un impact international relatif. Peu de pays, et seulement de petits pays, le suivront dans la relocalisation des ambassades. Mais la répression militaire qui s’abat sur les Gazaouis est déjà de toute évidence disproportionnée. La tuerie isole encore plus Israël et détériore son image de démocratie civilisée, bien que cela ne soit guère important pour Nétanyahu du moment que Trump est inconditionnellement de son côté. La dérive de Washington laisse un vide que personne ne comblera. La Russie ne le fera pas, qui est revenue dans la région avec des réflexes tactiques de superpuissance prudente, mais sans la capacité d’agir comme un médiateur honnête. C’est encore moins le cas de la Chine, pas encore mûre pour agir comme une superpuissance mondiale. Ce n’est pas le cas non plus de l’Union Européenne qui, comme l’a souligné Jeremy Shapiro dans Foreign Affairs, manque d’unité et de volonté ».
Lluís Bassets, directeur adjoint de El Pais.

| Massacre ! 
« Massacre » à la frontière avec la Bande de Gaza, dont « l’administration américaine est autant responsable qu’Israël ». « En transférant son ambassade à Jérusalem, l’administration américaine a sapé les chances d’un règlement pacifique et provoqué un incendie qui causera davantage de pertes humaines, des destructions et des catastrophes dans la région ».
Bekir Bozdağ, porte-parole du gouvernement turc.

| Défausse !
« Nétanyahu est le Premier ministre d’un État d’apartheid qui occupe les terres d’un peuple sans défense depuis plus de 60 ans en violation des résolutions de l’ONU. Il a du sang palestinien sur ses mains et ne peut couvrir ses crimes en attaquant la Turquie ».
Reccep Tayyip Erdoğan, président turc.

| Comptes à rendre…
« Les responsables de ces violations flagrantes des droits de l’Homme doivent rendre des comptes ».
Zeid Ra’ad al-Hussein, Haut-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU.

| Inattendu !
« À Gaza, les media parlent d’affrontements entre Palestiniens et Israéliens mais les dizaines de morts et les centaines de blessés sont tous Palestiniens. Cessez ce massacre ! ».
Jean-Marie Le Pen.

| La Faute à Trump…
« Voilà où mène l’idéologie mortifères de Trump. L’inauguration de l’ambassade US à Jérusalem sera à jamais ensanglantée par la mort de Palestiniens ».
Benoît Hamon, leader du PS, au micro de RTL.

| No Futur !
« Actuellement, on ne voit aucun horizon pour le processus de paix. Et ce, pour deux raisons: d’abord, l’intransigeance des Israéliens qui rejettent toute tentative visant à relancer la paix, ensuite l’alignement total des États-Unis sur Israël et leur soutien indéfectible à l’État hébreu. Ce qu’on vient de voir avec le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Face à cette conjoncture, la solution à deux États n’est plus valide, du moins plus praticable. Pourtant, nous, Palestiniens, nous restons attachés au processus de paix et à la solution à deux États ».
Barakat al-Farra, sur Al-Ahram Hebdo .

| Désastre absolu !
« Ce qui s’est passé à Gaza est un désastre absolu. Les Palestiniens vont vers la psychose et les Israéliens vers la dépression car on ne peut pas continuer à vivre en étant Israélien et en assassinant des gens qui n’ont pas d’armes ».
Anne Nivat, France-2, émission La Suite.

Note

1 Ex-numéro 3 de la Gendarmerie nationale.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Les Frappes occidentales : Les Réactions sur la Toile [1]

| Guerre Vs DA’ECH | Ils ont dit | Dans la nuit du 13 au …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer