lundi , 23 octobre 2017
Home / Focus / Vérité en-deçà de Freetown, erreur au-delà !
Milicien tirant au RPG. DR

Vérité en-deçà de Freetown, erreur au-delà !

| Liberia / É-U | Histoire | Alexandre Koltchak |

Petit, mais bien balancé, texte d’un ami internaute. Bonne lecture à tous. Le titre est de la Rédaction de BforBORDE.

D’accord, les Blancs sont des salopards, esclavagistes, racistes, et tout ce qu’on veut. Maintenant, chers amis gauchistes, asseyez-vous tous en rond et écoutez la belle histoire de l’oncle Alexandre :

Il y a bien longtemps, avant que n’éclate la guerre entre les États (de l’Union), alors que les Noirs peinaient dans les champs de coton du Sud, ou qu’ils étaient exploités dans les usines du Nord, de gentils blancs, car il en a existé, émus par tant de souffrance eurent une idée : « Et si on les renvoyait chez eux, en Afrique ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait, ils se constituèrent en une association philanthropique, l’American Colonization Society1, dans le but de récolter des fonds afin d’acheter suffisamment de terrains en Afrique, dans le but de créer un pays où les Afro-Américains pourraient réémigrer, volontairement, et retrouver leur continent natal.

En 1822, grâce à ces braves Américains, naquit le Liberia, qui fut dans un premier temps une colonie. Un vent de générosité souffla à travers l’Amérique et des dons permirent de créer des ports commerciaux.

En 1847, le Liberia se constitue en république, le drapeau qu’il se choisit se veut un hommage à ces vertueux Américains qui ont permis à ces réémigrants de retrouver leur dignité. Ils se donnent des institutions calquées sur celles des États-Unis : un président s’appuyant sur un Congrès formé par le Sénat et la Chambre des Représentants.

| Pas rancuniers les bougres !

C’est à ce moment précis que l’histoire se corse et prend un tournant cocasse, enfin pour tous ceux qui doivent subir vos délires idéologiques, mes chers petits gauchistes.

En effet, lorsque les anciens esclaves venus d’Amérique débarquèrent en 1822, le pays n’était pas vierge de toute occupation humaine, il était occupé par des tribus Bassa et Kpelle. Ces derniers ne se montrèrent pas particulièrement heureux de voir débarquer tous ces Noirs, bizarrement vêtus, portant des gants de pieds, qui se mirent à construire d’étranges cases à étages toutes en pierre. Il y eut des heurts et le moins que l’on puisse dire, c’est que la poudre et les flèches parlèrent.

Mais faisant fi de toute cette adversité, nos Néo-Africains se constituant en république donc, mus par un idéal de générosité, de fraternité, d’égalité, se réservèrent l’accès à la citoyenneté.

Et les Bassa, les Kpelle me direz-vous ?

Et bien, ils durent se la mettre sur l’oreille pour la fumer plus tard. Car tous ces anciens esclaves eurent une merveilleuse idée : ils réduirent les autochtones en esclavage, soit pour les vendre, soit pour les louer dans les plantations de caoutchouc des alentours dont les droits d’exploitation avaient été vendus à des compagnies comme Firestone. Vous noterez au passage que les vertueux Américains du Nord, abolitionnistes ne crachaient pas sur l’esclavage dès lors qu’il était pratiqué à l’étranger. Bassa et Kpelle n’obtinrent le droit de vote qu’en 1945 et la pleine et entière citoyenneté, sonnant la fin de leur esclavage, en… 1980.

En fait, mes chers amis gauchistes, tout cela pour vous montrer que les Blancs ont été, et sont moins méchants que vous ne le pensez. Tout d’abord, pour avoir des esclaves, il faut bien que quelqu’un les vende ! Or, qui vendait les esclaves d’abord aux Arabes à partir du Ve siècle, puis aux Blancs à partir du XVIe siècle, sinon les tribus africaines de la côte ?

Quelles nations, sinon les occidentales ont aboli en premier l’esclavage ? Dans quels pays a-t-il perduré sinon en Afrique comme nous venons de le voir, et dans les pays arabes où il est encore pratiqué de nos jours ? Si, comme je veux le croire, vous savez compter, vous aurez observé que les arabes ont 11 siècles d’avance sur l’Occident. Pourtant, on ne trouve pas le moindre descendant d’esclave africain dans ces pays. Étonnant, non ? Serait-ce parce que nous les traitions mieux, alors que les Arabes les châtraient à vif dès leur arrivée, et que leur espérance de vie ne dépassait pas 5 ans ?

Je vous laisse méditer là-dessus, en espérant que vos méninges ne vont pas trop chauffer, je m’en voudrais.

Note

1 Fondée en 1817, dont l’objectif était essentiellement de diminuer le nombre des personnes noires aux États-Unis en organisant une émigration vers l’Afrique. La plupart des membres de cette association ne voulaient pas la manumission des esclaves. Elle acheta en 1821 des terres à l’embouchure du fleuve Saint-Paul, où le Liberia a été plus tard créé. En 1867, elle avait organisé le retour de plus de 13.000 esclaves1.

 

About Alexandre Koltchak

Consulter aussi

Affaire Weinstein : Silence des Agneaux ou des salauds ?

| États-Unis | Politique & 7e Art | Ils ont dit | BforBORDE | O …