Accueil / Focus / Golpe, Ploutocratie, etc. ! Mattarella & co. s’accrochent aux branches [2]

Golpe, Ploutocratie, etc. ! Mattarella & co. s’accrochent aux branches [2]

| Italie / Géopolitique | Ils ont dit | BforBORDE |

Contrairement à une idée reçue, le Golpisme (pratique du coup d’État) n’est pas une idée si à droite que ça.
1940, c’est bien une forme de coup d’État constitutionnel qui, par le vote de députés de gauche Félons (pléonasme?), porte au pouvoir Pétain.
1973, un général centre-droit (& encore), Augusto Pinochet Duarte fait sauter un président plus centre-gauche qu’autre chose, Salvador Allende Gossens, pour filer les clés de l’économie chilienne aux Chicago boys fer de lance de la finance cosmopolite.1.
2018, la ploutocratie 3ème âge incarnée par la Marionnetta de service a choisi cette vieille ficelle du golpe pour maintenir l’Italie sous la coupe bruxelloise. Une manœuvre visant à filer les clés du Capitole à la finance cosmopolite.2 qui n’aura été qu’une éjaculation géopolitique précoce. Épisode 2.

| Le temps se couvre…
« Le bon temps pour les clandestins est fini : préparez-vous à faire les valises (…). Les États doivent recommencer à faire leur travail et plus aucun « vice-passeur » ne doit accoster dans les ports italiens ».
Matteo Salvini, le soir du 2 juin, lors d’un meeting à Vincenza, dans le Nord de la péninsule.

| Ach ! Le pon fieux temps des panzer…
Que la Troïka [FMI, Banque centrale européenne (BCE) & Commission européenne] « envahisse Rome et prenne le contrôle du ministère des Finances en cas d’insolvabilité de l’Italie ».
Markus Ferber, membre de la CSU, ZDF (30 mai 2018).

| Arrogance allemande !
« Le grand hebdomadaire allemand Der Spiegel entretient l’aveuglement de l’opinion publique de notre voisin et nourrit l’arrogance du gouvernement allemand qui mènent l’Europe dans le mur en klaxonnant... ».
Guillaume Duval, économiste français.

| Arrogants & prétentieux !
« Nous, les Allemands, ne devons pas être surpris si d’autres Européens pensent que nous sommes arrogants et prétentieux. La provocation est importante pour les médias, mais le manque de respect ne devrait pas l’être ».
Marcel Fratzscher, économiste allemand.

| 1er de cordée… patriote.
« En Italie, le premier gouvernement pro-remigration vient d’être formé. La révolte des Peuples d’Europe se précise. Il ne suffit pas de réduire les flux migratoires : il faut les inverser. Ceux qui refusent de s’assimiler n’ont plus à être tolérés sur le territoire des Européens ».
Me. Phlipppe Chansay-Wilmotte, président du VLC.

| Correction en cours…
« Je ne vois pas ce qui vous choque… C est désormais le fonctionnement normal de l’UE, quand la démocratie s’exprime mal “on” la corrige. Regardez les résultats des différents referendum en Europe : les peuples français, hollandais, suédois, danois, ont voté non. Idem pour certaines élections (en Autriche avec le FPO qui gagne mais qui perd finalement grâce à une manœuvre assez hallucinante qui n’a choqué aucun “démocrate”). D’ailleurs si quelqu’un a le temps et le courage de compiler les différents résultats des derniers referendum à propos de l’UE en Europe ces 15 dernières années ce pourrait être assez illustratif de l’esprit démocratique régnant désormais. Puis après nos intello media moralistes se désolent de la montée des “populismes”, de l’abstention tout en faisant la promotion d’un macro autoritarisme technocratique résolument anti démocratique. Mais ils ont raison puisque nous les laissons faire… ».
Lili.

| Formol & romance.
« Sinon… le président italien a été sorti du formol par les sbires européens paniqués et les financiers et a obéi aux ordres. Ni plus moins. On ne lui demande pas d’avoir des idées… Tout le reste est du roman ».
Eugene Varlin.

| Un air de déjà vu ?
« Bonjour. C’est en effet un coup d’État ! Mais pourquoi ne pas dénoncer le coup d’État en France en 2008, lorsque le Congrès aux ordres de Sarkozy a foulé aux pieds le referendum du peuple français qui avait voté NON au TCE ? C’était aussi un coup d’État puisque un Congrès qui est la pour veiller au respect de la constitution s’est érigé en constituant indu en violation de l’article 89, en effet, la forme républicaine de l’État ne peut faire l’objet d’une révision ! Or ce congres de forfaiture a transformé la République en colonie de l’UE puisqu’il a institué sans y être mandaté par le Peuple une “gouvernance par traités”, au mépris de la souveraineté de la France ! Pourquoi nos “constitutionnalistes” n’en ont rien dit ??? ».
Vinnie Reb.

| Remake !
« Oui, c’est un exemple bien plus proche de nous dans le temps, que ce cher Mac Mahon ! Espérons seulement que Mattarella suive le même destin que Mac Mahon – les parlementaires de 2008 sont encore pour beaucoup en place, et pour ceux qui n’y sont plus, leurs successeurs macronistes (puisqu’ils sont les plus nombreux dans l’hémicycle) sont tous parfaitement eurolâtres ».
Owen.

| Clous européens !
« Il a outrepassé ses pouvoirs, mais légalement. Il a osé un coup de force, c’est aussi simple que ça et on ne peut pas le destituer pour ça. Il est indéboulonnable sur le plan strictement constitutionnel. De la même manière, l’Eurogroupe s’était permis de mettre à la porte, au sens littéral, l’ex-ministre Varoufakis, au cours d’une réunion importante alors que ce n’était absolument pas “légal”. D’ailleurs on s’était rendu compte à ce moment-là que l’Eurogroupe n’avait aucune existence légale mais décidait de tout. Question de rapport de force. Le rapport de force aujourd’hui entre Mattarella et les forces politiques majoritaires passe d’abord par Bruxelles, Paris et Berlin. Le coup est juridiquement inattaquable et politiquement blindé du fait de l’appui des “partenaires” étrangers. Ce n’est que partie remise, mais il faut se dire que la prochaine fois ils trouveront autre chose. C’est ce qu’ils font depuis le referendum de 2005, inlassablement ».
Ben.

| Comparaison, pas raison ! Mais….
« Dans la constitution belge, il est écrit que le roi signe et promulgue les lois. Mais il ne peut se soustraire à cette obligation. Son seul choix c’est d’abdiquer s’il ne veut pas signer. Quand en avril 1990, il a estimé qu’en conscience il ne pouvait signer la loi dépénalisant l’avortement, par une astuce juridique contestable, il s’est déclaré provisoirement empêché le temps de la parution de la loi au Moniteur; mais force a été au gouvernement et au parlement, la loi a été promulguée. Il en va de même avec les ministres qui sont nommés par le roi, jamais il n’a refusé la nomination d’un ministre, mais il est vrai que jusqu’à son incartade d’avril 90, il pesait sur le choix du formateur du gouvernement.
« Le président italien, fruit d’une élection indirecte puisque élu par le parlement italien, représente la majorité sortie des urnes. À ce titre il ne peut prendre aucune initiative contrecarrant cette majorité et c’est pourtant ce qu’il vient de faire en refusant la nomination de Paolo Savona comme ministre des finances et, plus grave encore, en désignant Cottarelli comme futur premier ministre qui est ouvertement opposé à la politique de gouvernement proposée par Conte ! ».
Wasterlain.

| Suspectes fragrances !
« Macron se félicite de la décision du président Mattarella, normal ce dernier va nommer un financier (ancien du FMI) à la tête du gouvernement italien. Macron a lui aussi été catapulté à l’Élysée par le monde de la banque et de la finance (via les armes de décérébration massives que sont les médias possédés par les gens de ce monde), pour œuvrer dans le sens de ses intérêts. Il faut dire qu’il s’attelle à cette tâche avec une ardeur toute juvénile, et un mépris de toute opposition non moins remarquable. L’argent et la démocratie, n’ont jamais fait bon ménage ».
Morbihan.

| Rondement mené.
« Voilà, c’est fait. L’Europe a une fois de plus montré son vrai visage, celui de la tyrannie et de ce qui va avec. Pourquoi le premier ministre a-t-il démissionné ? Un simple désaccord avec le président pouvait-il conduire à une décision aussi grave ? Il ne semble pas avoir mesuré les conséquences de sa décision. Ça renvoie l’action de l’exécutif aux calendes Grecques comme ça, sur un presque coup de tête, sans défendre sa légitimité ? Et les électeurs dans tout ça, encore les dindons de la farce. Les “ressorts” de la gouvernance Italienne me semblent bien “élastiques”. L’Europe a encore gagné sans combattre. Elle vient une nouvelle fois de s’asseoir sur une constitution et l’avis d’un peuple plus vraiment souverain, du coup. Les loups sont entrés dans Paris. Maintenant, c’est au tour de Rome. Pas vraiment inspiré, mais assez désappointé, là. Soupir … ».
Rond.

| Chute libre.
« La démocratie en Europe est en chute libre parce que l’UE a tout d’un despotisme de l’économie de marché dont la source repose sur la sacralisation de l’économie et dont le caractère ne peut être qu’impérial. L’UE a comme prédécesseur l’URSS, celle de l’après stalinisme qui ne reposait plus sur le pouvoir personnel mais par un pouvoir impersonnel fondé sur l’oligarchie des membres du Parti Communiste autocentré sur l’État. L’UE par ses propres règles, lois, jurisprudence et traités se dispense d’un grand parti politique ré-unificateur officiel, ce qui lui permet d’avancer masqué encore pour les crédules qui pensent toujours que l’UE reste une promesse de la démocratie. L’intervention dans les parlements nationaux en Italie, en Grèce, en France par le refus du référendum de 2005 tout cela parle et pose la question comment y mettre fin à ce pouvoir européiste, lorsque Bruxelles joue sur les apparences comme la supposée importance encore des parlements nationaux ? Des parlements qui ont des élections et qu’en les annulant, Bruxelles dévoile son fédéralisme despotique. Le réveil des sociétés et nations peut être long encore et pourtant, l’UE va imploser un moment donné en une semaine comme jadis un État en 1990. La démocratie finit par triompher de la tyrannie douce prétendue ou totale ».
Marc Michel Bouchard.

| Simple à mettre en place !
« Le seul domaine sur lequel le programme a le plus de chance d’être appliqué est la sécurité et la lutte contre l’immigration, avec Matteo Salvini à la tête du ministère de l’Intérieur, car il ne coûte rien. Les premières mesures qui pourraient être adoptées par le gouvernement Conte sont l’élargissement du concept de légitime défense – ‘la défense est toujours légitime à l’intérieur d’une propriété privée’ –, la diminution des fonds destinés à l’accueil des migrants et des réfugiés, la réouverture des centres d’identification où les migrants sont privés de liberté et leur rapatriement ».
Dominique Dunglas. In Le Point.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

50 des 62 Chahid du 14 mai étaient du HAMAS

| Tsahal Vs HAMAS | Géostratégie | Centre Meir Amit | Abonné de longue date …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer